GREFFES ET DONS D’ORGANES

par Mlle Carole Cermolacce

Infirmière Diplômée d'Etat







    IV - Du point de vue de la morale :


             Dieu est maître du corps humain.


             Se fondant sur le fait que l’homme a été créé par Dieu, Pie XII enseigne que :

-      Dieu a réglé chaque fonction et chaque organe du corps humain ;

-       Dieu possède le souverain domaine sur la vie et sur la destinée de l’homme ;

-       Dieu est donc le seul maître de la vie : PRINCIPE INVIOLABLE.

             L’homme est donc usufruitier et non propriétaire du corps. Il a un droit d’usage, et non un droit de propriété. Il ne lui est pas permis d’en user de façon contraire aux fins intrinsèques et naturelles de Dieu.

             L’usage des membres du corps humain est réglé par leur finalité naturelle. Dieu a déterminé la distinction entre les fonctions des organes essentiels à la vie et celles qui n’intéressent que l’intégrité du corps.

             L’homme n’a pas de pouvoir illimité de poser des actes de destruction ou de mutilation de caractère anatomique ou fonctionnel.

             La frontière est la même pour le médecin et le patient.

             En revanche, Pie XII accepte que l’usufruitier sacrifie une partie du corps humain pour sauver le tout : c’est le Principe de Totalité.



 

Si vous voulez poser des questions ou laisser une contribution concernant cette page, vous pouvez intervenir dans le sujet de discussion que vous trouverez en cliquant sur le lien FORUM DE CETTE PAGE.

Page publiée sur a-crucetta.fr © - A Crucetta
Rubriques
Structure
Association
Contacts