Intention de prières pour les Chrétiens de l’extérieur

 

SEMAINE PAYS
PERSONNE CONCERNEE CIRCONSTANCES SITUATION GEOGRAPHIQUE
26/05 – 01/06 POLOGNE Ursulines de la Vierge Immaculée de Gandino  En février 2025, il y aura 30 ans que l’Institut de la Vierge Immaculée de Gandino est présent en Pologne. Le centre Jean-Paul II de Legionowo, ouvert en 2006, est l’œuvre la plus importante. Au sein de ce centre se trouve le foyer pour mères célibataires avec leurs enfants. « Nous accueillons toutes les femmes en difficulté dans la maison, même celles qui sont enceintes, car un enfant est un enfant dès sa conception. Nous accueillons également des filles qui ont été placées dans un orphelinat ou dans une famille d’accueil, mais qui veulent devenir indépendantes. Il y a des règles dans la maison, mais ce qui est le plus important, c’est l’atmosphère familiale qui découle du charisme des ursulines. Les sœurs de Legionowo gèrent également une maternelle catholique et un centre psychologique. Des réunions de prière sur la lectio divina sont également organisées. « Je rends grâce à Dieu d’être en Pologne. Quand on donne beaucoup, on reçoit beaucoup. La Divine Providence veille sur nous, je suis certaine que Dieu a souhaité que je sois ici », a souligné sœur Laura. L’objectif principal de l’institut est de servir les personnes à travers la pédagogie de l’amour. Il s’agit en particulier d’éduquer les enfants, les jeunes et les femmes à la lumière de la spiritualité mariale et de sainte Angèle Merici. Les ursulines de la vierge immaculée de Candido n’œuvrent pas uniquement en Pologne et en Italie, mais également en Éthiopie, en Érythrée, au Brésil, en Argentine et au Kenya. En 2018, elles ont célébré le 200ème anniversaire de la fondation de leur Institut. Nous prierons pour les religieuses de cet institut afin qu’elle sache répandre autour d’elles la ferveur de la charité. 
19/05 – 25/05 MOZAMBIQUE Population
catholique
persécutée
Le Mozambique compte un peu plus de 32 millions
d’habitants. Sa population est chrétienne à presque
60 %. Il n’y a que 17 % de musulmans. Pourtant,
depuis 2017, le nord du pays est en proie à des
attaques de djihadistes qui ciblent désormais l’Eglise et
jettent des milliers de réfugiés sur les routes. En février
dernier, Mgr Antonio Juliasse, évêque de Pemba,
témoignait de la situation : « une douzaine de villages,
dont certains très peuplés, a été attaquée, les
habitations et toutes les chapelles ont été détruites.
Notre mission qui apportait tant de soutien dans la
région a également été réduite à néant ». Déjà, en
2022, ces milices avaient assassiné sœur Maria de
Coppi, une religieuse missionnaire de 83 ans qui était
dans le pays depuis 59 ans. Le lendemain, habillés en
uniforme militaire, ils avaient rassemblé la population
disant qu’ils étaient là pour les sauver. Mais, après
avoir séparé les musulmans des chrétiens, ils ont ligoté
ces derniers et ont assassiné trois d’entre eux. Depuis,
les atrocités continuent. On dénombre actuellement
plus de 5000 morts et 1 million de déplacés internes
dont 61000 enfants. Nous prierons pour ces
populations persécutées afin que l’Esprit Saint leur
donne l’esprit d’intelligence pour comprendre
l’importance de la Foi pour la vie éternelle et l’esprit
de force pour résister à la tentation du découragement
et de l’apostasie. Demandons à la Vierge Marie de se
pencher plus particulièrement sur les mourants afin de
leur obtenir la grâce finale de la persévérance.
12/05 – 18/05 ESWATINI Les Sœurs
mantelées
Servantes de
Marie
L’année 2023 a marqué le centenaire des premières
missions des Sœurs mantelées Servantes de Marie en
Eswatini, anciennement appelé Swaziland. Leur rôle
actuel est l’enseignement, mais pas tellement
l’enseignement qui permet aux enfants de lire, écrire et
compter, mais celui qui expose la foi. Sœur Noretta
Zecchinon, supérieure générale, explique : « je crois
qu’aujourd’hui, dans le monde entier, il y a un
analphabétisme de la foi et de la connaissance de la foi
chrétienne qui, je crois, doit nous voir au premier plan
et utiliser toutes nos forces et nos capacités
précisément pour la partager et mettre ainsi en pratique
ce que l’Eglise dit depuis des années, c’est-à-dire la
nécessité d’une nouvelle évangélisation ». Pourtant, le
pays est à 80 % chrétien avec seulement 20 % de
catholiques. Les protestants sont majoritaires. La
deuxième urgence est le domaine de la santé, en
particulier auprès des femmes enceintes et proches
d’accoucher. Dans le pays, le système de santé est
quasiment inexistant. La religieuse poursuit : « nous
étudions actuellement comment répondre à la demande
d’étendre ce service d’attention à la femme, surtout
celles qui sont sur le point de devenir mère ». Les
Servantes de Marie se consacrent à aider les femmes à
développer leurs compétences, même de la manière la
plus simple, tel un atelier de couture ou de coiffure.
Prions pour que, au travers de toutes ses activités, ces
religieuses touchent le cœur des habitants et les
ramènent à la ferveur de la foi catholique
05/05 – 11/05 INDE Le Lourdes
de l’Andhra
Pradesh
L’Inde est une république fédérale composée de 28
états et huit territoires de l’union. 80 % de la
population est hindoue, 13 % musulmane et 2,6 %
chrétienne. Dans l’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde, à
Gunadala Matha, une statue de Notre-Dame de
Lourdes a été portée par le missionnaire Paolo Arlati
en 1924. Elle a transformé le sanctuaire en un centre
prisé de pèlerinage pour le diocèse de Vijayawada et
celui de Eluru qui est voisin. A eux deux, ils forment
une communauté de 700 000 catholiques. De
nombreux non-chrétiens s’y rendent. Le résultat de ce
développement est la persécution. Le premier ministre
Narendra Modi prône l’hindouité, une sorte de
nationalisme théocratique. Le 22 janvier dernier, lors
de l’inauguration du temple d’Aydhya, construit sur
l’emplacement d’une mosquée détruite en 1992, il a
pris part à la cérémonie religieuse elle-même. Cette
implication du politique engendre la confusion et
produit de fausses allégations selon lesquelles les
chrétiens agiraient contre les intérêts de la Patrie en
poussant à la conversion. Les attaques contre eux sont
de plus en plus fréquentes. Entre le 1er janvier et le
15 mars, on en a déjà recensé 161 ce qui est à peu près
le nombre enregistré pour toute l’année 2015. L’année
dernière, il y en a eu 731. Depuis le 19 avril jusqu’au
1 er juin prochain, près d’un milliard d’Indiens sont
appelés aux urnes selon sept phases géographiques
pour élire leurs représentants. Nous prierons afin que
la Providence daigne avoir pitié de son Eglise en Inde
et qu’un gouvernement plus tolérant soit mis en place.
Que la vierge Marie intercède auprès de son divin Fils
pour obtenir la paix sociale
28/04 – 04/05 VIETNAM Notre-Dame de
la Vang et la
conversion des
communistes
Dans l’ancien royaume d’Annam, l’empereur Can Trinh
a interdit la religion catholique le 17 août 1798. Cette
décision inaugura une période de persécutions et de
destruction de tous les lieux de culte. Un groupe de
paysans catholiques se réfugia dans la « forêt de la
Pluie » à La Vang, dans les montagnes. Pourchassé, il
se réunissait régulièrement pour prier le rosaire au pied
d’un arbre. Il confiait ses angoisses, en particulier en
raison de la présence de tigres. Un soir, la Vierge Marie
leur est apparue vêtue de la tenue traditionnelle avec
l’Enfant-Jésus dans les bras, entourée de deux anges.
Elle leur conseilla de bouillir les feuilles des arbres
environnants pour soigner les nombreux malades de
leur groupe et interdit au tigre d’entrer sur ce territoire.
Dans l’endroit, une première chapelle fut construite en
1820. Plus tard, c’est un vrai sanctuaire qui s’est élevé.
Mais le Parti Communiste l’a détruit. Jean-Paul II avait
demandé à ce qu’il le restaure. A la surprise générale,
les membres du Parti se sont exécutés. Le Vietnam est
ainsi le territoire de grâces de choix jusqu’à
aujourd’hui. Ho Ca Dau a 27 ans. Durant dix ans, il a
fait arrêter les chrétiens de son village pour favoriser le
gouvernement communiste. Mais il a eu des revers de
fortune. Un jour, il s’est évanoui au bord de la route à
cause de la faim. Un passant catholique l’a emmené à
l’hôpital et a couvert ses frais médicaux. Ceux qu’il
avait persécuté l’ont entouré. Il s’est converti et a été
baptisé cette année à Pâques. La devise qu’il a choisie
pour vivre dans la foi catholique est « aimez vos
ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ».
Prions pour la minorité catholique de ce pays (7 % de la
population) et ces adhérents au Parti Communiste afin
qu’ils trouvent aussi le chemin de la conversion
21/04 – 27/04 HAITI Le Petit
Séminaire
Saint-Martial et
les catholiques
de Port-auPrince
Nous avions déjà prié pour les catholiques haïtiens afin
qu’ils fassent preuve de courage dans la situation
sociale dégradée de leur pays. Un nouvel événement
tragique nous invite à renouveler encore nos prières. Le
Petit Séminaire de Saint-Martial, dirigé par les
missionnaires spiritains à Port-au-Prince, capitale
d’Haïti, a été attaqué dans la soirée du lundi 1er avril
par des bandits armés. Les criminels ont détruit ou volé
tout ce qu’ils pouvaient trouver. Le provincial des
Spiritains a décrit l’attaque. « Pendant plus de six
heures, les bandits ont pillé, brûlé et volé. Finalement,
les religieux et les membres du personnel ont réussi à
s’échapper », a déclaré le père Raynold Joseph,
expliquant que la police débordée par l’attaque, au
même moment, du Palais National, n’est pas intervenue
malgré les appels répétés… Il n’y a pas eu de victimes
physiques, mais les dégâts matériels sont
considérables. La bibliothèque spiritaine, patrimoine
national, n’a pas été touchée, mais le prêtre craint que
les bandits ne reviennent pour causer plus de dégâts.
« Nous apprécions votre soutien fraternel à travers vos
pensées et vos prières » a ajouté le provincial. Nous
prierons pour la population éprouvée, en particulier les
fidèles catholiques afin que l’Eglise retrouve son statut
civilisateur. En effet, quand ses institutions ne sont plus
respectées, c’est le fondement même de l’ordre et de la
paix qui est bafoué. Alors c’est l’anarchie, le désordre
et la rébellion qui s’instaurent. Que le Christ, Roi de la
Paix, change les cœurs et produise les effets de la
charité chrétienne dans la société haïtienne !
14/04 – 20/04 SYRIE Mgr Mourad et
la hiérarchie
catholique
En mars 2023, le Père Jacques Mourad a été nommé
archevêque syriaque catholique de Homs en Syrie.
Pendant 5 mois, en 2015, il a été retenu prisonnier des
islamistes. Il témoigne de la nécessité de la prière dans
ces circonstances difficiles. L’important est de garder
son cœur pur de toute haine ou colère contre ses
geôliers. Il va jusqu’à dire que le pardon dans ce cas
n’est pas dans les capacités humaines. Il faut
comprendre que c’est le Christ qui doit pardonner en
nous. « Nous avons besoin, explique-t-il, de beaucoup
d’humilité pour accepter que nous ne sommes pas nousmêmes capables d’une telle chose. Tous ce dont nous
sommes capables vient de Dieu. Y compris le pardon ».
Ainsi, pour pardonner au prochain, il faut laisser Dieu
agir en nous. Si nous ne pardonnons pas, c’est que nous
ne laissons pas l’action de Dieu se déployer
naturellement dans nos cœurs. Et nous en sommes
responsables… La Syrie est un pays à un peu plus de
94 % musulman. Les chrétiens subissent des pressions
considérables et beaucoup quittent progressivement le
pays. Prions pour tous ces catholiques afin que
l’amertume ne corrodent pas leur cœur, mais que, pardelà la méchanceté des hommes, ils sachent toujours
voir, dans leur prochain et dans les événements, l’action
bienveillante et corrective de la Providence divine
07/04 – 13/04 GRECE Dignitaires
orthodoxes
Dans sa lettre aux Romains, Saint Paul écrit aux
premiers chrétiens : « c’est en croyant de cœur qu’on
parvient à la justice, et c’est en confessant de bouche
qu’on parvient au salut ». Pour se sauver, il ne suffit pas
de croire dans son cœur, il faut encore confesser de
bouche quand cela est nécessaire. Cet adage s’applique
à la défense de la morale dans sa dimension sociale. Le
chrétien a un devoir impérieux de manifester son
opposition aux lois iniques et les ministres de l’Eglise
d’employer les moyens requis pour faire connaître sa
réprobation. C’est ce que nous devons saluer
aujourd’hui dans nos frères orthodoxes grecs. En
réponse à la légalisation du mariage homosexuel qui
vient d’être entériné par le Parlement grec, divers
dignitaires de l’Eglise orthodoxe de Grèce ont imposé
une excommunication officielle aux législateurs qui ont
soutenu la loi historique, les accusant d’une profonde
erreur spirituelle et morale. Ces législateurs, désormais
exclus de la communion et invités à se repentir de leurs
actes, ne pourront plus participer aux événements
ecclésiastiques et aux honneurs officiels. L’Église a
également fait l’éloge d’un législateur du parti au
pouvoir qui a voté contre la loi. Rappelons que le
Premier ministre Mitsotakis s’était fait le champion de
cette réforme, qui avait obtenu une faible majorité dans
les sondages d’opinion. Le premier mariage
homosexuel célébré en vertu de la nouvelle loi aurait eu
lieu dans le sud d’Athènes au cours du week-end.
Prions pour nos évêques afin qu’ils aient le courage de
prendre des mesures similaires pour conforter leurs
ouailles dans la pratique de l’éthique naturelle et le
respect des exigences de la morale chrétienne.
25/03-30/03 NIGERIA La hiérarchie
catholique
Le Nigeria est un pays à 48 % chrétien avec seulement
25 % de catholiques. Après l’assassinat de plus de
200 chrétiens dans la région du Plateau au centre du
Nigeria pendant la période de Noël, Mgr Kukah, évêque
de Sokoto, a écrit au Président du pays. Il y exprime le
désarroi et la colère des habitants, car il leur est
demandé de ne pas se faire justice eux-mêmes alors que
les Autorités ne font rien contre les tueurs. Ceux-ci
« poursuivent un but précis », déclare l’évêque. C’est
pourquoi, poursuit-il, « il incombe à la communauté du
renseignement de nous dire qui ils sont, où ils vivent et
quels sont leurs objectifs. Le président Tinubu doit
savoir que la légitimité de son gouvernement dépend de
la résolution de ce problème afin de nous rendre notre
pays… Ce n’est qu’en traduisant en justice ces hommes
malfaisants que nous pourrons commencer à parler
d’une véritable réconciliation au sein de notre peuple ».
Soutenons de nos prières la saine réaction de cet évêque
qui use de son pouvoir pour demander des comptes à
ceux qui ont été élus pour promouvoir le bien commun
et respecter la justice entre les hommes. Que la Vierge
Marie protège les catholiques de ce pays, reconnu par
les instances internationales pour être le plus dangereux
du monde à ceux qui appartiennent à l’Eglise
catholique
17/03-24/03 INDE Catholiques de
l’Uttar Pradesh
En Inde, il existe 29 États et 7 territoires. Dans chacun
de ces territoires, il y a une organisation propre sur le
plan judiciaire, policier, économique et éducatif.
L’Uttar Pradesh dans le Nord, le plus peuplé du pays,
est dirigé par un moine hindou fondamentaliste. Le
mois dernier, le père Dominic Pinto, a été accusé de
vouloir convertir des hindous et arrêté avec 11
chrétiens. Ils ont finalement été libérés sous caution le
12 mars. Cet exemple montre que la situation des
chrétiens se dégrade. Cette minorité représente 2,3 % de
la population indienne et forme la troisième religion la
plus importante du pays derrière les musulmans
(14,2 %) et les hindous (79,8 %). L’Inde est au 11ème
rang des pays les plus dangereux pour les chrétiens. Les
lois anti-conversion draconiennes créent un
environnement dans lequel n’importe quel chrétien qui
partage sa foi peut être accusé de crime, menacé,
harcelé ou même être l’objet d’actes de violence.
D’après une enquête, quatre institutions chrétiennes
d’Uttar Pradesh font face à des accusations de
conversions forcées, incriminant près de 200 personnes
dont plusieurs ont déjà été emprisonnées ou arrêtées.
Selon le site, des descentes de police ont visé ces
institutions. Nous prierons plus spécialement pour les
catholiques persécutés afin que l’Esprit de force les
remplissent de constance et de patience dans les
épr
10/03 – 16/03 Papouasie Nouvelle
Guinée
La repentance
des pillards
La Papouasie Nouvelle Guinée est un État souverain
d’Océanie depuis 1975 comprenant la moitié orientale
de l’île de Nouvelle-Guinée, l’archipel Bismarck, l’île
Bougainville ainsi que de nombreuses petites îles. Le
pays compte 12 millions d’habitants, 900 langues, 25%
de catholiques. Ces derniers temps, la situation sociale
est rendue explosive en raison de la grève de la police.
Après des violences et des pillages dans la capitale
Port-Moresby, les évêques ont appelé les voleurs à
rendre leur butin. Et beaucoup l’ont fait. Le Père Victor
Roche Société du Verbe Divin, missionnaire indien et
Directeur national des Œuvres Pontificales
Missionnaires, explique : « il s’agit d’une sorte de
repentance collective, qui fait appel à la conscience
chrétienne de chaque citoyen. Je dois dire que quelque
chose bouge, c’est un signe d’espérance, un signe que la
conscience individuelle est, d’une certaine manière,
éclairée par la foi ». Cette foi est enseignée aux plus
jeunes par la Congrégation philippine des Catéchistes
Missionnaires de Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus.
Soeur Adelaida de Lumen est l’une d’entre elles. Outre
l’enseignement, elle est confrontée à la misère sociale et
énonomique : alcoolisme, illettrisme, chômage… Nous
prierons pour les voleurs repentants et les familles en
difficulté afin que la Providence daigne jeter un regard
favorable sur ceux qui ont su s’élever au-dessus de leurs
intérêts propres et rendre justice à leur prochain
3/03 – 09/03 BURKINA FASO  Communautés catholiques  Au Burkina Faso, la situation sécuritaire est exacerbée par le voisinage avec le Mali et le Niger, deux pays qui sont confrontés à des crises similaires. Près de la moitié du territoire burkinabé échappe au contrôle du gouvernement alors que les groupes djihadistes continuent de déchirer le tissu social depuis des années. Les combattants ont causé la mort de milliers de personnes et ont forcé plus de 2 millions d’individus à fuir, aggravant encore la stabilité du pays qui a subi deux coups d’État en 2022. La junte au pouvoir peine à rétablir la paix dans les zones de conflit. Le rapport du Centre africain d’études stratégiques, publié en août, révèle que le nombre de personnes tuées par les djihadistes a presque triplé par rapport aux 18 mois précédents. Dimanche dernier 25 février, au moins 15 fidèles catholiques ont été brutalement assassinés lors d’un assaut sanglant commis pendant la célébration de la Messe dans le village d’Essakane. Aucun groupe n’en a encore revendiqué la responsabilité. Cependant, les regards se tournent vers les djihadistes, qui ont régulièrement ciblé des communautés isolées et les forces de sécurité, en particulier dans la région du nord. “En cette période de douleur insupportable, nous appelons à la prière pour le repos des âmes des fidèles catholiques décédés, pour la guérison des blessés et pour la conversion de ceux qui continuent de semer la mort et la désolation dans notre pays”, a imploré l’abbé Sawadogo, Vicaire général, dans son communiqué. Nous nous associerons à ces prières et nous implorerons la miséricorde divine pour qu’elle apporte aux catholiques le réconfort de la grâce divine et de la paix intérieure
25/02 – 02/03 MEXIQUE Paix sociale Le Mexique est un pays laïque, mais les Mexicains sont
majoritairement catholiques. On en compte 81 % sur la
population totale. Cependant, le syncrétisme avec les
religions indigènes préhispaniques est fréquent, surtout
dans les campagnes. Il y a aussi un fort mouvement
anticlérical violent. Régulièrement, des prêtres sont
assassinés. Il nous faut prier pour ces religieux qui
donnent leur vie au Christ afin que ce don puisse être
versé pour notre rédemption. Il nous revient, en effet,
par nos prières d’obtenir que leur témoignage soit un
véritable martyre et ensemence nos pays de la graine du
christianisme. C’est ainsi que, le 16 mai 2022, le Père
José Guadalupe Rivas a été retrouvé mort avec une
autre personne. Né en 1964, il exerçait dans la région
depuis 25 ans. Depuis peu, il était responsable de la
maison des migrants à Tecate. Nous prierons pour le
repos de son âme en demandant à Dieu que son travail
soit fécondé par le sang qu’il a versé et que nousmêmes nous soyons trouvés toujours fidèles dans toutes
les circonstances de la vie.
18/02 – 24/02 BENIN Angeline et
Mélanie Hardy
Nous avons déjà prié pour le Bénin à l’occasion du
départ de deux jeunes filles de la Communauté pour ce
pays, ancienne colonie française, indépendant
depuis 1960. Angeline et Mélanie Hardy reviendront
dans un mois environ. Elles ont été employées par la
Paroisse Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus de Boriyouré
dans le diocèse de Natitingou. Angeline s’occupe de
l’école de couture. Aidée par un tailleur, elle a aussi
confectionné des soutanelles pour les enfants de chœur
de la paroisse. Mais, faute de moyens financiers, elle
n’a pas pu pourvoir tous les enfants. Mélanie intervient
dans les écoles primaires et un centre, tenu par des
religieuses, qui s’occupe des mères en détresse et des
enfants abandonnés. Dans ce cadre, les deux filles ont
fait la connaissance d’un prêtre de paroisse qui célèbre,
de manière un peu adaptée, le rite tridentin. C’est la
Paroisse surnommée « Vatican I ». Les trois Messes
dominicales sont combles. Nous prierons pour nos deux
missionnaires afin que leur séjour s’achève dans une
abondance de grâces et aussi pour ce prêtre
traditionaliste afin qu’il soit rejoint par d’autres
confrères pour le conforter dans ses orientations
pastorales et liturgiques.
11/02 – 17/02 EQUATEUR Consécration
au Sacré-Cœur
L’Equateur compte environ 17 millions d’habitants. La
population est à 92 % chrétienne dont 79 % de
catholiques. Bordé par le Pacifique, il est frontalier avec
le Pérou au Sud et à l’Est et avec la Colombie au NordEst. En septembre prochain, l’Equateur célébrera le
150ème anniversaire de la consécration du pays au Cœur
Sacré de Jésus. En même temps, il accueillera le
Congrès Eucharistique International. Ce sera l’occasion
de rejeter l’indifférence religieuse, de témoigner
publiquement de la foi catholique et de ramener la
véritable paix qui est celle des cœurs et des âmes. Nous
demanderons au Sacré-Cœur, par l’intermédiaire de
Marie, Mère de confiance et d’espérance, patronne de
l’Equateur, que le peuple équatorien approfondisse son
engagement dans la foi pour devenir de véritables
disciples. Nous prierons aussi avec la même intention
pour notre population corse.
04/02 – 10/02 PEROU Les plus
pauvres et les
plus
défavorisés
dans la
population
Le Pérou, situé sur la façade du Pacifique de
l’Amérique de Sud, compte 34 millions d’habitants. La
population est à 76 % catholique et à 17 % protestante,
ce qui en fait un pays à 93 % chrétien. Une guerre civile
a pris fin dans les années 2000 après avoir fait
70 000 morts. Les guérillas d’extrême-gauche ont été
défaites, mais elles ont poursuivi leur travail de sape de
sorte que les gouvernements successifs ont adopté une
politique de surveillance et de répression. Depuis 6 ans,
le pays traverse une crise politique profonde avec des
menées parlementaires qui ont abouti à la destitution du
président de la République. La vice-présidente, Dina
Boluarte, a pris sa place depuis le 7 décembre 2022.
Elle était membre du parti de gauche radicale, mais elle
en a été exclue pour avoir déclaré ne pas en embrasser
les idéaux. Aujourd’hui, son gouvernement, accusé
d’atteintes aux droits de l’homme, fait l’objet de fortes
contestations. De violentes manifestations populaires se
sont multipliées ces derniers mois. Nous prierons pour
que l’appel des évêques à privilégier les voies du
dialogue plutôt que les appels à la violence soit entendu
et qu’ainsi, les forces vives du pays puissent s’unir afin
de surmonter les inégalités trop importantes qui
existent.
28/01 – 03/02 MALAWI Femmes
catholiques
Le Malawi se situe aux confins de la Zambie, du
Mozambique et de la Tanzanie, en Afrique de l’Est. Le
recensement de 2016 comptait un peu plus de
18 millions d’habitants. La majeure partie est
chrétienne, protestante à 45 %, catholique à 33 % avec
des réminiscences animistes. Comme dans les autres
pays africains, la démographie est galopante. Le pays
est confronté à une grave crise économique. Le pays a
fêté il y a 6 mois le 50ème anniversaire de l’Association
des Femmes Catholiques, soutenue par la Conférence
des Evêques. Celle-ci a exhorté ses membres à
continuer leur travail au service du développement de
l’Eglise et du pays. Prions pour ces femmes catholiques
considérées comme les piliers de l’Eglise et demandons
à Dieu les grâces nécessaires pour que les femmes de
notre région mesurent l’importance de leur influence et
mettent celle-ci au service du Règne de Dieu et de son
Christ, à l’exemple des femmes du Malawi
21/01 – 27/01 VIETNAM Culte des saints
et triomphe de
l’Eglise
Le 13 janvier dernier, le diocèse de Phan Thiet (dans le
sud du Vietnam, près de Hô-Chi-Minh-Ville) a célébré
une messe solennelle en présence de près de 20 000
personnes afin d’ouvrir officiellement la phase
diocésaine de la cause de béatification de Mgr Pierre
Lambert de la Motte (1624-1679), cofondateur des
Missions Étrangères de Paris, premier évêque de Dang
Trong. Le 29 octobre, une célébration avait déjà eu lieu
à Hanoï pour la cause de béatification de Mgr François
Pallu (1626-1684), cofondateur des MEP et un des deux
premiers vicaires apostoliques du Vietnam. Pierre
Lambert de la Motte et François Pallu étaient évêques
dans des temps de persécution. Tous deux décédés en
dehors des frontières du pays, leurs visites au Vietnam
ont permis de garder la foi vivante malgré les
nombreuses tribulations vécues au fil des siècles.
L’archevêque de Saïgon a déclaré : « nous voulons un
saint missionnaire afin de pouvoir suivre son exemple et
l’invoquer pour qu’il nous donne l’inspiration ». Mgr
Pierre Lambert de la Motte a vécu seulement 55 ans,
dont 19 ans comme évêque. Il n’a pu visiter le Vietnam
qu’à trois reprises. Cependant, il y a posé des
fondations solides, tout comme au Sud Vietnam, au
Cambodge, en Thaïlande et dans une partie de la Chine.
Etant entré en secret au Vietnam en 1675, il a ordonné
pendant quelques mois les premiers prêtres autochtones.
Il a également fondé la première congrégation féminine
d’Asie, les Amantes de la Croix. Aujourd’hui l’Église
locale compte 27 diocèses avec plus de 50 évêques,
4000 prêtres et 10 000 Amantes de la Croix. Adressons
à Dieu nos actions de grâce pour ces fruits de la grâce et
demandons que nos pays en profitent aussi abondamment.
14/01 – 20/01 ERYTHREE Petit groupe de
catholiques
L’Erythée a une histoire qui remonte au 12ème siècle
avant Jésus-Christ avec le Royaume de Saba, puis au 1er
siècle avec le Royaume d’Aksoum. Ultérieurement, il a
été rattaché au Royaume d’Ethiopie avant de devenir
une colonie italienne. Annexée par l’Ethiopie après la
deuxième guerre mondiale, l’Erythrée accède à
l’indépendance en 1993. Depuis 2000, elle est dirigée
par le même homme Isaias Afwerki. Avec un service
militaire de 6 ans et demi, elle subit un régime
autoritaire qui a été sanctionné par des sanctions
économiques de l’ONU de sorte que son niveau de vie
est un des plus faibles du monde. Deux religions
dominent : l’islam dans sa composante sunnite pour
50% et un christianisme hérétique de type monophysite
pour 40%. Les catholiques représentent 200 000 fidèles
sur 7 millions d’habitants, soit environ 0,03% de la
population. Nous prierons pour que ces témoins de la
Vérité catholique en Erythrée ne soient plus persécutés
par le régime en place et évitent l’écueil de l’hérésie
pour servir le Christ dans une fidélité accrue
07/01 – 13/01 CHINE Entreprises
catholiques
La République Populaire de Chine est un pays
communiste qui compte 1,4 milliard d’habitants, soit
1/6ème de la population mondiale. C’est le deuxième
pays du monde le plus peuplé après l’Inde. Elle se
divise administrativement en 22 provinces, 5 régions
autonomes et 2 régions spéciales : Hong Kong et
Macao. Elle comprend 56 ethnies dont la principale est
à 92 % l’ethnie Han. L’Etat est officiellement athée. Si
la liberté des cultes est garantie sur le principe, les
membres du Parti Communiste sont tenus de rester
athées. D’après le gouvernement, il y a 7,7 % de
croyants. Dans la réalité, il y en aurait plus de 30 %.
Certaines sources indiquent 12 à 14 millions de
catholiques. Certains ont des entreprises. Peut-être en
est-il de celle que nous avons sollicité pour nous fournir
la statue de Saint-Joseph qui ornera l’entrée de la
Chapelle de la Vie. Sculptée à la main, elle sera en
marbre blanc et mesurera 1 mètre. Elle représentera
Joseph avec un lys et son outil de travail. Nous prierons
pour que la Providence daigne veiller sur ces ouvriers.
Que leur travail les rapproche de Dieu et leur fasse
comprendre l’amour infini de notre Sauveur, JésusChrist.
24/12 – 31/12 LIBAN Catholiques
menacés par
l’expansion de
la guerre en
Terre Sainte
Le Liban compterait 60 % de musulmans et 5 % de
druzes pour 35 % de chrétiens dans un Etat
pluriconfessionnel. Les événements qui se déroulent
dans la Bande de Gaza sont attentivement suivis par
cette population éprouvée par deux guerres successives
et une situation sociale aujourd’hui dramatique, suite à
la corruption de la classe politique et à la double
explosion dans le port de Beyrouth en 2020. Marielle
Boutros, jeune libanaise chargée de projet pour l’AED
libanaise, exprime son inquiétude : « ce dont nous
sommes témoins aujourd’hui à Gaza et dans le sud du
Liban fait resurgir de vieilles peurs. Nous sommes
hantés par les ombres de la guerre de 2006. En tant que
chrétiens vivant au Liban, nous prions pour les victimes
et leurs familles, mais nous sommes également inquiets
pour notre propre pays : nous ne voulons pas que le
Liban soit entraîné dans une nouvelle guerre. Ma
génération a déjà vécu deux guerres. Nous ne voulons
pas revivre tout cela à nouveau ». Prions pour que le
conflit palestino-israëlien ne s’étende pas aux pays
limitrophes et qu’une solution de paix durable soit
trouvée dans le pays que le Christ a traversé en long et
en large durant ses trois années de prédication.
17/12 – 23/12 BANGLADESH Personnel du
nouvel hôpital
catholique de
Dacca
Pour la première fois, le Bangladesh fait face à une
épidémie de dengue sans précédent. Le dérèglement de
la mousson et la hausse des températures favorisent la
reproduction des moustiques « Aedes », qui
transmettent le virus à l’homme. Cette année, depuis le
1
er janvier 2023, 1 676 personnes ont été emportées par
la dengue, contre 281 en 2022. Rien que le
12 décembre, on comptait 7 décès et 349 nouveaux
patients hospitalisés. Le bilan des personnes
hospitalisées atteint le chiffre spectaculaire de 318 305.
Le Dr Mohammed Hussein affirme : « aujourd’hui,
nous avons des patients qui viennent de villages où la
dengue n’avait jamais sévi ». « La forme classique de la
dengue s’est également modifiée », poursuit le médecin.
« Cette année, certains symptômes sont atypiques »,
souligne le Dr Sayeef Hussain Khan Mark. C’est
pourquoi « nous n’avons pas toujours pu identifier les
cas au début de l’épidémie, et ensuite, c’était trop tard
pour les patients ». Dans la salle-dortoir des femmes,
Sabina Yasmin semble l’avoir échappé belle. Admise
quatre jours plus tôt, épuisée et souffrant de violents
maux de tête, elle suspectait la dengue. « Mais quand
les docteurs m’ont donné les résultats, j’ai été surprise.
Je n’aurais pas imaginé avoir à la fois la dengue et la
typhoïde. » Le Dr Sayeef Hussain Khan Mark
commente : « Nous observons d’autres infections qui
accompagnent la dengue, et en particulier la fièvre
typhoïde et l’hépatite virale. » Prions pour la petite
minorité chrétienne de ce 3ème pays musulman le plus
peuplé au monde afin que la Providence l’aide à œuvrer
pour le bien de la population dans le nouvel hôpital
catholique de Dacca, la capitale.
10/12 – 16/12 CAMBODGE Catholiques
Khmers
A la fin du 2ème siècle, Tertullien écrivait : « le sang des
martyrs est la semence des chrétiens ». Lorsque les
khmers rouges communistes ont pris le pouvoir au
Cambodge, ils s’en sont pris aux minorités, en
particulier les chrétiens. Sur 17 millions d’habitants, les
catholiques représentaient 200 000 personnes. Ils ont
été anéantis totalement. Les massacres ont fait 1,7
millions de morts. L’Eglise est en train de reprendre
vie. Elle représente aujourd’hui 25 000 fidèles. Trois
nouveaux prêtres autochtones ont été ordonnés au mois
de septembre dernier. Ils s’ajoutent aux 14 prêtres
khmers et à la centaine de missionnaires et religieux
basés dans 80 paroisses. Cette résurrection n’est pas un
hasard. En 1978, un religieux vietnamien de la
Congrégation des Frères de la Sainte Famille en mission
au Cambodge depuis plusieurs décennies, le Frère
Damien est cruellement assassiné. Il avait annoncé sa
mort prochaine alors qu’il était en travail surveillé dans
une bananeraie. Vingt ans plus tôt, le Père Malo, prêtre
aux Missions Etrangères de Paris, mourait de mauvais
traitements après une marche exténuante qui l’avait
mené, sous la conduite du Vietminh communiste, du
Laos où il exerçait son ministère jusqu’à la bordure du
Vietnam. Il est aujourd’hui l’objet de la vénération des
fidèles. Ne doutons pas que ces martyrs constituent le
germe qui permet aux communautés de renaître après
des persécutions terribles. Prions pour ces pays d’Asie,
plus particulièrement pour le Cambodge, afin que la
Vierge Marie obtienne du Christ la grâce d’illuminer
ces peuples en proie à un paganisme destructeur et
accompagnons de nos prières les deux jeunes filles qui
partiront vendredi prochain en mission pour le Bénin.
03/12 – 09/12 GAZA Père Romanelli
et ses
paroissiens
Le Père Gabriele Romanelli, argentin de naissance, est
curé de Gaza. Il y exerce son activité pastorale depuis
18 ans. Il s’était rendu à Bethléem pour acheter des
médicaments pour une religieuse et il s’est trouvé pris
au piège là-bas sans pouvoir revenir auprès de son
peuple. Pour lui, la guerre n’a fait que s’intensifier.
Avant le 7 octobre, il vivait déjà au rythme des sirènes
et des explosions. « D’un côté, il y a toutes les activités
que l’on trouve dans le monde, et de l’autre côté, de
temps en temps, les sirènes, les bombes, l’impossibilité
de se déplacer librement ». La vie religieuse suit
également cette évolution : Messe et adoration
eucharistique ; activité sociale intense en faveur de ceux
qui souffrent. La communauté chrétienne se divise en
trois groupes : 1) les Palestiniens de souche,
relativement riches, mais de moins en moins nombreux,
parce qu’émigrant au fil des ans ; 2) les réfugiés arrivés
après la guerre de 1948 qui ont bien réussi grâce à
l’aide de l’Eglise et se résument aujourd’hui à 11
familles ; 3) les derniers arrivés en 1993, employés
gouvernementaux démis de leur fonction au
changement de gouvernement et qui ne reçoivent
qu’une partie de leur salaire, ce qui explique leur
précarité. L’an dernier, elle comptait 1017 chrétiens,
mais la communauté paroissiale réunit seulement
135 catholiques au milieu desquels des orthodoxes
viennent chercher une nourriture spirituelle. Ce petit
millier témoigne de sa confiance dans le Christ au
milieu de 2,5 millions de musulmans. Nous prierons
pour ce petit reste si éprouvé dont la plupart sont
aujourd’hui retranchés dans l’église paroissiale après le
bombardement de l’église orthodoxe Saint-Porphyre qui
a fait 18 victimes. Que Dieu leur fasse miséricorde !
26/11 – 02/12 SINGAPOUR Dévotion
mariale des
fidèles
Avec ses 725 km², la ville de Singapour constitue un
pays à part entière. Situé à l’extrême sud de la péninsule
malaise, elle a acquis son indépendance en 1965 après
être passé des mains de l’Empire Britannique à la
Malaisie en 1963. La population est à 75% chinoise. 1/3
est bouddhiste et les chrétiens sont presque aussi
nombreux que les athées : plus ou moins 20%. Il n’y a
que 360 000 catholiques, soit moins de 7% de la
population totale. Cependant, il y a un millier de
conversions par an depuis une dizaine d’année. Car les
catholiques sont très attachés à la dévotion mariale. De
nombreuses paroisses proposent la récitation du
chapelet avant la Messe en semaine. Les familles
catholiques le prient quotidiennement dans leur foyer.
Cette pratique est soutenue par le recours à Notre-Dame
du Perpétuel Secours, introduit par les Rédemptoristes
en 1935. Tous les ans, une grande procession est
organisée autour de l’église Saint-Alphonse. Dans ce
lieu de culte, entre dix et quinze mille personnes,
catholiques ou non, participent à un service de prières
tous les samedis. Nous demanderons à la Vierge Marie
d’intercéder auprès de son divin Fils afin que les
singapouriens persévèrent dans ce bel exemple de foi et
nous prierons pour nos communautés corses afin
qu’elles développent cette dévotion avec ardeur en
profitant de notre Sainte Famille pèlerine
19/11 – 25/11 BENIN Paroisse SainteThérèse de
l’Enfant-Jésus
de Boriyouré
Le Bénin est une ancienne colonie de la France. Le pays
est devenu indépendant en 1960. La moitié de sa
population est chrétienne. Il compte aujourd’hui dix
diocèses. Le diocèse de Natitingou a été érigé en 1964,
23 ans après l’arrivée du premier missionnaire, le père
Joseph Huchet de la Société des missions africaines
(Sma). C’est un beau diocèse situé dans une région de
montagnes, plaines et vallées au Nord-Ouest du Bénin.
Le diocèse compte actuellement 41 paroisses organisées
en huit secteurs. Plusieurs congrégations et instituts en
provenance de différents pays du monde apportent aussi
leur contribution. L’on note dans le diocèse plusieurs
structures, 15 écoles maternelles, 45 écoles primaires,
12 collèges, deux centres de formation professionnelle,
la Caritas diocésaine, le centre catéchétique, etc. Les
écoles catholiques comptent actuellement plus de 10124
élèves. Le but de Mgr Antoine Sabi Bio, évêque du
diocèse, est « de les éduquer selon les vertus
évangéliques ». C’est au service de cette Eglise que
deux de nos jeunes filles vont apporter leur aide
pendant 3 mois. Elles aideront à la chorale des jeunes et
dans les écoles primaires de la paroisse Sainte-Thérèse
de l’Enfant-Jésus à Boriyouré. Elles travailleront sous la
tutelle du curé fondateur de cette paroisse, le Père
Christoph Mensah qui est un religieux spiritain. Nous
prierons pour les fidèles de cette paroisse, leur curé et
son vicaire afin que l’Esprit-Saint prépare la Mission de
nos jeunes filles dans le cœur de tous
12/11 – 18/11 COSTA RICA Catholiques
victimes de la
violence
Le Costa Rica est un pays d’Amérique centrale entre le
Panama et le Nicaragua. Colonisé par l’Espagne au
XVIème siècle, il est indépendant depuis 1821 et, à
l’image de la Suisse, il prône la neutralité dans les
conflits. Il a même supprimé son armée. La population
est de plus de 5 millions d’habitants dont 62 % se
déclarent catholiques, même s’il n’y a que 46 % de
pratiquants, et 25 % se déclarent protestants. Malgré
cette imprégnation largement majoritaire du
christianisme, le nombre d’homicides ne cesse
d’augmenter. Les évêques en appellent à toutes les
autorités de la nation pour mettre fin à cette tragédie. Ils
recherchent les moyens de prendre les décisions qui
permettront de combattre ce fléau. Car la vie humaine
doit être respectée et la société a besoin de sécurité pour
que chacun puisse vivre dans la sérénité. Nous prierons
pour les costaricains afin qu’ils réalisent l’importance
du 5ème commandement : « tu ne tueras point ». Sans ce
respect fondamental et la lutte contre la violence et les
atteintes à la vie, les relations humaines sont difficiles à
vivre et empêchent le développement harmonieux de la
vertu de charité.
05/11 – 11/11 BIRMANIE Caholiques
Karens
Aux confins de la Birmanie, à la frontière avec la
Thaïlande, le peuple Karen a été initié à la foi
chrétienne au milieu du XXème siècle, il y a 3 ou
4 génération. Face aux 250 000 Thaïlandais, ils
comptent 6 millions de Birmans qui s’opposent depuis
1948 à la junte birmane. A leur arrivée, les
missionnaires ont pris contact avec des personnes
bienveillantes qui étaient enfermées dans des rituels
animistes de sacrifice extrêmement coûteux. La
conversion au christianisme les a délivrés de ce lourd
tribut économique et de la peur des esprits. Les
conversions ont continué un pic dans les années 1980,
car elles se faisaient de manière massive par familles et
communautés villageoises. Aujourd’hui, ce sont des
conversions individuelles, à l’occasion des mariages par
exemple. Un jeune catéchiste nommé Paudau a
approché une jeune fille bouddhiste dont la famille
exige la renonciation au christianisme. La fille ne
refuserait pourtant pas l’eau du baptême, mais
l’opiniâtreté des parents l’emporte et le projet d’union
avorte. Une autre jeune fille, tout aussi bouddhiste que
la première, entre en scène. Cette fois, les familles
s’entendent : la jeune fille deviendra chrétienne et ses
parents avec ! Ils disent avec sagesse : « l’harmonie
aidera à surmonter les difficultés. Prions pour les
catholiques Karen afin qu’ils sachent toujours bien
s’orienter dans leur vie et choisissent ce qui fortifiera
leur foi chrétienne et demandons ces mêmes grâces
pour nos propres populations.
29/10 – 04/11 BANGLADESH Notre-Dame de
Fatima de
Boromari
A 200 km au Nord de Dacca, la capitale, le sanctuaire
marial dédié à Notre-Dame de Fatima a été créé en
1997 en réponse à l’appel de Jean-Paul II de fonder des
« pèlerinages de foi ». Depuis 1998, le pèlerinage se
déroule pendant les deux derniers jours d’octobre. Les
foules n’ont cessé de grossir depuis. Les chrétiens
bengalis ont une très grande dévotion dans la Vierge
Marie. La plupart des catholiques de cette région
provient de l’ethnie Garo dont les ancêtres proche de
l’hindouisme ont été évangélisés par les Portugais.
Actuellement, la grande majorité de cette population est
chrétienne. Nous demanderons à Dieu toutes les grâces
qu’ils leur sont nécessaires pour vivre avec ferveur de
leur foi chrétienne dans la vie quotidienne. Et que
Notre-Dame de Fatima nous accompagne tous afin que
nous progressions dans la vertu et offrions notre cœur à
Jésus-Christ en réparation pour nos péchés et pour ceux
des plus grands pécheurs.
22/10 – 28/10 VIET NAM Représentation
diplomatique
du Vatican
Le 29 septembre dernier, le Pape François a adressé une
lettre à la communauté du Viêt Nam à l’occasion de
l’adoption d’un accord sur le statut de représentant
pontifical et sur le bureau de ce représentant dans ce
pays. Cette installation d’une représentation pontificale
auprès des autorités vietnamiennes est le résultat de
tractations avec le Saint-Siège. Rome a toujours attaché
beaucoup d’importance aux représentations
diplomatiques. Ce n’est pas seulement de la mondanité.
Le réseau diplomatique romain a pour principal objectif
de protéger et de défendre les intérêts de l’Eglise
catholique dans un environnement donné. La
reconnaissance de ce réseau permet d’établir des
relations au plus haut niveau et d’exiger le respect des
engagements pris dans les accords conclus. Le Viêt
Nam est un pays où le parti communiste contrôle toutes
les institutions politiques du pays. Le catholicisme est
pratiqué par moins de 10 % de la population, mais ce
pourcentage est en hausse progressive. Le Pape
François a rappelé les propos de Benoît XVI aux
évêques : « l’Eglise invite tous ses membres à s’engager
loyalement pour l’édification d’une société juste,
solidaire et équitable. Elle ne prétend nullement se
substituer aux responsables gouvernementaux, désirant
simplement pouvoir prendre une juste part à la vie de la
nation, au service de tout le peuple ». Nous prierons
pour que les ouvertures faites à l’Eglise soient utiles
aux fidèles catholiques et facilitent l’expansion de la foi
et de la vie divine dans le plus grand nombre des cœurs.
15/10 – 21/10 TERRE SAINTE Catholiques de
la Bande de
Gaza
Vous êtes au courant des événements dramatiques qui
touchent la Terre Sainte. Après les divers attentats du
Hamas, la réaction d’Israël ne s’est pas fait attendre.
Des milliers de bombes ont été déversées sans aucun
discernement sur la Bande de Gaza et le Sud du Liban.
Nous devons prier pour les chrétiens qui sont victimes
de ces actions violentes afin qu’ils ne désespèrent pas et
prient avec ferveur pour sortir de cette situation de
guerre. Celle-ci résulte de l’injustice qui perdure contre
les Palestiniens. Le danger est que l’embrasement de la
région ne se propage ensuite dans le monde entier. Le
Patriarche latin de Jérusalem appelle à une journée de
jeûne et de prière mardi prochain. « Au nom de tous les
Ordinaires de Terre Sainte, j’invite toutes les paroisses
et communautés religieuses à une journée de jeûne et de
prière pour la paix et la réconciliation. Nous demandons
que le mardi 17 octobre, chacun prenne une journée de
jeûne, d’abstinence, et de prière. Des temps de prière
avec adoration eucharistique et chapelet à la Sainte
Vierge devraient être organisés. Il est probable que dans
de nombreuses parties de nos diocèses, les
circonstances ne permettent pas de grands
rassemblements. Dans les paroisses, dans les
communautés religieuses, dans les familles, il sera
toujours possible d’organiser des moments de prière
communs, simples et sobres. » Associons nous dans la
mesure du possible à ce projet et prions pour que, Notre
Seigneur Jésus-Christ, le Prince de la Paix, nous donne
la sérénité de l’âme et la tranquillité dans l’ordre social.

08/10 – 14/10 BANGLADESH Oblats de Marie
Immaculée
Le Bangladesh est un pays à plus de 95 % musulman.
L’Islam est la religion d’Etat selon le 8ème amendement
à la Constitution de 1988. Le courant majoritaire à 96 %
est le sunnisme. D’autres religions peuvent aussi être
pratiquées. Cependant, cette déclaration de religion
d’Etat a conduit à l’expression violente des extrémistes
musulmans. Le 29 juillet 1973, un groupe de
missionnaires de la congrégation des Oblats de Marie
s’est mis au service de l’Eglise locale. L’archevêque de
Dacca, Mgr Bejoy N. D’Cruze a célébré ce jubilé des
cinquante ans de leur présence dans le pays avec 80
prêtres et 600 fidèles. Cette célébration fait suite à
l’anniversaire des 500 ans de présence chrétienne dans
le pays, célébré en 2017. Certains mouvements de laïcs
sont particulièrement développés : La Jeunesse
Étudiante Catholique pour les lycéens et le Mouvement
des Etudiants Catholiques du Bangladesh ; La Légion
de Marie, qui travaille à l’avènement du Règne du
Christ ; Marriage Encounter, un mouvement
d’accompagnement des couples et la Société de Saint
Vincent de Paul, en faveur des plus démunis. Prions
pour que les 300 à 350.000 catholiques Bangladeshis
continuent à vivre en paix et harmonie avec les
membres des autres religions. Prions aussi pour les
OMI, présents aussi en Corse, afin que leur ministère
soit fécond et produise des fruits de vie chrétienne.l

01/10 – 07/10 ARMENIE
HAUT KARABAKH
Catholiques
arméniens de la région
Dans un communiqué du 20 septembre, l’Œuvre
d’Orient s’alarme après les attaques menées par
l’Azerbaïdjan sur le territoire du Haut-Karabakh. « Les
Arméniens sont de trop sur leur propre terre
historique. » Ils sont « considérés comme des nuisibles
et des terroristes, il faut les affamer, les encercler, les
faire disparaître ». On ne peut accepter une telle
situation encouragée par les autorités turques ». Le
Haut-Karabakh, peuplé majoritairement d’Arméniens, a
proclamé son indépendance en 1991, suite à la
dislocation de la république soviétique d’Azerbaïdjan.
Mais, cette région est convoitée par l’Azerbaïdjan à
majorité musulmane. Dotée d’un riche patrimoine
religieux, églises, monastères et khatchkars (« pierre à
croix »), elle révèle la foi du peuple arménien depuis
presque deux millénaires. Mgr Pascal Gollnisch,
directeur général de l’Œuvre d’Orient, explique que « la
question religieuse est au centre du conflit du HautKarabakh, dans la mesure où l’on a affaire à des pays
qui, culturellement, ne séparent pas le politique du
religieux ». Pour lui, « dans ce conflit, les Arméniens
sont clairement visés comme chrétiens ». Actuellement,
les soldats azéris mènent des actions contre les édifices
religieux, effacent les traces chrétiennes des cimetières,
vandalisent les croix. Le sentiment antichrétien se
déploie. « Des propos, des gestes comme la sortie d’un
timbre montrant un soldat azéri muni d‘un appareil de
désinsectisation arrosant un Arménien, rappellent les
faits génocidaires de 1915 », dénonce-t-il. Prions pour
cette population abandonnée sur l’autel des projets
politiques de certains afin que l’épreuve soit l’occasion
de grandir dans une plus grande fidélité au Christ, notre
Sauveur.

24/09 – 30/09 INDE Les structures
catholiques de
santé
Le plus grand réseau non gouvernemental d’assistance
médicale d’Inde fête cette année les 80 ans de sa
fondation. L’actuelle Association Catholique de Santé
de l’Inde (CHAI) compte plus de 3500 établissement
d’assistance médicale et de services sociaux affiliés.
Plus de 1000 sœurs médecins appartenant à différentes
congrégations forment le cœur des bénévoles à temps
plein qui sont au service de cette association. Celle-ci a
été créée par une australienne Mary Glowrey qui, en
1920, s’installe à Guntur dans l’Andra Pradesh sur
inspiration divine. Aussitôt, elle se sent comme chez
elle et déclare à sa famille que c’est « uniquement par
erreur » qu’elle n’était pas née en Inde. Elle se met au
travail et organise la prise en charge des malades. Dix
ans plus tard, sa Mère supérieure la compare à un phare.
Dans les années 1940, elle finit par fonder l’hôpital
Saint-Joseph de Guntur offrant une formation en
obstétrique, pharmacologie et soins infirmiers. Son
action est entièrement consacrée à la culture de la vie.
C’est le 29 juillet 1943 qu’elle crée l’Association
mentionnée ci-dessus qui fournit une assistance
médicale à plus de 21 millions de personnes chaque
année. Elle décède en 1951 à l’âge de 74 ans. Sa cause
de canonisation a débuté en 2010. Elle a déjà été
déclarée Servante de Dieu. Nous prierons pour tout le
personnel médical qui appartient à cette œuvre et nous
demanderons à Dieu de les garder fidèles dans le
respect pour le service de la vie humaine.

17/09 – 23/09 MAROC Minorité
catholique dans
les décombres
Le Maroc est un pays où l’Islam est la religion d’Etat.
La Constitution garantit à tous le libre exercice des
cultes et le roi est le « commandeur des croyants ». La
population est à 98,7 % musulmane. Il y a 1 % d’athées
déclarés, 0,2 % de juifs et 0,1 % de chrétiens, parmi
lesquels on compte quelques catholiques. Il s’agit d’un
petit reste, un peu comme en Mongolie. Cependant,
l’Eglise catholique y est structurée depuis des siècles
avec la présence constante au cours de l’histoire de
prêtres français et espagnols. Désormais, deux
archidiocèses couvrent le territoire marocain :
l’Archidiocèse de Rabat et celui de Tanger, dans le
Nord du pays. Le séisme d’amplitude 7 qui a sévi la
semaine dernière avait pour épicentre le Sud-Ouest de
Marrakech, à plus de 300 kms de Rabat et à 600 kms de
Tanger. Cependant, les secousses ont été ressenties
jusque dans la capitale. Actuellement, on dénombre
plus de 2900 victimes. Prions pour toutes ces personnes,
en particulier les baptisés catholiques, qui ont trouvé la
mort de manière subite et violente. Ce n’est pas une
grâce de mourir sans avoir le temps de se préparer.
Demandons à Dieu de faire grande miséricorde pour
toutes ces âmes surprises dans leurs activités et
n’oublions pas de nous préparer tous les jours à nous
présenter devant le Christ, notre Juge pour l’éternité.

10/09 – 16/09 MOZAMBIQUE Franciscains
missionnaires
La Corse n’est pas la seule région du monde à avoir été
marquée par l’évangélisation des franciscains qui met
l’accent sur la religion populaire. Le Mozambique
célèbre cette année la 125
ème année de l’arrivée des
Franciscains dans le pays en août 1898 à Beira. Un
quart de la population est catholique sur 60 % de
chrétiens. L’Islam est pacifique, mais il est actuellement
instrumentalisé dans les régions du Nord par les
mouvements terroristes. Le travail des Franciscains s’en
est trouvé abîmé, parce que la guerre civile a détruit les
liens sociaux. Les Frères s’efforcent de faire sentir leur
présence pour guérir ces blessures. L’autre objectif des
Frères mineurs est de relancé les missions pastorales.
Un Franciscain risque de perdre son identité en
acceptant des responsabilités paroissiales. Il aurait
l’impression de s’établir et de s’embourgeoiser alors
qu’il doit toujours parcourir le monde, tel un nomade,
pour témoigner de la pauvreté du Christ et de notre état
permanent de pèlerin. Bien enracinée dans la
population, forte de près de 90 membres dont une
majorité de mozambicains, la Congrégation
Franciscaine adresse son action de grâce à laquelle nous
nous associerons. Nous prierons pour que ses membres
reçoivent de l’Esprit-Saint les inspirations qui les
guideront et les fortifieront sur le chemin de l’union à
Dieu et le service au prochain.

03/09 – 09/09 NIGER La minorité
catholique
Le Niger est un État séculier dont la société est
composée d’au moins 95 % de musulmans dont 47 %
d’une fraternité soufie qui mélange Islam et rites
animistes. Les chrétiens, surtout catholiques, sont
souvent désignés par l’appellation « créoles », en
référence à la colonisation française, car dans le pays,
l’islam s’apparente à un caractère identitaire, surtout
pendant la période de la décolonisation. En 2016, on
comptait au Niger 70 000 chrétiens, catholiques et
protestants, sur une population de 20 millions
d’habitants. Lors de l’allocution de l’Angelus le
dimanche 20 juillet, le Pape a déclaré : « «je suis avec
inquiétude ce qui se passe au Niger ». Mgr Laurent
Lompo, archevêque de Niamey, a souhaité que «cet
appel du Pape soit entendu de tous afin qu’advienne la
paix dans notre pays ». Le 26 juillet dernier, une
coalition militaire a renversé le président en charge,
Mohammed Bazoum, élu en 2021. Les évêques
nigérians ont organisé un triduum de prières avant le 15
août pour éviter la guerre. En effet, la Communauté
économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
(CEDEAO) envisage une intervention armée, ce qui
risquerait d’embrasser la région. Prions pour les
catholiques de cette région afin qu’ils ne soient pas les
victimes des troubles sociaux qui agitent la société
civile nigériane.

27/08-02/09 MONGOLIE Catholiques de
ce pays
Selon un prêtre missionnaire en Mongolie, la venue
prochaine du pape François dans le pays met à
l’honneur les contributions des missionnaires qui ont
travaillé pour la renaissance de l’Église locale il y a
trois décennies. Le prochain voyage apostolique du
Pape François se déroulera en Mongolie du 31 août au
4 septembre prochain. Il aura lieu 31 ans après l’arrivée
de trois membres de la Congrégation du Cœur
Immaculé de Marie (CICM), également appelés
scheutistes, venus après le retour de la démocratie en
Mongolie et le rétablissement des relations
diplomatiques avec le Vatican. Les trois missionnaires,
les pères Wenceslao Padilla, Robert Goessens et Gilbert
Sales, sont arrivés deux ans après la chute du régime
communiste, qui était à la tête du pays depuis 1924 et
qui avait interdit toutes les religions. Le père Gilbert
Sales a salué la mémoire du père Padilla, devenu le
premier préfet apostolique d’Oulan-Bator. Mgr Padilla,
d’origine philippine, a servi en Mongolie jusqu’à sa
mort en 2018. Aujourd’hui, celle-ci compte environ
1 500 fidèles pour huit paroisses et 77 missionnaires
(pour plus de 3 millions d’habitants). Quand ils sont
arrivés en Mongolie en 1992, il n’y avait pas de
catholiques mongols dans le pays à part quelques
employés dans des ambassades étrangères à OulanBator. Les missionnaires ont commencé à célébrer la
messe dominicale à domicile. Puis ils ont loué une salle
pour les célébrations. Des églises en brique ont été
construites et en 1996, il y avait 150 fidèles en
Mongolie, qui ont célébré la consécration de la
première église catholique dans le pays. Prions pour
cette renaissance de l’Eglise catholique en Mongolie.
Que le Saint-Esprit vienne en aide aux missionnaires.

20/08 – 26/08 PAKISTAN Catholiques
menacés de
mort
Les chrétiens de la ville de Jaranwala, au Pendjab, près
de Faisalabad, ont fui en masse lorsque des fanatiques
ont commencé à jeter des pierres et des cailloux et à
mettre le feu à des bâtiments mercredi dernier 16 août.
Cet incident fait suite à une accusation de blasphème à
l’encontre d’un chrétien accusé d’avoir profané le
Coran et insulté le prophète de l’islam. Le père Abid
Tanveer, vicaire général du diocèse de Faisalabad, a
déclaré : « La situation est terrifiante. Les chrétiens ont
très peur. Nous vous demandons de prier pour notre
peuple, de prier pour que leurs vies soient protégées.
Tant de gens ont perdu leurs biens, tout. Ils ne savent
pas quoi faire ni où aller ». Jusqu’à présent, 2 000
personnes ont fui leur domicile. Treize églises ont été
attaquées, plusieurs incendiées, ainsi que la maison
d’un catéchiste et une maison paroissiale. Les certificats
de baptême, de mariage et de décès de la paroisse SaintPaul à Jaranwala ont été détruits par le feu. Des appels à
tuer les chrétiens ont été lancés. Mais, pour l’instant,
aucun décès n’a été signalé. Les chrétiens constituent
une infime minorité au Pakistan (3,5 % de la
population) et font souvent l’objet de persécutions de la
part de la foule. Les accusations de blasphème sont
souvent invoquées dans ces situations, bien qu’elles se
révèlent généralement fausses et sans fondement. Prions
pour les catholiques pakistanais afin qu’ils soient
protégés dans leur vie et dans leur foi. Que la force
divine les accompagne dans cette épreuve et que la paix revienne rapidement !

13/08 – 19/08 SRI LANKA Les catholiques
de ce pays à
92% païen
Le 30 juin dernier à Borella, une banlieue de Colombo,
l’Église catholique sri-lankaise a organisé une
conférence au siège de la Caritas nationale, afin de
marquer les 200 ans depuis l’arrivée des premiers
ouvriers tamouls au Sri Lanka, amenés dans l’île par les
Britanniques en 1823. Pour le cardinal Ranjith,
archevêque de Colombo, cet anniversaire est une
occasion de parler des conditions d’esclavage moderne
dans lesquelles vivent toujours leurs descendants. « Ils
doivent être traités de telle manière que leur dignité soit
protégée. » L’Eglise s’est toujours battue pour que les
hommes trouvent dans leur travail le plein
épanouissement de leur dignité. Dans son message du
Nouvel An, le Cardinal demandait à la communauté
chrétienne de rester unie pour le bien de la Nation. Il
évoquait la grave crise qui frappe le pays. Près de 6,3
millions de Sri-Lankais (soit plus de 30 % de la
population) font face à des niveaux d’insécurité
alimentaire et leur situation devrait s’aggraver en
l’absence d’une assistance adéquate pour sauver des
vies. Une situation aggravée par deux saisons
consécutives de mauvaises récoltes qui ont entraîné une
chute de près de 50 % de la production. Le taux de
pauvreté est de 25 % dans le pays avec une perte d’un
demi-million d’emplois. Dans le Nord et l’Est du pays,
des veuves tamoules et cinghalaises subissent toujours
les conséquences de la perte de leur mari pendant la
guerre civile de 1983 à 2009 : traumatismes, pauvreté,
violences sociales et préjugés culturels et religieux.
Nous prierons pour ces populations, en particulier nos
frères catholiques, afin que la Providence vienne réparer
ce que la folie des hommes détruit matériellement et
surtout dans le cœur de chacun

06/08 – 12/08 PAPOUASIE Conditions
climatiques
La Papouasie est une région située dans l’est de
l’Indonésie dont elle dépend. Elle est à 70% formée de
chrétiens. Actuellement, elle est particulièrement
exposée au phénomène climatique El Niño qui
provoque une sécheresse extrême dans la région. Selon
les autorités locales, certains secteurs n’ont presque pas
eu de pluie depuis le mois de mai, causant une crise
alimentaire importante avec au moins six décès et
plusieurs milliers d’habitants vulnérables. Le 2 août, le
président Joko Widodo a annoncé deux semaines
d’intervention humanitaire urgente dans la région.
Malheureusement, les compagnies aériennes craignent,
en certains endroits, d’apporter cette aide alimentaire
par peur d’être attaquées par des groupes rebelles proindépendance. Willem Wandik, un responsable
politique de la région de Puncak, a confié que 7500
résidents ont été exposés à la famine dans les districts
d’Agandugume et de Lambewi. Il a expliqué que six
habitants dont un bébé sont décédés après avoir mangé
des tubercules avariés par manque de nourriture. « La
famine a été déclenchée par la météo extrême. La
température est très fraîche et il n’y a pas eu de pluie
depuis le mois de mai. Par conséquent, les habitants
n’ont pas pu récolter de patates douces et de taro [un
tubercule tropical] », a-t-il précisé dans un communiqué
publié le 1er août. Nous prierons pour cette population,
non pas pour que les ravitaillements se fassent, mais
pour que la pluie tombe sur la région et apporte, par
l’effet de la Puissance divine, le vrai remède à l’épreuve
supportée par ces communautés.

30/07 – 05/08 INDONESIE Institution du
mariage
L’Eglise catholique n’est pas favorable aux mariages
interreligieux, parce que l’expérience montre que ces
unions sont au détriment de la foi et de la vie
chrétienne, en particulier pour les enfants. Cependant,
elle les autorise surtout quand la partie non chrétienne
accepte de respecter les engagements de la partie
chrétienne ou désire se convertir. Mais l’Etat se mêle
parfois d’intervenir en cette matière de façon coercitive.
La Cour suprême indonésienne a ordonné aux tribunaux
de ne pas accepter les demandes d’enregistrement de
mariages entre personnes de différentes croyances
religieuses au nom de l’article 2 de la loi de 1974 qui
légalise les mariages seulement au sein de la même
religion. Dans ce pays, il y a deux régimes : les
musulmans enregistrent leur union auprès du Bureau
des Affaires religieuses, tandis que les autres doivent se
tourner vers le Bureau d’état civil. La possibilité des
mariages interreligieux n’est pas considérée. Pourtant,
en 1986, la Cour suprême a accordé à une femme
musulmane le droit d’enregistrer son mariage avec un
homme non musulman auprès du Bureau d’état civil. Le
mois dernier, un tribunal de district de Jakarta a fait la
même chose pour un homme chrétien et une femme
musulmane. Le Conseil indonésien des oulémas (MUI),
a quant à lui contesté la décision du tribunal de district.
Ce manque de reconnaissance légale des couples
interreligieux peut entraîner de nombreuses difficultés
en termes de droits, d’héritages et d’accès aux
avantages sociaux. Nous prierons donc pour ces
catholiques indonésiens soumis concrètement à la
pression islamique afin qu’ils restent fidèles aux
exigences de la vie chrétienne et agissent avec prudence
dans la conclusion d’une union matrimoniale.

23/07 – 29/07 CHINE Unité des
communautés
catholiques
Vous vous souvenez sans doute qu’il y a 3 mois et
demi, le gouvernement chinois a transféré Mgr Shen
Bin du siège épiscopal de Haimen à celui de Shanghai.
Cette nomination s’est faite sans le consentement du
Vatican, contrairement aux engagements pris dans
l’Accord provisoire sur la nomination des évêques signé
en 2018 et renouvelé en octobre 2022. Ce 15 juillet, le
Pape François a décidé d’entériner cette nomination. Au
même moment, le secrétaire d’Etat du Saint-Siège a
donné une interview où il reconnaît que cette
nomination constitue une violation de l’Accord
provisoire. Il déclare : « le pape François a décidé de
rectifier l’irrégularité canonique pour le bien commun
du diocèse et l’exercice fructueux du ministère pastoral
de l’évêque ». Il demande à Mgr Shen Bin de travailler
avec les autorités chinoises, en particulier à régler la
situation des deux évêques auxiliaires de Shanghai, Mgr
Thaddeus Ma Daqin et Mgr Joseph Xing Wenzhi. Le
premier est confiné au séminaire de Sheshan depuis
2012 après avoir son refus public de rejoindre
l’Association patriotique des catholiques chinois,
l’organe utilisé par le Parti communiste chinois pour
contrôler l’Église officielle en Chine. Le second,
nommé en accord avec le Saint-Siège, a disparu en
2011 pour des raisons inconnues. Depuis le 8 septembre
2021, aucun évêque n’a été nommé avec l’accord des
deux parties, alors qu’un tiers des diocèses chinois sont
sans évêque. Prions donc pour que cette main tendue
vers un régime menteur et impie ne soit pas l’occasion
d’une persécution accrue des catholiques, mais
l’opportunité d’un développement salutaire des
institutions catholiques dans le pays.

16/07 – 22/07 MOZAMBIQUE Les catholiques
face à la
situation
sociale
Le Mozambique compte un peu plus de 32 millions
d’habitants. C’est une ancienne colonie portugaise. En
2007, plus de la moitié de la population était chrétienne
dont 28,4 % était catholique. Il y a 17,9 % de
musulmans et 17,8 % d’animistes. 8,2 % disent n’avoir
aucune religion. Dans la province de Cabo Delgado, des
groupes djihadistes répandaient la violence et la terreur
depuis 2017. L’armée mozambicaine a reconquis une
grande partie du territoire. Mais l’insécurité demeure.
Pour de 850.000 personnes ont été déplacées par ces
conflits et ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence.
Prions pour les habitants de ce pays, un des plus
pauvres du globe. Que son Eglise continue, par ses
évêques et son clergé à soulager ceux qui souffrent le
plus au travers des œuvres caritatives. Et souvenonsnous aussi dans notre pays que la charité reste le
principal devoir vis-à-vis de notre prochain par
l’expansion de la paix du Christ.

09/07 – 15/07 BENIN La vie dans le
mariage
Le Bénin à 12 millions d’habitants dont 46 % de
catholiques, 28 % d’animistes et 25 % de musulmans.
C’est un pays où les catholiques sont bien formés et
mènent une vie chrétienne fervente. Nos deux Pères
Franciscains de l’Immaculée sont béninois ainsi que le
Cardinal Sarah bien connu. La langue officielle du
Bénin est le français. A l’école, la prière rythme les
journées à toutes les pauses et changements de cours.
La Messe et le catéchisme sont hebdomadaires. Il y a un
grand amour fraternel entre les membres de l’Eglise et
une bienveillance envers les autres. Les séminaires sont
remplis de centaines de jeunes enthousiastes. Nous
sommes loin des quelques ordinations par an en France.
Cependant, certains chantiers sont encore à approfondir,
comme celui du mariage chrétien et de la fidélité
conjugale. En effet, la tradition ancestrale est polygame.
Les béninois ont besoin de mieux comprendre les divers
langages de l’amour, la fidélité à toute épreuve, le lien
de confiance entre l’homme et sa femme, la nécessité
d’un dialogue permanent entre l’un et l’autre et
l’exigence du pardon mutuel. Ces réalités sont encore
difficiles à mettre en œuvre en raison des pratiques
vaudou, encore en vigueur dans certains foyers
catholiques. Nous prierons donc pour les familles
béninoises afin que le Saint-Esprit les éclaire et les aide
à vivre pleinement leur foi dans le Christ qui ne sauve
pas seulement des individus, mais qui fortifie nos liens
familiaux et sociaux par la charité vécue avec
authenticité.

 

02/07 – 08/07 VENEZUELA Le sursaut des
Catholiques
dans l’apathie
générale
Le Venezuela compte plus de 90 % de chrétiens.
L’Eglise Catholique représente une force sur le plan
social dans un pays qui connaît une situation d’extrême
pauvreté et de criminalité galopante du fait de la chute
du cours du pétrole, sa principale manne. Bien qu’elle
soit étroitement surveillée, l’Eglise est très vivante, unie
et joyeuse. En plus de l’aide matérielle, les catholiques
reçoivent une nourriture spirituelle forte. Au début de
l’année, les évêques ont lancé un appel pressant à toutes
les âmes de bonne volonté : « notre société est paralysée
par l’inertie et la résignation, par le manque d’espoir…
Faisons face à la paralysie nationale… Nous devons
nous lever, en faisant confiance à l’aide de Dieu, et
prendre courageusement des risques ensemble pour
construire un meilleur pays ». Prions pour que ce vœu
se réalise au Venezuela et que la population puisse
sortir de cet état de misère. Et réfléchissons aussi à ce
que nous-mêmes nous pourrions faire pour sortir de
notre léthargie ambiante et œuvrer à notre modeste part
à l’amélioration de notre propre région.

25/06 – 01/07 COREE DU SUD Les handicapés
mentaux et les
Filles de NotreDame de la
Visitation
Hoat, dont les parents sont décédés il y a plusieurs
années et qui n’a ni frères ni sœurs, souffre de troubles
mentaux depuis plus de vingt ans, après avoir subi un
grave traumatisme cérébral lors d’un accident de la
route. Il n’était plus capable d’accomplir des tâches
simples. Aujourd’hui, il nettoie sa maison et fait sa
lessive tous les jours. Sœur Mary Le Thi Thu Huong,
des Filles de Notre-Dame de la Visitation, explique :
« Nous essayons de faire quelque chose d’utile pour sa
santé physique et mentale, comme de lui parler tous les
jours, lui donner de la nourriture, des médicaments et
des vêtements, et lui apprendre à faire le ménage ». Le
ministère de la santé a indiqué l’année dernière que les
cas de troubles mentaux étaient en augmentation et que
le pays comptait près de 15 millions de patients, soit 15
% de sa population. La maladie mentale peut surgir
après avoir perdu un être cher, à la suite d’une lésion
cérébrale ou pour des raisons génétiques. Dans le cas
des femmes, nombreuses sont celles qui ont subi des
violences domestiques. Beaucoup d’entre elles vivent
seules et « celles qui vivent avec des parents ont parfois
les jambes enchaînées à l’intérieur des maisons, par
crainte des potentiels dommages physiques qu’elles
pourrait causer à elles-mêmes et aux autres » selon la
sœur Thao. La religieuse s’occupe notamment depuis
plusieurs mois d’une jeune femme de 24 ans confinée
pendant des années dans une pièce minuscule par ses
parents, qui la croyaient « possédée par un démon. »
Prions pour ces personnes plus fragiles et ayons à cœur
de pratiquer les œuvres de miséricorde envers notre
prochain.

18/06 – 24/06 INDONESIE Consécration
d’une nouvelle
église
Le dimanche 11 juin dans la ville de Tangerang (à
environ 20 km de Jakarta, la capitale indonésienne), le
cardinal Ignatius Suharyo a consacré la nouvelle église
pour la paroisse Sainte-Bernadette. Le projet a été
retardé pendant 26 ans à cause de l’opposition de
groupes musulmans radicaux. La lutte de la
communauté locale reflète les défis posés par la
bureaucratie indonésienne pour la liberté de culte. Au
cours de ce conflit, les musulmans sont allés jusqu’à
bloquer la route principale permettant d’accéder à
l’établissement scolaire où les messes étaient célébrées.
Même quand la paroisse a obtenu un site pour y
construire un lieu de culte permanent, ces groupes
islamiques ont organisé une manifestation massive.
Quand les messes ont commencé à être célébrées, une
plainte a été déposée auprès de l’administration de la
ville afin de demander la révocation du permis de
construire. Le projet a alors été interrompu à nouveau.
Pourtant, malgré la résistance des extrémistes, au moins
12 000 personnes ont eu le courage de participer aux
célébrations hebdomadaires de la paroisse sous
protection policière, jusqu’à ce qu’un nouveau permis
de construction soit délivré. En décembre dernier, à
l’occasion des fêtes de Noël, la communauté semblait
optimiste malgré l’absence de bancs pour les
célébrations, et le chantier s’est enfin terminé en février.
« Cette longue histoire de lutte reflète notre
endurance », a déclaré le Cardinal Suharyo au cours de
la cérémonie de consécration. Prenons exemple sur ces
chrétiens de l’extérieur pour garder la patience dans les
difficultés diverses qui nous touchent aussi pour
maintenir la célébration de la Messe dans le rite
traditionnel.

11/06 – 17/06 REPUBLIQUE
DEMOCRATIQUE
DU CONGO
Sœurs
angéliques de
Saint-Paul au
Sud Kivu
Le Sud-Kivu est une des régions de la République
Démocratique du Congo où est installée la
Congrégation des Sœurs angéliques de Saint-Paul. Elles
y ont 3 maisons et 55 sœurs. La zone est instable au
plan politique et il y a de nombreuses violences qui
touchent plus particulièrement les femmes. A cette
situation sociale difficile se sont ajoutées des
intempéries qui ont entraîné des éboulements
dévastateurs. Il y a beaucoup de cas de malnutrition
sévère chez les enfants. Les sœurs font ce qu’elles
peuvent pour soutenir les petits dans le besoin. Elles ont
mis en place un programme d’adoption à distance pour
être aidées dans leur tâche. Elles s’occupent de
l’éducation des enfants et des jeunes filles. Leurs écoles
accueillent 900 élèves. Nous prierons la Providence
pour cette congrégation afin que ses membres
continuent leur apostolat avec courage et répandent
dans cette région la foi catholique et la reconnaissance
du nom de Jésus-Christ comme Sauveur des hommes.

04/06 – 10/06 COREE DU
NORD
Chrétiens
persécutés
Cinq chrétiens nord-coréens sont toujours en détention
depuis leur arrestation par les autorités communistes. Les
cinq personnes, qui appartiennent à la même famille, se
rassemblaient le dimanche à 5 h 00 du matin dans leur
ferme familiale. Le 30 avril, les forces de l’ordre sont
intervenues après la dénonciation d’un informateur
anonyme. La réunion de prière hebdomadaire avait lieu
dans le village de Tongam près de la ville de Sunchon,
dans le centre-ouest du pays, quand la police les a
emmenés. Selon un résident anonyme, les personnes
arrêtées n’ont enfreint aucune loi car il ne s’agissait pas
d’un événement public ni de propagation ostensible de leur
foi. « Un employé du service juridique nous a dit que les
croyants ont refusé de leur dire d’où leurs bibles
provenaient, et qu’ils ont ajouté ‘Tout pour Jésus, même
dans la mort. » La Commission pour la liberté religieuse
internationale (USIRF) a classé la Corée du Nord parmi les
pays coupables des violations les plus graves de la liberté
de religion ou de croyance. Selon la Radio Free Asia, le
gouvernement ultra-communiste « continuerait d’exécuter,
de torturer, d’arrêter et d’abuser physiquement des
individus en raison de leurs activités religieuses ». De son
côté, l’ONG internationale Portes Ouvertes, qui soutient
les chrétiens persécutés à travers le monde, estime que la
Corée du Nord compte entre 50 000 et 70 000 chrétiens
emprisonnés. Selon l’organisation, les chrétiens nordcoréens subissent une persécution « violente et intense » et
sont « en permanence sous pression, menacés d’être arrêtés
ou tués ». Jésus a annoncé que ses disciples seraient
persécutés. Prions pour qu’ils soient trouvés fidèles dans
l’épreuve de la confession de foi.

28/05 – 03/06 VIETNAM Vocations
sacerdotales et
religieuses
Les diocèses du Vietnam constatent un déclin des
vocations. La cause en est souvent familiale. Hoang Thanh
Tung, un chauffeur de taxi de la province de Thua Thien
Hue, dans le centre du Vietnam, explique sa profonde
déception quand son fils de 15 ans a abandonné ses études
au pré-séminaire l’an dernier. Il reconnaît que lui et son
épouse sont tous deux à blâmer, à cause de disputes liées à
leurs faibles revenus. Hoang Huy fait partie des trois
jeunes de la communauté qui ont abandonné la vocation
sacerdotale à cause de problèmes familiaux et
économiques. Le père Philippe Hoang Linh, responsable
des vocations de l’archidiocèse de Hué, indique qu’on
comptait jusqu’à 250 jeunes il y a deux ans, contre 130
aujourd’hui. Le père Linh estime que les tensions
économiques, les conflits domestiques, les migrations et la
perte de la foi sont les raisons principales qui expliquent la
baisse des vocations sacerdotales, alors même que l’Eglise
locale offre des bourses d’études. Il faut du courage et un
abandon à la Providence pour se lancer dans une telle
aventure. Thérèse Vu Thi Minh, une lycéenne de la
paroisse de Dai Loc, prévoit de rejoindre les Amantes de la
Croix à Hué, bien que ses parents voudraient qu’elle
travaille pour soutenir la famille après avoir perdu leurs
emplois. Thérèse Minh, âgée de 17 ans, précise que les
sœurs lui ont donné une bourse et un logement. « Je trouve
ma joie et un sens à ma vie dans la vie religieuse », confiet-elle. Les familles jouent donc un rôle décisif. C’est le cas
aussi dans notre pays. Nous aurons à cœur de prier pour
toutes les vocations sacerdotales et religieuses, celles du
Vietnam et aussi celles de Corse au cours du Salut du
Saint-Sacrement mensuel qui lui est consacré le premier
jeudi du mois dans notre chapelle Notre-Dame de Lorette à
Ajaccio. Si nous demandons, nous recevrons…

21/05 – 27/05 BURKINA
FASO
P. Wenceslao
Belem et la
résistance
catholique aux
djihadistes
« Depuis les premiers attentats de 2015, la situation des
chrétiens pour pratiquer librement leur religion a changé »,
constate le père Wenceslao Belem. À présent, les chrétiens
sont constamment menacés, privés de liberté, soumis à la
violence de groupes de djihadistes qui visent à imposer
l’islam comme seule religion et soumettent
progressivement la société à leurs règles et obligations. Les
églises doivent être surveillées afin que les chrétiens
puissent prier en toute sécurité. Les infirmières catholiques
se déguisent en musulmanes pour pouvoir se rendre dans
les villages et y soigner leurs patients. Les jeunes filles
chrétiennes portent le voile intégral pour aller à l’école,
afin de ne pas être enlevées. 50% du territoire du Burkina
Faso est occupé par des groupes terroristes, et dans
beaucoup d’autres endroits, il est très dangereux de se
rendre dans les villages pour y fournir un soutien pastoral.
C’est pourquoi le Père ajoute : « avant de partir en mission
pastorale, nous prions intensément, nous recevons les
sacrements et nous nous confessons, au cas où nous ne
reviendrions pas ». L’Église du Burkina Faso est devenue
un foyer de martyrs, dont plusieurs ont été commémorés
dans la cathédrale de l’Almudena. Le Père Belem a
déclaré : « nous sommes une Église persécutée, mais grâce
à vous, nous ne sommes pas oubliés. Nous savons que
vous nous soutenez par la prière. Avec Dieu, il y a toujours
le salut ! ». Offrons donc nos prières afin que les
catholiques du Burkina Faso soient soutenus dans leurs
épreuves et continuent à témoigner courageusement de leur foi.

14/05 – 20/05 PAKISTAN et
INDE
Traite des êtres
humains et
Sœurs de la
Miséricorde
Selon le Père Emmanuel Yousaf, les enlèvements et
conversions forcées de jeunes femmes originaires de
minorités chrétiennes et hindouistes augmentent de plus en
plus. « Le problème s’aggrave de jour en jour », affirme-til dans un entretien avec l’AED. Les membres de minorités
chrétiennes et hindouistes des provinces du Sind et du
Pendjab sont les plus touchées. Il existe certes des lois
contre les mariages des enfants et les mariages forcés, mais
elles ne sont pas appliquées. Or sans procédure judiciaire,
il est impossible de libérer les femmes des griffes des
ravisseurs musulmans radicaux, et cela engloutit
énormément de temps et d’argent. Par ailleurs, des réseaux
de traite des êtres humains se développent aussi en Inde.
Cette situation a poussé une congrégation d’origine suisse,
les sœurs de la Miséricorde de la Sainte-Croix, installée
dans le Jharkhand, à se former pour repérer, dans les lieux
publics comme les gares, les enfants fugueurs ou
abandonnés ou les femmes isolées et empêcher qu’ils ne
deviennent la proie de ces réseaux. Prions pour toutes ces
personnes qui n’ont pas nécessairement un appui suffisant
de leur famille ou qui sont en rupture de ban avec elles et
se retrouvent utilisées à des fins commerciales pour des
intérêts mafieux. Que Notre-Dame les protègent et les
guident pour les conduire sur les chemins de la
sanctification et de la vertu. Prions aussi pour ces
religieuses généreuses afin que l’Esprit Saint les
accompagnent toujours dans leur activité apostolique.

7/05-13/05 HAÏTI Situation
sociale et place
de l’Eglise
C’est apparemment avec Christophe Colomb que le
Catholicisme est entré en Haïti. L’Eglise y a une grande
influence. Mais, depuis le 28 février, des affrontements
armés ont éclaté entre gangs rivaux, à Delmas et Bel Air,
quartiers de la capitale Port-au-Prince. Plus d’une centaine
de personnes soit a été tuée, soit est portée disparue. Dans
ce contexte, les écoles ont été fermées. Les évêques ont
lancé un cri d’alarme le 9 mars dernier. Ils dénoncent les
horreurs perpétrées, en toute impunité, par les gangs armés
qui ont pris le pouvoir : vols, viols, pillages, incendies,
enlèvements, meurtres. La crise multiple que traverse le
pays ne fait qu’amplifier l’insécurité générale. La
population est comme prise en otage et l’Église catholique,
jusqu’alors très respectée, n’échappe pas aux violences.
Prions pour que les prêtres continuent inlassablement à
annoncer l’Evangile de la paix malgré les souffrances
perpétrées. Qu’après ces longs mois de calvaire et
d’agonie, le pays entrevoie un espoir de résurrection.

23/04 – 29/04

30/04 – 6/05

NIGERIA Les catholiques
nigérians
Plus de 35 personnes de la Middle Belt, au Nigeria, sont
mortes le Vendredi Saint lorsque des hommes armés ont
ouvert le feu dans un camp de personnes déplacées. Le P.
Remigius Ihyula, du diocèse de Makurdi, a déclaré : « les
Fulani sont venus dans un camp de personnes déplacées
pour tuer ces âmes innocentes. » Les bergers présumés ont
envahi l’enceinte d’une école primaire, où les personnes
déplacées campaient, et ont commencé à tirer aveuglément,
faisant près de 40 blessés graves. Selon les rapports locaux,
la grande majorité des personnes tuées sont des femmes. À
côté de l’école se trouve la maison de Zaki Bernard Shawa,
le chef de police du district. Le diocèse de Makurdi compte
à lui seul deux millions de personnes déplacées réparties
dans sept camps, la plupart d’entre elles sont des chrétiens.
L’animosité entre les bergers nomades et les agriculteurs
ne date pas d’hier mais le conflit a été aggravé par l’arrivée
sur le marché noir d’armes automatiques en provenance de
Libye. La situation s’est également détériorée à cause des
dissensions religieuses, la plupart des Fulanis étant des
bergers de religion musulmane et la majorité des
agriculteurs de la région étant chrétiens. Il est à craindre
que la violence des Fulanis soit attisée par ceux qui veulent
éliminer les chrétiens de la région. Nous prierons pour les
catholiques nigérians afin que la Providence les protège de
ces violences et les garde dans la paix de l’âme malgré les
dangers mortels qui les guettent.

16/04 – 22/04 JAPON Les Kakure
Kirishitan et les
catholiques
japonais
En 2019, le Japon comptait 540 400 catholiques pour une
population d’environ 125 millions d’habitants, soit 0,4 %
de la population. Parmi eux, on compte quelques Kakure
Kirishitan, des Chrétiens cachés. Le Japon a été fermé aux
puissances étrangères de 1603 à 1967. Des persécutions
violentes ont sévi contre les catholiques pendant tout ce
temps. Les Kakure Kirishitan sont des japonais qui ont
persévéré dans la transmission de la foi catholique en
l’absence de tout contact avec la hiérarchie catholique.
Lors de la reprise des contacts dans les années 1870,
certains se sont ralliés à l’Eglise catholique tandis que
d’autres ont refusé. On constate que leur foi n’était plus
transmise de manière adéquate. Ils se sont repliés sur des
rituels transformés au fil du temps, qui ne correspondent
plus à la foi catholique. Kazutoshi Kakimori est un de ces
descendants. Il s’est engagé dans un projet qui consiste à
composer des vidéos pour expliquer aux générations
futures le rituel de ses ancêtres. « Utiliser des objets ne
suffira pas pour bien transmettre la foi de nos ancêtres aux
futures générations. Nous voulons reproduire les
événements de cette époque aussi fidèlement que possible,
tant que nous sommes en mesure de le faire », confie-t-il.
Cette initiative vise à ne pas oublier cet épisode tragique de
l’histoire japonaise. Mais il met aussi en relief la fragilité
de la foi d’une communauté qui se trouve coupée des
autres communautés et de la hiérarchie de l’Eglise ellemême. Nous prierons pour ces descendants de chrétiens
persécutés afin qu’ils reviennent pleinement à l’Eglise
catholique. Nous demanderons aussi la grâce de toujours
rester en communion avec la Sainte Eglise afin de
bénéficier de la plénitude des moyens de salut qui y sont
mis à notre disposition.

09/04 – 15/04 CHINE Les
communautés
catholiques
fidèles
Le 24 février dernier, le rapport sur les persécutions contre
les chrétiens en Chine en 2022 mentionne de nombreuses
et diverses formes de persécutions contre les catholiques
par les Autorités chinoises. Par exemple, en janvier
dernier, Huang Yuanda, un chrétien de l’église de
Xunsiding à Xiamen, a été condamné à verser une amende
de 100 000 yuans (environ 13 665 euros) pour avoir loué
une maison à l’usage d’une école. Le Parti Communiste
Chinois a lancé depuis plusieurs mois un processus de
sinisation de la religion catholique, c’est-à-dire une
modification des normes de l’Eglise pour les mettre en
rapport avec les directives du Parti Communiste athée… Le
4 avril, l’évêque de Haimen a été installé comme nouvel
évêque de Shanghai sans l’autorisation préalable du SaintSiège. « Le Saint-Siège a été informé il y a quelques jours
de la décision des autorités chinoises de transférer Mgr
Joseph Shen Bin, évêque de Haimen, au diocèse de
Shanghai, et a appris son installation ce matin par les
médias », a déclaré Matteo Bruni, directeur du Bureau de
presse du Vatican. Cette mesure est en opposition avec
l’accord établi entre le Vatican et le gouvernement chinois
sur la nomination des évêques. Signé en 2018, il a été
renouvelé en 2020 puis à nouveau en 2022. Il s’agit de la
deuxième violation de ce type. Shanghai joue un rôle
crucial chez les catholiques du pays. Il regroupe près de
150000 fidèles répartis dans plus de 40 paroisses. Il a été
fondé par Paul Xu Guangqi, haut fonctionnaire sous la
dynastie Ming et disciple de Matteo Ricci. Considéré
comme le premier chrétien de Shanghai, il a permis au
jésuite Lazzaro Cattaneo de prêcher dans la ville durant
deux ans à partir de 1608. Prions pour les catholiques afin
que la diplomatie vaticane les soutienne vraiment dans leur
combat pour la foi et l’indépendance de l’Eglise

02/04 – 08/04 NIGERIA Le clergé en
formation face
aux
persécution
De nouveau, le Nigeria est l’objet d’une attention
particulière en raison des dures persécutions dont les
Catholiques sont l’objet dans le nord du pays, à majorité
musulmane et souvent soumis à la charia. Les milices de
Boko Haram sévissent dans tout le pays. C’est ainsi que 4
séminaristes ont été enlevés, en janvier 2020, dans un
séminaire au Nord-Ouest du Nigeria. L’un d’entre eux,
Michael Nnadi, 18 ans, a été assassiné pour avoir enseigné
le Notre Père à l’un de ses ravisseurs qui le lui demandait.
Le meurtrier a été arrêté quelques semaines plus tard. Ces
détails ont été révélés il y a quelques jours par les autres
rescapés de l’enlèvement. Tabat raconte : « il a été exécuté
de sang-froid, son seul crime était d’être chrétien et
séminariste catholique. » Il a le sentiment que leur
libération quatre jours plus tard a été le prix du sang versé.
Les ravisseurs étaient des bergers Peul. Il est impossible de
savoir quelle était leur motivation, mais les autres captifs
rencontrés étaient pour la plupart chrétiennes. Tabat a
conclu : « il n’est donc pas exagéré de dire qu’il s’agit
avant tout d’une attaque contre notre foi chrétienne ».
Nous prierons pour les catholiques nigérians, en particulier
les vocations, afin qu’ils soient patients dans cette épreuve.
Nous associerons ce séminariste Michael afin qu’ils nous
donne le zèle pour la conversion de notre entourage.

26/03 – 01/04 BIRMANIE 1173 jeunes
confirmés dans
le diocèse de
Myitkyina
Nous avons déjà prié pour la Birmanie au mois de janvier.
Je renouvelle une intention de prières pour ce pays et les
catholiques qui y résident, en particulier les nouveaux
confirmés. Un peu plus d’un millier a reçu le sacrement de
confirmation par le Card. Charles Maung Bo. A cette
occasion, il a donné la légère claque à chaque confirmé en
expliquant : « cela signifie être prêt à souffrir pour la foi et
à affronter les insultes et les blessures des autres…
Aujourd’hui, le Seigneur renforce votre mission de
témoigner du Christ », même dans des situations d’épreuve
et de souffrance, a-t-il souligné. Dans le diocèse de
Myitkyina, sur une population totale d’environ 2,5 millions
d’habitants, il y a environ 90 000 catholiques, répartis dans
32 paroisses. L’ONU a fait état dans l’ensemble du pays
d’une nouvelle flambée de la confrontation entre l’armée et
les groupes rebelles des « Forces de défense du peuple », en
particulier dans l’État de Kayah à majorité chrétienne, à la
frontière avec la Thaïlande. Au moins 3 000 personnes ont
fui leur domicile depuis le 10 mars, date à laquelle les
combats ont également augmenté en nombre et en intensité
près de la ville de Loikaw, la capitale de l’État de Kayah.
Le conflit civil s’aggrave. Nous prierons pour ces
nouveaux confirmés afin qu’ils soient courageux dans la
défense de la Foi catholique et nous nous préparerons à la
célébration de ce sacrement dans quelques semaines pour
nos communautés corses.

19/03 – 25/03 MONGOLIE La dévotion
mariale et
l’expansion de
l’apostolat
Le 8 décembre dernier, le cardinal Marengo, préfet
apostolique d’Oulan-Bator en Mongolie, a intronisé une
statue de l’Immaculée Conception dans sa cathédrale. Elle
« a été découverte par une femme non chrétienne, mère de
onze enfants, qui avait des contacts avec des sœurs de
Mère Teresa. En fouillant les ordures déversées par un
camion, comme de nombreux pauvres le font à travers le
monde, elle est tombée sur un étrange emballage en tissu »,
explique le cardinal qui poursuit : « en l’ouvrant, elle s’est
retrouvée devant cette belle statue en bois de l’Immaculée
Conception, d’une hauteur de 62 cm, en très bon état. Sans
savoir ce qu’elle représentait, elle l’a rapportée chez elle en
disant : ‘Cette belle dame voulait venir à moi…’ Jusqu’à
ce que les religieuses, qui sont revenues lui rendre visite,
voient la statue en lui demandant d’où elle venait. » Le
cardinal a vu dans cette découverte un appel du Ciel à
confier l’apostolat mongol à la Vierge Marie. Un manteau
a été confectionné à la Vierge avec une pièce de tissu de
chaque communauté du pays. Les premières traces de vie
chrétienne remontent au VIIème siècle. Aujourd’hui, c’est
un petit troupeau de 1400 fidèles réparties en diverses
communautés dans cet immense pays. Nous prierons pour
elles afin qu’elles se développent en nombre dans la foi par
l’action bienfaisante de Notre Dame de miséricorde.

12/03 – 18/03 INDE Père Laurent
Bissara et ses
paroissiens
Le Père Laurent Bissara est membre des Missions
Etrangères de Paris. Après la lecture d’un best-seller sur le
Père Laborde, il abandonne sa vie dissipée qu’il menait en
Italie pour entrer dans les ordres et se consacrer aux
pauvres de l’Inde. il est aujourd’hui responsable de l’œuvre
du Père Laborde. Il s’occupe de plusieurs institutions
consacrées en particulier aux orphelins. Il y a quelques
temps, il a accompagné Priti, une jeune orpheline, jusqu’à
son mariage comme père adoptif. Il y a deux mois cette
jeune femme a donné naissance à un petit garçon. A la
demande de la maman qui est catholique, le Père lui a
donné pour prénom Peter et pour surnom Pritom. Peter a
failli mourir à la naissance. En visitant la maman, le Père
s’est rendu compte qu’il était en état de malnutrition. Ses
services l’ont pris en charge. Nous prierons pour ce couple
et leur enfant, plus généralement pour les Catholiques
pauvres qui vivent en Inde et la mission du père Laurent.

26/02 – 04/03 NICARAGUA Mgr Rolando
Alvarez
En 2021, pour la 4ème fois consécutive, Daniel Ortega a été
réélu président du Nicaragua. Il continue à restreindre les
libertés politiques et religieuses dans le pays. L’Eglise a
dénoncé cette situation à plusieurs reprises et subit, depuis
lors, des persécutions régulières. Le Pape François a
exprimé sa préoccupation et sa tristesse en apprenant
notamment la condamnation à 26 ans de prison de l’évêque
Rolando Álvarez, un opposant au régime. Des
représentants de l’Église ont également été arrêtés,
contraints à l’exil ou soumis à des pressions pour les faire
taire. En réplique, Ortega vient d’accuser une « mafia » au
sein du Vatican de prendre les décisions concernant
l’élection du pape et des hauts responsables religieux. Ces
accusations ajoutent à l’incertitude et à l’inquiétude
concernant l’avenir du pays et de ses citoyens, en
particulier les catholiques qui comptent un peu moins de
60 % de la population. Prions spécialement pour Mgr
Alvarez et pour les fidèles de son diocèse afin que le SaintEsprit leur accordent le don de force dans l’épreuve.

19/02 – 25/02 TURQUIE ET
SYRIE
Populations
sinistrées suite
au séisme
Le 6 février dernier, un séisme dévastateur a frappé le Sud Est de la Turquie et le Nord de la Syrie. Il résulte du
déplacement des plaques tectoniques. La ville d’Antioche,
berceau du christianisme primitif, a été largement détruite.
A l’heure actuelle, on compte plus de 44 000 morts, mais
le bilan va encore s’alourdir. Après 13 jours, des personnes
ont été retrouvées vivantes sous les décombres. Ce sont des
exceptions. Comme toujours dans ce genre de catastrophe,
le temps qui passe est essentiel. Il faut enterrer les morts
rapidement pour éviter la propagation de maladies
mortelles, tel le choléra. Il faut porter secours aux rescapés,
parce qu’ils n’ont plus rien pour se protéger des
intempéries, pour manger et se vêtir. La famine et les
maladies sont les fléaux qu’il faudra conjurer dans les
semaines à venir. N’oublions pas aussi que la partie
syrienne était déjà affectée par une guerre civile
meurtrière. De plus, une partie des bâtiments n’a pas
résisté parce que les constructions n’ont pas respecté les
normes en vigueur. Nous voyons ainsi les conséquences
mortelles de la négligence ou de la cupidité des hommes.
Prions pour ces populations, en particulier les chrétiens de
ces régions, afin que Dieu leur vienne en aide, qu’il leur
apporte le réconfort dans l’épreuve et l’espérance d’une vie
meilleure, si ce n’est ici-bas, du moins dans l’autre monde.
Que l’Esprit Saint nous éclaire également sur les priorités à
respecter dans la vie, en particulier dans la conscience à
bien faire notre travail quotidien.

12/02 – 18/02 SRI LANKA Catholiques
d’ethnies
différentes
Le 27 novembre, plusieurs milliers de Tamouls du nord et
de l’est du Sri Lanka se sont rassemblés pour commémorer
les pertes de leurs proches durant la guerre civile (1983-
2009). Il y a encore beaucoup à faire pour la réconciliation
entre les communautés tamoules et cingalaises, y compris
au sein de l’Église locale : « C’est vrai que les habitants du
nord et du sud ont été profondément divisés, mais cela
n’aurait pas dû nous influencer. » La discrimination sociale
des Tamouls de la part des Cingalais majoritaires existe
également au sein de l’Église catholique locale, avec
parfois des divisions qui forment presque deux Églises
distinctes. La guerre civile, qui a éclaté en 1983 entre le
gouvernement et l’organisation indépendantiste des Tigres
de libération de l’Eelam Tamoul (LTTE), a renforcé cette
aliénation sociale. Les cimetières de guerre construits par
les membres du LTTE ont été détruits par l’armée après sa
victoire. Beaucoup de catholiques tamouls estiment que les
autorités ecclésiales de l’île les ont laissés tomber en
évitant de prendre parti face aux nombreuses difficultés
rencontrées par la minorité dans le passé. Par ailleurs,
rappelle-t-il, des survivants de la guerre civile ont dû faire
face à d’autres problèmes comme la question des
disparitions forcées, ainsi qu’une soif de justice face aux
accusations de crimes de guerre et d’atrocités contre la
communauté minoritaire, commis durant les phases finales
du conflit interne. Durant cette période, en 2009, on estime
que près de 40 000 civils ont été tués et que l’armé a
gravement violé les droits de nombreux habitants, selon
une commission de l’ONU nommée en 2011. Dans le
cadre d’une guerre civile, l’Eglise ne peut pas contribuer à
diviser les communautés sur des critères ethniques. Son
rôle est d’unir tous les hommes, surtout entre catholiques.
Prions donc pour cette unité catholique au Sri Lanka.

05/02 – 11/02 VIETNAM Enfants morts
nés ou avorté
Au Vietnam, les avortements en début de grossesse ont été
déclarés comme un droit des femmes en 1989. Pendant les
fêtes du Têt (le Nouvel an lunaire) en janvier, les
interruptions prématurées de grossesses n’ont pas cessé et
les volontaires ont collecté près de 700 fœtus dans les
cliniques et hôpitaux de la région Sud-Est. Dimanche 29
janvier, le Père Joseph Nguyen Van Tich et un groupe provie du diocèse de Xuan Loc a célébré dans l’église de Bac
Hai une messe spéciale de requiem et l’enterrement de ces
fœtus avortés dans la ville de Bien Hoa. Le cimetière
compte plus de 62 000 enfants non nés. Avant les
enterrements, les fœtus morts ont été enveloppés dans du
linge blanc. Ils ont reçu un nom et ont été disposés dans
l’église avec des fleurs, afin de permettre aux gens de prier
pour eux. Le pays asiatique enregistre un triste record avec
environ 300 000 avortements par an, dont une majorité de
filles âgées entre 15 et 19 ans. Rappelons que la Sainte
Ecriture désigne l’avortement comme un des quatre péchés
qui crient vengeance vers le Ciel… Les volontaires du
groupe vietnamien expliquent collecter entre 700 et 1 500
fœtus par mois, dont des enfants mort-nés. Le plus
remarquable est que le groupe diocésain a aussi sauvé
plusieurs centaines d’enfants de l’avortement et fourni un
logement sûr à plus de 2 000 mères célibataires,
abandonnées par leur partenaire et leurs proches pour avoir
refusé de mettre fin à leur grossesse. Nous prierons pour
tous les catholiques vietnamiens afin qu’ils deviennent
d’ardents défenseurs de la vie et nous chercherons nousmêmes les moyens de le devenir en Corse.

29/01 – 04/02 PROCHE ET
MOYEN
ORIENT
SOS
CHRETIENS
D’ORIENT
En 2015, la guerre en Syrie entre dans sa quatrième
année. Face à la montée des périls en Orient, de jeunes
volontaires ont répondu à l’appel : porter secours là où les
chrétiens sont en danger. Alexandre Goodarzy est l’un
d’entre eux. En 2014, ce jeune professeur d’histoiregéographie rejoint l’association SOS Chrétiens d’Orient.
D’une révolution contre la dictature, la guerre en Syrie
s’est transformée très vite en guerre religieuse où les
chrétiens sont en première ligne, pris en tenaille entre un
régime qui se durcit et des groupes islamistes de plus en
plus sanguinaires. De Damas à Alep, des villes chrétiennes
de Mhardeh aux portes de Palmyre, du krak des Chevaliers
au Kurdistan, Alexandre Goodarzy va découvrir une autre
Syrie. Une Syrie qui refuse la mainmise de Daech et d’AlNosra, qui se bat contre les Frères musulmans et leurs
bailleurs de fonds, la Turquie, le Qatar et l’Arabie
saoudite. Avec son équipe, Alexandre Goodarzy va
multiplier les projets de développement sur place avant
d’élargir leur mission à d’autres pays : Éthiopie, Pakistan,
Irak, Arménie, Jordanie… partout où les chrétiens sont en
danger. Jusqu’à ce jour de janvier 2020, où Alexandre
Goodarzy et trois de ses collègues sont enlevés à Bagdad…
Ils seront libérés quelques semaines plus tard, en mars.
Cette aventure est racontée dans un livre récent : Guerrier
de la paix. Nous soutiendrons de nos prières ces jeunes qui
s’engagent courageusement au cœur de ces conflits pour
porter une aide concrète aux populations chrétiennes sur
place et nous demanderons au Christ d’assurer la paix dans
ces régions par une fidélité accrue à ses enseignements.

22/01 – 28/01 BIRMANIE Villages
catholiques
La Birmanie compte 88 % d’adhérents au boudhisme de
tradition Theravada. 6 % de la population est chrétienne
dont 1/5ème seulement est catholique. Ceux-ci sont
regroupés dans certaines régions et villages. Ainsi les
villages de Mon Hla, Chaung Yoe et Chan Thar, qui
dépendent de l’archidiocèse de Mandalay, sont connus
comme faisant partie des villages « Bayingyis » en
référence aux descendants des Portugais venus conquérir la
région aux XVIe et XVIIe siècles. Beaucoup d’évêques, de
prêtres et de religieuses sont originaires de ces villages,
dont le cardinal Bo et Mgr Marco Tin Win, archevêque de
Mandalay, qui sont tous deux natifs de Mon Hla. Cela en
fait des cibles privilégiées. En novembre dernier, plusieurs
centaines d’habitations du village catholique de Mon Hla,
dans la région de Mandalay au centre nord de la Birmanie,
ont été incendiées par des raids aériens de la junte. Déjà au
mois de mai et juin, au moins 800 habitations avaient été
détruites dans d’autres villages catholiques historiques.
Prions pour ces centaines de famille qui n’ont plus de toit
et sont obligés de se réfugier dans des camps de fortune.
Que la Sainte Providence leur accorde la patience dans
l’épreuve, la persévérance dans la foi et les moyens
nécessaires à leur subsistance.

15/01 – 21/01 BANGLADESH Prêtres et
Religieuses
Le Bangladesh compte 89,7 % de musulmans.
L’Islam est la religion d’Etat. L’Hindouisme
représente 9,2 % de la population. Les Chrétiens
ne sont que 0,4 %, soit 560.000 sur près de
168 millions d’habitants. Pourtant, dans la
paroisse de Banpara du district de Natore, Mgr
Gervas Rozario, évêque de Rajshahi, a ordonné un
prêtre le 18 novembre dernier. Celui-ci a
témoigné qu’il était devenu servant d’autel alors
qu’il avait déjà le désir de devenir prêtre. Sa
persévérance a été assurée par l’exemple de la vie
sainte des religieux qu’il a fréquenté. A son
ordination, deux de ses sœurs, aujourd’hui
religieuses de Notre-Dame des Douleurs, étaient
présentes. L’Esprit-Saint ne cesse donc de susciter
des vocations sacerdotales et religieuses dans des
pays peu favorisés au plan de la foi. Un curé de
paroisse continental, rencontré il y a quelques
temps, me faisait remarquer que, dans les
évangiles, Jésus nous dit explicitement de
demander des ouvriers pour la moisson. Les
vocations doivent être l’objet d’une prière
incessante. Une des sœurs religieuses du prêtre
ordonné faisait remarquer également : « nous
avons besoin des prières et du soutien de tous
pour pouvoir garder vivante notre vocation
religieuse ». Demandons à Dieu de venir en aide
aux populations bangladaises afin que les
vocations continuent de fleurir et de s’épanouir
pour la conversion des âmes à Notre-Seigneur
Jésus Christ.

1/01 – 07/01 Les Chrétiens de l’Extérieur sont en deuil. Le Pape émérite Benoît XVI est décédé. Il sera enterré jeudi 5 janvier. Benoît XVI a rappelé à tous les catholiques du monde que la vie chrétienne doit s’enraciner dans la vertu théologale de foi. Son pontificat a ravivé une vraie ferveur et raffermi les fidèles en les plaçant face à la vérité divine qui nous éclaire et nous réchauffe. Nous aurons à cœur durant cette fin de semaine et la semaine prochaine de prier pour le repos de son âme. Requiescat in pace !

25/12 – 31/12 VIETNAM Les catholiques
de l’antenne
paroissiale de
Ba Long
En 2011, une antenne paroissiale a été créée dans
la province de Quang Tri dans le centre du
Vietnam. En 2018, Ho Thi Niu, de l’ethnie Van
Kieu, a donné naissance à son premier enfant par
césarienne durant les fêtes de Noël, dans un
hôpital de la province. Sa famille n’ayant pas les
moyens de couvrir les frais médicaux, son mari a
demandé une aide financière à plusieurs
religieuses catholiques visitant les patients. Les
religieuses leur ont immédiatement donné
4 millions de dongs (environ 160 euros). Plus
tard, Ho Thi Niu, touchée par le geste des sœurs, a
décidé de se convertir au catholicisme. Elle a pris
pour nom de baptême Magdalene. Une autre mère
de deux enfants, âgée de 29 ans, confie : « nous
serions tellement heureux de construire des
crèches chez nous et de nous joindre aux fidèles
du monde entier qui fêtent la naissance de Jésus,
mais nous n’avons pas le droit ». Le village
compte 14 familles catholiques. Les autorités
locales les forcent à rester fidèles à l’ancien
président Hô Chi Minh, fondateur du Parti
communiste vietnamien. En 2019, une famille de
villageois a décidé de faire une crèche devant
chez eux. Toutefois, de retour de la veillée de
Noël où ils s’étaient rendus dans l’église de Ba
Long, située à 15 km, ils ont retrouvé la crèche
détruite. Prions pour ces petites communautés
catholiques afin que l’Enfant Jésus de nos crèches
les console dans les épreuves qu’ils rencontrent au
quotidien pour exprimer leur foi

18/12 – 24/12 MALI Père Ha-Jo La Société des missionnaires d’Afrique a été créée
le 19 octobre 1868 en Algérie par le cardinal
Charles Lavigerie. Elle dispose de deux instituts
(un masculin et un féminin) dont la mission
spécifique est d’annoncer la Foi catholique en
Afrique. Au 1er janvier 2019, la Société des
missionnaires d’Afrique comptait 1 200 membres
issus de 36 nationalités. Ces missionnaires sont en
service dans 41 pays, dont 22 d’Afrique. On les
appelle les Pères Blancs. Le Père Hans-Joachim
Lohre, plus connu localement sous le surnom de «
Ha-Jo », âgé de 65 ans, appartient à cette
congrégation. Il est porté disparu depuis dimanche
20 novembre. Le journal interne des missionnaires
annonce : « il devait se rendre dans la
communauté de Kalaban Coura pour la messe
dominicale, et depuis, aucune nouvelle de lui.
Ensemble portons-le dans nos prières ». La piste
de l’enlèvement semble privilégiée. Ce n’est pas
la première fois que cela arrive. Jusqu’à présent,
les otages ont toujours été libérés, le dernier en
date étant le Père Léon Dougnon. Mais le temps
de captivité peut être particulièrement long,
parfois plusieurs années, tels sœur Gloria pendant
4 ans ou le Père Maccalli pendant 3 ans. Prions
pour ces missionnaires, en particulier le Père HaJo, afin que le Sauveur leur donne la force de
supporter l’épreuve de la captivité.

11/12 – 17/12 CHINE La hiérarchie
catholique
locale
Nous avions déjà parlé de l’accord signé le 22
septembre 2018 entre le Vatican et la Chine,
renouvelé en 2020 et le 22 octobre dernier. Son
contenu n’a jamais été publié, mais nous savons
qu’il concerne, entre autres, la nomination des
évêques en Chine. Le 26 novembre, dans une
déclaration publique inhabituelle, le Vatican a fait
part de sa déception en accusant le gouvernement
chinois d’avoir violé les termes de cet accord.
« Le Saint-Siège a noté avec surprise et regret la
nouvelle de la cérémonie d’installation » de
Mgr John Peng Weizhao, évêque de Yujiang
(province de Jiangxi), comme évêque auxiliaire de
Jiangxi, « un diocèse non reconnu par le Saint -Siège… La reconnaissance de Mgr Peng aurait
été précédée d’une longue et forte pression de la
part des autorités locales ». En fait, Mgr Peng
avait été ordonné clandestinement en 2014 et
nommé par le Pape évêque de Yujiang. Mais il
avait été arrêté et mis en détention à domicile. En
septembre dernier, il a démissionné et a accepté le
projet gouvernemental devenant l’évêque d’un
nouveau diocèse qui en réunit cinq dont celui de
Yujiang. Il y a donc création d’une nouvelle
circonscription ecclésiastique et installation d’un
évêque sans accord du Saint-Siège. Prions pour
que le clergé chinois soit toujours ferme à
défendre les droits inaliénables de la Sainte Eglise
et l’autonomie de son action apostolique.

4/12 – 10/12 ARGENTINE Les malades d’Argentine Le 9 octobre dernier, le pape François a
canonisé Artemide Zatti (1880-1951). Il est
né en Italie et sa famille a été contrainte
d’émigrer en Argentine où il devient
collaborateur salésien. Il exerce plusieurs
métiers avant d’entrer chez les salésiens.
Pendant sa formation, il est nommé à la
pharmacie d’un hôpital. Atteint puis guéri
miraculeusement de la tuberculose, il
étudie la médecine et obtient le diplôme
d’infirmier. Il dédie toute sa vie aux plus
pauvres et aux malades en Patagonie. Une
de ses grandes caractéristiques était la
compassion qu’il avait pour les gens.
Prions pour l’Eglise d’Argentine, qu’elle
puisse, avec l’exemple d’Artemide Zatti
être un signe d’espérance pour les
chrétiens, en particulier les malades.

27/11 –
03/12
PAPOUASIE Communautés
catholiques de
la région
La Papouasie ou Nouvelle Guinée
Occidentale est un pays de 5,5 millions
d’habitants à 70 % chrétien. Elle subit les
pressions de son imposant voisin,
l’Indonésie qui est à 80 % musulman et
auquel elle est annexée depuis 1969.
Aujourd’hui, elle est menacée par une
invasion massive, car l’Indonésie recherche
des espaces d’expansion pour sa population
trop nombreuse : alors qu’en Papouasie on
compte 13 hab./km², il y en a 140 en
Indonésie. Elle veut aussi exploiter les
richesses minières de cette terre. Cette
situation a une conséquence au plan
religieux. Les évêques indonésiens ont
tendance à ne pas respecter les usages
liturgiques propres aux papouasiens, ce qui
déstabilise la population dans sa Foi. Prions
pour que les catholiques de cette région
demeurent fidèles à ce qui fait l’essentiel de
la Foi catholique et assurent ainsi les
moyens de leur salut.

21/11 – 26/11

13/11 – 19/11

NICARAGUA Les évêques et
le statut de
l’Eglise
Catholique
En août dernier, Mgr Rolando Alvarez a été arrêté avec
trois prêtres et assigné à résidence. Il est accusé de s’opposer au gouvernement sandiniste du président
Ortega. En fait, l’évêque se bat contre le harcèlement
de la police contre l’Eglise et il demande le respect de
la liberté du culte. Dans un pays à 95 % chrétien, l’exguerillero Daniel Ortega a été élu pour la 4ème fois à la
tête du pays. Il n’hésite pas à éliminer tous ceux qui
entravent son chemin, y compris l’Eglise catholique.
Les arrestations, les expulsions, les profanations
d’église et les tortures se sont accrues. Mais Mgr Silvio
José Baez de Managua déclare : « la main de Jésus qui
soutient l’Eglise est plus forte que les calomnies et les
persécutions dont elle fait l’objet. N’ayons pas peur. »
Prions pour les catholiques persécutés du Nicaragua et
pour que son clergé reste fort dans la foi.

06/11 – 12/11 THAÏLANDE Développement
des
communautés
catholiques et
respect des
personnes
La Thaïlande est un pays à 93 % bouddhiste.
L’exercice de toute autre religion est réglementé et
fortement restreint. Après 93 ans d’attente, trois églises
catholiques viennent d’être officiellement reconnues
par les autorités du pays. Cette décision est destinée à
« favoriser l’harmonie religieuse ». Le travail
apostolique y est immense, à commencer par certaines
pratiques sociales désastreuses. La Thaïlande participe
aux réseaux de traite des êtres humains. Il y a quelques
jours, une de ces embarcations a fait naufrage au large
du Cambodge, rappelant la triste réalité de ces trafics.
Certains criminels se servent de la misère existante
pour promettre des lendemains enchanteurs à des
hommes ou des femmes qui ne savent comment s’en
sortir dans la vie. En réalité, ils les placent dans des
situations d’esclavage. Nous devons prier pour toutes
ces personnes afin que la prédication du Christ leur
donne la force de se respecter eux-mêmes et d’être
délivrées d’une telle servitude.

30/10 -05/11 ANGOLA La bonne
volonté du
Peuple au
service de la
dévotion
mariale
En 2019, Mgr Vicente Carlos Kiaziku a posé la
première pierre d’un sanctuaire consacré à la Vierge
Marie sous le vocable de Notre-Dame des Victoires
dans le village de Bungo. Malheureusement, le projet a
été rapidement mis à l’arrêt en raison des difficultés
économiques provoquées par la crise du Covid. Les
fidèles de cette région sont pauvres et n’ont pas pu
assurer la suite des dépenses programmées. Cependant,
Mgr Kiaziku ne baisse pas les bras. Il sait que ce
sanctuaire est primordial pour l’enracinement de la foi
de ses fidèles face à la recrudescence des nombreuses
sectes du pays. Il exhorte les habitants du village de
Bungo à donner de leur temps pour cette construction
qui permettra au diocèse de Mbanza Kongo d’avoir
enfin, à l’image des autres diocèses du pays, son propre
sanctuaire dédié à Marie. Prions pour que cet édifice ne
tarde pas à sortir de terre et souvenons-nous de
l’importance d’avoir de beaux lieux de culte qui aide à
la prière liturgique des communautés.

23/10 – 29/10 CAMBODGE Le Père Jean Baptiste Prak
Bun Hong et
ses nouveaux
paroissiens
Bunongs
Le Père Jean-Baptiste Prak Hong a été ordonné prêtre
le 29 juin dernier dans la nouvelle église de son village,
consacrée quelques jours plus tôt pour remplacer
l’ancien édifice trop petit et en mauvais état. Il est le
premier prêtre de l’ethnie Bunong. Il fait partie d’une
famille catholique. Pourtant, quand son frère aîné avait
émis le désir d’être prêtre, son père lui avait répondu :
« si tu veux devenir prêtre, je me tuerai ». Alors il s’est
marié. Son cadet est devenu un cuisinier réputé de
Penh. Mais, un jour, il s’est ouvert de son grand désir
de suivre Jésus de manière exclusive à son curé de
paroisse. Celui-ci l’a accompagné dans sa démarche.
Jean-Baptiste est entré au séminaire pour de longues
années. Aujourd’hui, il commence son ministère
sacerdotale dans sa ville natale à Busra. Son père l’a
conduit à l’église de son ordination et reconnaît la
grâce reçue pour sa famille. Prions pour que l’action
apostolique de ce prêtre soit féconde et demandons au
Christ de susciter toujours plus de vocations
sacerdotales et religieuses

16/10 – 22/10 PARAGUAY Les catholiques face à l’injustice et à la violence organisées Le Paraguay est un pays à 85% catholique. Il est pourtant marqué par une grande violence. Plusieurs attentats et meurtres ont été commis au printemps, dont celui de Marcelo Daniel Pecci Albertini, le procureur en lutte contre le crime organisé, le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ce combat ouvert contre les activités illégales bouleverse la vie des Paraguayens qui cherchent à vivre dans la sécurité et la paix. Demandons à Notre-Dame des Miracles de Caacupé, patronne du pays, d’intercéder pour le peuple catholique afin que la violence cesse et que la paix sociale s’instaure par la puissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

09/10 – 15/10 EQUATEUR Communautés
Catholiques et
développement
des sectes
L’Equateur compte 74% de catholiques romains. Le
président a changé il y a un peu plus d’un an. Exbanquier, il s’agit d’un catholique fidèle de l’Opus Dei.
Il avait annoncé qu’il opposerait son veto à toute loi qui
dépénaliserait l’avortement pour viol. Dans ce pays,
seules les personnes qui souffrent d’un handicap
mental ou suivent une grossesse dangereuse ne sont pas
poursuivies si elles avortent. La cour constitutionnelle a
entériné cette dépénalisation pour toute victime de viol
le 28 avril 2021. Le Président nouvellement élu n’a pas
opposé son veto prétextant qu’il faut respecter
l’indépendance des pouvoirs au sein d’une démocratie.
Les évêques ont regretté cette décision. Par ailleurs, ils
demandent aux groupes non catholiques de cesser de se
faire passer pour des représentants patentés de l’Eglise
et d’attirer ainsi les fidèles dans les filets de sectes.
Prions pour les catholiques de ce pays afin qu’ils ne se
fassent pas abuser par le pouvoir politique et ne
tombent pas non plus dans des mouvements sectaires

02/10 – 08/10 GEORGIE Mgr Pasotto et
ses
communautés
catholiques
isolée
La Géorgie subit l’influence de la Russie, sa grande
voisine. L’Eglise orthodoxe représente l’immense
majorité des chrétiens, les catholiques ne forment
qu’1 % de cette population. Ils sont confrontés à une
mentalité qui mêle appartenance nationale et religion.
Un bon Géorgien se doit d’être orthodoxe. Le baptême
et le mariage catholiques ne sont même pas reconnus
comme valides. Un seul évêque est à la tête de ce petit
troupeau : Mgr Giuseppe Pasotto. En octobre 2021, il a
ordonné le 6ème prêtre géorgien depuis 1991, année de
la chute du régime soviétique. Ses communautés sont
petites et elles ne sont pas représentatives. L’accent est
mis sur la solide formation des fidèles et leur volonté
de proposer à leurs concitoyens le visage
miséricordieux et aimant de notre Dieu. Prions pour ces
fidèles isolés et leur pasteur. Cherchons aussi à les
imiter avec constance.

25/09-01/10 BURKINA FASO Paroisses du
Nord du pays
Le 24 janvier dernier, un militaire a pris le pouvoir. Il
accusait son prédécesseur d’être incapable de répondre
à la crise sécuritaire qui mine le pays depuis 2015. Près
de 2 millions de personnes se sont déplacées sous le
coup des attaques terroristes, conduites par un mélange
de djihadistes, de bandits, de mercenaires et d’habitants
enrôlés. Au mois de mars, le petit séminaire de Bougui
a été pris investi. Le crucifix a été détruit, car les
assaillants ne voulaient pas voir la croix. Les élèves ont
été dispersés sous la menace d’être tués. Dans le nord
du pays, les paroisses sont abandonnées. Prions pour
toutes ces communautés catholiques afin qu’elles
puissent retrouver leur lieu habituel de prière et cesser
de vivre dans les angoisses et la peur.

18/09-24/09 NIGERIA La défense Des chrétiens Le Nigeria est un des pays du monde où les chrétiens
sont les plus persécutés. Il compte presque la moitié de
chrétiens, mais ceux-ci sont la cible fréquente des
djihadistes musulmans. Le 5 juin dernier, par exemple,
l’église Saint-François Xavier a subi l’assaut
d’hommes en armes pendant la Messe de la Pentecôte
dans une région pourtant ordinairement calme. Aucune
force de police n’est intervenue pour s’opposer au
massacre qui a fait 39 victimes. Plus récemment, deux
prêtres ont été kidnappés dont l’un a été tué. Bien que
le conflit soit une réactivation d’une vieille querelle
entre bergers peuls et sédentaires, le motif religieux
imprègne toutes ces attaques. Prions donc pour que la
paix soit répandue dans les cœurs et que les chrétiens
puissent enfin vivre de leur foi en toute sérénité

 11/09 – 17/09 INDONESIE Muhammad
Kacé et les
convertis de
l’Islam
L’année dernière, nous avions prié pour l’Indonésie et
un youtubeur qui utilisait les arguments des musulmans
contre les chrétiens en les leur retournant. Aujourd’hui,
nous prierons pour Muhammad Kacé, un ancien imam
musulman indonésien, baptisé en 2014. Après la
conversion de son oncle Keling en 2002, qu’il a vu
devenir chrétien et être expulsé de son village, et après
la guérison inexpliquée de son père grâce à la prière
d’un chrétien, il s’est converti. Il a été accusé de
blasphème à cause de ses vidéos où il réclame
l’application de la liberté de conscience. Incarcéré en
août 2021, il a été torturé et s’est présenté devant le
tribunal le visage tuméfié, boitant et en mauvaise santé.
Il a été condamné le 6 avril dernier à dix ans de prison,
soit deux fois la peine maximale requise dans le cas de
blasphème. Nous prierons pour ce pays à 80 %
musulman afin que cet exemple de force serve
d’exemple aux nouveaux convertis dans leur profession
de foi.

28/08 – 03/09

4/09-10/09

PHILIPPINES Situation
sociale
Les Philippines est un pays à 90 % chrétiens. Au mois
de mai, les Philippins ont procédé à l’élection de leur
président. Le candidat élu est le fils du dictateur
Ferdinand Marcos qui de 1965 à 1986 a dépecé le pays.
Bongbong Marcos remplace Rodrigo Duterte qui s’est
illustré par ses invectives contre l’Eglise. Bongbong est
associé aujourd’hui au clan Duterte. Comme dans
beaucoup de pays, les habitants vont à la Messe
dominicale pour sauver leur âme et votent ensuite pour
un talentueux escroc supposé leur assurer la richesse.
Prions pour les Philippins afin qu’ils ouvrent les yeux
sur l’incompatibilité entre Dieu et Mammon et faisons
en sorte de ne pas tomber nous-mêmes dans une telle
erreur, source de maux sans nombre pour la société

21/08 – 27/08 SERBIE Communauté
catholique
Au 14ème siècle, Stefan Lazarevic a tenu tête à l’Empire
Ottoman et a sauvé l’Europe d’une invasion musulmane.
Aujourd’hui, le pays a un territoire réduit suite à la
guerre de Bosnie-Herzégovine. Son rapprochement
politique pour être intégré à l’Europe ne l’empêche pas
de réagir fortement à la nouvelle législation LGBT.
Malheureusement, sa pratique religieuse,
principalement orthodoxe, a diminué pendant la période
communiste : en 2002, 89,4 % des Serbes sont baptisés
et seulement 17,2 % vont régulièrement à l’Eglise.
Prions pour la petite communauté catholique afin qu’elle
soit un ferment de vie chrétienne authentique et qu’elle
rappelle à tous les Serbes leur esprit de résistance aux
attraits du monde et leur dévouement à la cause de la
civilisation chrétienne.

07/08 – 13/08

14/08 – 20/06

PEROU Crise politique
et instabilité
sociale
Le Pérou est à plus de 96 % catholique. En juillet 2021,
un nouveau président a été élu à la tête du pays. Issu
d’une famille évangélique, il est lui-même catholique.
Pourtant, il s’est présenté aux élections avec le soutien
d’un parti d’inspiration marxiste-léniniste et il affiche
des convictions de gauche radicale sur l’économie et la
politique étrangère. Il est tout de même conservateur sur
les sujets sociétaux. Son passé d’instituteur et de
syndicaliste ne l’a pas préparé à prendre le leadership
dans son action gouvernementales. Prions donc pour que
le pays ne sombre pas dans l’anarchie et la violence,
mais que les gouvernants sortent de la corruption et des
liens avec des groupes terroristes. Prions surtout pour
que le peuple péruvien connaisse un temps de paix avec
la sécurité dans les relations sociales

31/07 -06/08 HONDURAS Père Enrique
Vasquez et ses
paroissiens
Le père Enrique Vasquez a été tué par balle dans la nuit
du 2 mars 2022 au Honduras. Ordonné prêtre il y a 16
ans, il était le curé de la paroisse San José à San Pedro
Soula. Le prêtre a été retrouvé mort dans sa voiture alors
qu’il allait rendre visite à ses parents. Ses paroissiens
témoignent d’un grand missionnaire qui donnait
l’exemple à tous ceux qui vivaient avec lui et
transmettait sa passion pour l’œuvre de Dieu. « C’était
un homme qui faisait le bien ». « Une fois encore, le
sang des martyrs baigne notre terre, a déploré Mgr Angel
Garachana Perez, évêque de San Pedro Soula. Prions
pour le repos de l’âme de ce prêtre, ainsi que pour ses
paroissiens qui ont perdu leur pasteur dans des
conditions difficiles. Prions aussi pour tous les prêtres
qui se dévouent à l’œuvre du Christ et sont parfois
maltraités en retour

24/07 – 30/07 ÎLE DE FLORES Maria Yuliana
Farida et les
catholiques de
l’île
indonnésienne
de Flores
Le village de Wae Sano, dans le diocèse de Ruteng,
compte près de 4 000 catholiques dans la région
majoritairement chrétienne de l’île indonésienne de
Flores. Les fidèles de ce diocèse font partie des familles
de fermiers indigènes, converties au début du XXe
siècle. À Wae Sano, Maria Yuliana Farida décrit son
parcours de foi dans une des régions les plus reculées et
défavorisées du pays. Elle récolte des cabosses de
cacaoyer qu’elle entrepose dans l’arrière-cour de sa
maison. « Si l’une d’entre elles s’abîme, nous aurons
moins à manger la semaine prochaine… Je crois en
Dieu, que nous appelons ‘Mori Kraeng’ dans notre
langue ; il pourvoit toujours à nos besoins. Mais bien
sûr, nous devons aussi travailler dur », confie cette mère
et grand-mère de 44 ans. Avec son mari, Fransiskus Din,
âgé de 47 ans, ils travaillent cinq jours par semaine, du
matin jusqu’au soir, pour nourrir leurs trois enfants et les
élever dans la foi chrétienne. Le samedi est le jour de
marché et le dimanche un jour de repos et de prière pour
la famille. L’église du village, construite en 1916 a été
restaurée il y a dix ans. D’une capacité de 700 personnes,
elle est toujours bondée le dimanche. La vie de foi de
Maria Yuliada Farida a été influencée par certaines
pratiques paroissiales, comme la prière du chapelet en
mai et en octobre ou le catéchisme durant l’avent et le
carême. Maria aide l’Église locale en mettant de côté
une partie des revenus familiaux pour les activités de la
paroisse. Il est bon de se rappeler que, dans un coin
pauvre et reculé de notre planète, les catholiques, se
confiant jour après jour à la Providence de Dieu, vivent
de leur foi par des pratiques semblables à celles qui nous
unissent ici. C’est l’aspect concret de la communion des
saints. Demandons à Dieu de garder ces catholiques
fidèles à ces pratiques et pratiquons nous-mêmes la
confiance inébranlable, jour après jour, semaine après
semaine, dans la Providence divine.

17/07 – 23/07 REPUBLIQUE
DEMOCRATIQUE
DU CONGO
Les prêtres dans le
conflit Eglise / Etat
La République démocratique du Congo est le 2e
État le plus vaste du continent africain. Ses
provinces du centre et de l’Est sont en proie à une
instabilité propice à la prolifération de groupes
armés, qui commettent de nombreuses exactions
contre les populations. On estime à des milliers le
nombre de morts et à des centaines de milliers
celui des déplacés. Les prêtres sont les victimes de
ces troubles : ils sont kidnappés et même
assassinés. Le dernier en date a été tué au NordKivu après sa messe. Les Autorités ecclésiastiques
reprochent au gouvernement de laisser faire et
aussi de commettre des abus de pouvoir. Les
relations sont tendues. Nous prierons pour le
clergé de ce pays afin qu’il ait toujours le courage
de défendre la justice et de s’opposer à la violence gratuite des bandes armées

10/07 – 16/07 PAKISTAN Shafqat et Shagufta
Emmanuel et les
catholiques
faussement accusés
de blasphème
Shafqat et Shagufta Emmanuel est un couple
catholique pakistanais. Il a été arrêté en 2013 à la
suite de fausses accusations de blasphème. Il est
resté huit ans dans le couloir de la mort. Il a
finalement été libéré le 3 juin 2021 par la Haute
Cour de Lahore. « Vous pouvez imaginer à quel
point cela a été dur pour mes enfants ; à cette
époque, mes fils avaient 13, 10 et 7 ans et ma fille
n’avait que 5 ans. Ils ont dû se déplacer
constamment passant leur temps à se cacher des
fondamentalistes musulmans qui menaçaient de
les attaquer. Je pleurais tous les jours, ma vie était
épouvantable je ne cessais de penser qu’un jour
mon mari et moi serions pendus. Et malgré ce
terrible cauchemar, je n’ai jamais perdu l’espoir ou
la foi. J’ai prié tous les jours, sans faute ». Prions
donc pour ces catholiques persécutés ayant à cœur
d’approfondir notre foi pour les accompagner dans la leur.

26/06 – 03/07 BANGLADESH Les vocations
sacerdotales et
religieuses
Le Bangladesh est un pays à 90 % musulman. Les
Chrétiens représentent 0,37 % de la population, les
Catholiques encore moins. Pourtant, les vocations
progressent. Le travail d’évangélisation sur les
populations tribales commence à porter du fruit. Le
29 avril dernier, trois novices de la congrégation
des Petites Servantes de l’Eglise ont prononcé leurs
vœux dans la cathédrale Saint-Pierre de Barisal.
Ces vocations viennent de familles nouvellement
converties. Prions pour que ces vocations
persévèrent et associons-y les vocations de notre pays.

19/06 – 25/06 PAKISTAN Iqbal Masi et les
enfants esclaves ;
Azhar Abdullah et
les prisonniers
Le 23 mars, le gouvernement pakistanais a décerné
une de ses plus hautes distinctions civiles à un
jeune tisserand catholique, assassiné pour avoir
dénoncé le travail des enfants. Le dimanche de
Pâques 16 avril 1995, Iqbal Masih a été abattu. Il
avait seulement 12 ans. Il avait été vendu à l’âge de
quatre ans par son père. La dette de son père était
de moins de 600 roupies (3 euros). Iqbal a travaillé
dans une fabrique de briques puis dans un atelier de
tisserand. Il s’est échappé à l’âge de 9 ans et a
rencontré un avocat du Front de libération contre le
travail forcé des enfants. A l’âge de 10 ans, il est
devenu une figure publique contre l’esclavage
moderne et l’exploitation infantile. Il a contribué à
libérer près de 3 000 enfants du travail forcé. Sa
mort a contribué à modifier la législation sur ce
sujet. Les enfants qui travaillent dans les fours à
briques ont un taux plus élevé de mortalité, et un
enfant sur 20 y perd la vue. Beaucoup d’entre eux
sont des chrétiens.
Par ailleurs, la famille d’Azhar Abdullah, un
policier chrétien, a financé la construction d’une
église dans la prison de Malir. « Ça ne ressemblait
pas du tout à une église. C’était une simple salle
avec des murs couverts de filets. Cela m’a fait
penser à un verset du prophète Aggée – ‘Est-ce bien
le temps d’être installés dans vos maisons
luxueuses, alors que ma Maison est en ruines ?’ J’ai
tout de suite décidé de construire une nouvelle
église… J’espère et je prie pour que cette église aide
des prisonniers chrétiens à se rapprocher de Dieu, à
s’enraciner dans une vie de prière, à se repentir et à
changer de vie à l’avenir ». Une première Messe a
eu lieu le dimanche 9 janvier. Nous prierons pour
les enfants et les prisonniers catholiques
pakistanais afin que la Providence les aide à établir
leur vie dans la paix du Christ.

12/06 -18/06 MACAO Catholiques de la
région chinoise
semi-autonome de
Macao
Le 7 juin à Macao, lors d’une cérémonie
accueillant de nouveaux membres de la
Commission pour la vie du diocèse de Macao, le
père Michael Cheung a appelé la communauté
catholique de l’ancienne colonie portugaise à
continuer de lutter contre l’euthanasie et
l’avortement qui menacent la vie et la dignité
humaine. Le prêtre reconnaît que le système
juridique actuel de la région semi-autonome
chinoise protège la dignité humaine. Cependant, il
fait part des inquiétudes de l’Église locale vis-à-vis
de la façon dont les citoyens vivent les choses au
quotidien. Il estime que « même si les lois de
Macao protègent mieux la vie humaine que dans
d’autres villes ou régions, la situation n’est pas la
même concernant les gestes et pratiques des
citoyens ». Par ailleurs, le vieillissement de la
population locale est également une source
d’inquiétudes. Dans ces circonstances, pour le père
Cheung, l’Église locale doit continuer à faire
pression pour empêcher la légalisation de
l’euthanasie à Macao. Nous prierons pour les
catholiques de cette région afin qu’il ne cède pas à
la tentation facile de détruire la vie qui encombre

05/06 – 11/06 RWANDA La famille Rugamba
et la charité
universelle
Les Rugamba est un célèbre couple rwandais dont
l’amour de Dieu et du Christ a sans doute coûté la
vie le 7 avril 1994. Le 23 septembre dernier, la
phase diocésaine du procès en béatification a été
clôturée. Il concerne Cyprien et Daphrose
Rugamba et 7 de leurs enfants. Ils ont été massacrés
par la garde présidentielle du président
Habyarimana. Quand le chef des soldats s’est
présenté au portail de la villa, il a posé la question
au chef de famille : « alors, Cyprien, tu es toujours
chrétien ? ». « Oui », a-t-il répondu, « je suis très
chrétien. Mon costume de danseur est préparé si le
Roi m’appelle ». C’est ce jour-là qu’il a été appelé
au Ciel, parce qu’il refusait de se laisser enfermer
dans le discours raciste de ceux qui divisaient le
pays entre Hutu et Tutsi. Pour lui, il n’y a que des
enfants de Dieu. Il nous est bon de rappeler ce
courage de certains catholiques face aux discours
mortifères qui développent la haine entre les
hommes à partir de critères de race. Prions pour les
membres de cette famille afin que l’unité du peuple
au Rwanda devienne une réalité par la
réconciliation mutuelle

29/05 – 04/0 COREE DU
NORD
Catholiques
persécutés
Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite âgé de 98 ans, a contribué à la publication d’un
livre sur L’histoire de l’Église nord-coréenne.
Dans ce livre, Mgr Yoon estime que l’Égliscatholique a survécu et a grandi en Corée du Nord malgré le régime communiste de Pyongyang, et que les catholiques vivent cachés et persécutés.L’évêque, né en Corée du Nord, témoigne de la façon dont l’Église a prospéré dans la région avant la division des deux Corées en 1945 et avant la Guerre de Corée en 1950. Il a assuré que l’Église en Corée du Nord était fervente avant la séparation
de la péninsule et la guerre. L’archevêque s’est souvenu de la façon dont les prêtres, les consacrés et les laïcs ont été pris de panique quand les communistes ont attaqué les églises avant que la guerre éclate en 1949. Les missionnaires distribuaient des médicaments, ils fondaient des écoles et différentes œuvres caritatives afin de soutenir les fidèles catholiques, qui étaient pauvres mais très enthousiastes. Après le départ du Japon de Corée en 1945, les communistes ont confisqué toutes les propriétés ecclésiales avant d’entamer une ère de répression systématique. Mgr Yoon et Mgr Daniel Tji Hak Soun ont risqué une fuite du Nord vers le Sud avant de rejoindre Séoul le 17 janvier 1950. L’archevêque nonagénaire confie qu’il ne peut que prier pour la paix. « Je ne peux rien faire d’autre à part faire confiance en la Providence de Dieu », poursuit-il. Il pense que « l’Église grandit en secret, tout comme les arbres du séminaire de Tokwon ». « Sur ces arbres, de nouvelles branches apparaissent chaque année, et de la même manière, les catholiques vivent cachés quelque part au Nord, et ils grandissent eux aussi. » Prions pour ces catholiques persécutés de Corée du Nord.

23/05
– 29/05
CHINE Communauté
souterraine de
Baoding
La communauté souterraine de Baoding est l’une
des plus anciennes de l’Église en Chine, avec de
nombreux fidèles. Leur ancien évêque, Mgr James
Su Zhimin, est entre les mains de la police depuis
au moins 25 ans, après plus de 40 ans de dur labeur
sous Mao Zedong. Au moins dix prêtres de
Baoding ont disparu aux mains de la police sur une
période s’étendant de janvier 2022 à aujourd’hu
i,
les quatre derniers les 29 et 30 avril. L’arrestation
subie par ces prêtres est appelée « guanzhi
» : il ne
s’agit pas de détention physique mais une
restriction de mouvements et d’activités, et une
participation forcée à des sessions politiques dans
le but de les forcer à rejoindre l’Église officielle.
Mais rejoindre l’Église officielle suppose de
rejoindre et de se soumettre au Parti communiste
chinois. La loi chinoise permet cette pratique du « guanzhi » sur des périodes pouvant aller jusqu’à
trois ans, sans aucun dépôt de plainte. Toutefois, les
fidèles craignent malgré tout que quelque chose
n’arrive aux prêtres. Dans le passé, des prêtres et
des évêques enlevés ont déjà été retrouvés
mourants ou décédés. De plus, la communauté
locale s’est divisée quand le vicaire de Mgr Su,
Francis An Shuxin, a décidé de rejoindre l’Église
officielle (certains affirment qu’il l’aurait fait à la
suggestion du Vatican)
. L’accord entre Pékin et le
Saint
-Siège a été vécu comme un nouveau coup dur
pour la communauté souterraine. En tant que tel,
l’accord ne concerne que les ordinations des
nouveaux évêques, mais il est utilisé par le
gouvernement chinois et le Front uni comme une « preuve » que le Vatican adhérerait à la ligne de
contrôle total du Parti sur l’Église locale.
C’est dans ce cadre que le cardinal Joseph Zen, 90 ans, a été arrêté le 11 mai à Hong Kong avant d’être libéré
sous caution quelques heures plus tard. Les prêtres et les fidèles de la communauté de Baoding demandent de prier pour eux, en particulier leur évêque, et espèrent avoir des nouvelles des disparus

15/05 – 21/05 CAMBODGE Liberté d’expression
et respect de la loi
Trois organisations (le Centre for Human Rights,
l’Association pour les droits de l’homme et le
développement au Cambodge et le Solidarity
Centre) ont publié un nouveau rapport annuel sur la
situation des libertés fondamentales au Cambodge,
en affirmant qu’elles sont toujours « réprimées ».
Le rapport explique avoir enregistré « plus de 300
restrictions et violations des libertés fondamentales
dans toutes les provinces ». Ce qui est intéressant,
c’est la réaction du gouvernement à quelques
semaines des élections municipales. Phay Siphan,
porte-parole du gouvernement, a déclaré : « Le
gouvernement base toujours ses décisions par
rapport aux libertés de réunion et d’expression ;
tous les citoyens ont les mêmes droits, mais ils ne
sont pas au-dessus de la loi… Si leurs militants
soutiennent la liberté d’expression et de réunion
mais ne songent pas à inciter les gens à respecter
l’ordre public, alors ils ne font que causer des
problèmes dans notre société ». Remarquez le
raisonnement. Il sous-entend qu’il n’y a rien audessus de la loi civile sous prétexte d’ordre public.
Il y a une négation de la soumission des lois civiles
aux lois divines. C’est ainsi qu’en France, le
gouvernement a contesté le secret de la confession.
Prions donc pour qu’au Cambodge et ailleurs, les
catholiques se forment et sachent défendre l’ordre
public tout en contestant les lois iniques qui créent
l’anarchie en dédouanant les hommes de leur
responsabilité dans le péché

08/05 – 14/05 INDE Les catholiques
persécutés
Le 15 mai 2022, Devasahayam (Lazare) Pillai, un
laïc et martyr indien, sera canonisé. « Sa
canonisation inspirera de nombreux laïcs, pour
qu’ils osent s’engager et témoigner de leur foi »,
s’est réjoui le père Raj, ancien secrétaire du Bureau
pour les Dalits de la Conférence épiscopale
indienne. Pour Mgr Soosai Nazarene, évêque de
Kottar, cette canonisation survient à un moment
significatif, alors que les persécutions s’intensifient
contre les chrétiens indiens qui sont régulièrement
accusés de conversions forcées. Devasahayam
Pillai est né le 23 avril 1712 au Tamil Nadu. Issu
d’une famille hindoue de caste supérieure, il a été
officier du roi du Travancore. Il s’y est converti au
catholicisme suite à sa rencontre avec un militaire
néerlandais, Eustache de Lannoy. Il a reçu le
baptême en 1745 des mains d’un Père jésuite et a
pris le nom de « Devasahayam », (« Lazare » en
tamoul). Son épouse, s’est également convertie et a
choisi le nom de Thérèse. Il a annoncé l’Évangile
pendant 4 ans. La conversion de Devasahayam a
irrité les hauts fonctionnaires de la cour royale et la
communauté brahmane, qui l’ont fait arrêter. En
février 1749, il a été jeté en prison. Il a été torturé
durant trois ans, y compris en public, sans renier sa
foi. Le roi a alors ordonné sa mise à mort, le 14
janvier 1752. Sa dépouille, retrouvée par les
chrétiens dans la forêt, a été dans l’église SaintFrançois-Xavier, devenue la cathédrale du diocèse
de Kottar. Nous prierons Devasahayam pour ses
compatriotes catholiques afin qu’ils soient
renforcés dans leur foi et osent toujours témoigner
leur attachement à Jésus-Christ, notre Sauveur.

01/05 – 07/05 CUBA Les Catholiques dans
la situation de misère
sociale
Cuba compte 61 % de Chrétiens et la population
reste religieuse malgré 60 ans de dictature
communiste. Avec les restrictions sanitaires liées à
la pandémie, la misère a augmenté. Elle a suscité
des mouvements de révolte durement réprimés.
L’Eglise tente de préserver un équilibre entre le
soutien des populations et une certaine loyauté au
régime pour éviter que les avancées sociales
obtenues ne soient supprimées. Le soutien aux
populations passe évidemment par l’aide aux plus
démunis, mais aussi par le soutien scolaire ou la
formation des laïcs. Prions pour que ces actions
soient fructueuses et ne négligeons pas nous-mêmes cette formation si nécessaire.

24/04 – 30/04 VIETNAM Le Clergé
catholique, les Filles
de la Médaille
Miraculeuse et les
malades
Face à la pandémie qui a sévi de juillet à fin
septembre 2021, le Parti Communiste c’est
tellement trouvé démuni qu’il a fait explicitement
appel au clergé catholique et à ses bénévoles
pourraient aider et soutenir les malades. Hà
Nguyên, un aveugle, était tellement angoissé qu’il
refusait obstinément de sortir prendre l’air. La
religieuse qui s’en occupait lui a fait connaître les
mystères du rosaire. En les méditant avec lui, elle
a fini par le tranquilliser et lui donner la paix. Cet
exemple a été médiatisé et il a été repris par un
membre du gouvernement qui, malgré son
athéisme assumé, a reconnu les bienfaits de cette
prière et de l’initiative catholique. Prions pour
que, à l’occasion de ces actes de dévouement,
l’influence du clergé catholique grandisse et
conduise un plus grand nombre à suivre JésusChrist. Nous aurons une pensée pour les Filles de
la Médaille Miraculeuse qui viennent de fêter leur
75ème anniversaire d’existence et ont pour
caractéristique d’être la seule Congrégation
féminine qui recrute parmi les minorités indigènes
du pays. Elle compte 191 membres.
17/04 – 23/04 LIBAN Les Chrétiens
garants de l’ordre
social
Le Liban s’enfonce dans une crise aux
dimensions multiples. Les biens les plus
élémentaires manquent. Un tiers des Libanais est
au chômage et 15 % de la population vit en
dessous du seuil de pauvreté. Cette situation
économique désastreuse remet en cause l’un des
fondements de la cohabitation du pays, le
confessionnalisme, établi par les accords de Taëf
en 1989. Il s’agissait d’accorder un rôle politique
à chacun selon son poids social et
démographique. Mais la forte natalité dans les
communautés musulmanes et les migrations des
chrétiens font que le Liban devient aujourd’hui
majoritairement musulman. Les musulmans
s’estiment sous-représentés. L’émergence de
l’Islam verrait naître une confrontation entre
Sunnites et Chiites. Le risque d’une reprise de la
guerre serait quasiment inévitable. Nous prierons
donc pour nos frères chrétiens libanais afin que la
Providence les protège de ce fléau. Nous
réfléchirons aussi à ce qui pourrait arriver dans
nos propres pays européens du fait de la démographie

03/04 – 09/04 BIRMANIE Sœurs de la
Réparation
Des religieuses témoignent de la crise actuelle en
Birmanie. Le 10 novembre dernier à Milan, au
cours d’une soirée organisée autour du thème
« Birmanie, une crise oubliée », les sœurs de la
Réparation, dont plus de 380 membres sont
présents en Birmanie, ont témoigné de la situation
du pays depuis le coup d’état du 1er février 2021.
« Tous les jours nous recevons des nouvelles
terribles : des gens arrêtés, torturés, violés,
massacrés et brûlés vifs ; des églises, des lieux
sacrés et des maisons incendiées et bombardées ;
et toujours plus de personnes déplacées », a
déploré mère Béatrice. Nous prierons pour les
sœurs de cette congrégation, présente dans 13
diocèses Birmans, et pour tous les fidèles
catholiques de ce pays en crise.

27/03 – 02/04 JAPON Petite minorité
catholique
Le Japon compte 125 millions d’habitants. Il y a
400 000 catholiques recensés, soit 0,32 % de la
population totale. Les Japonais ont eu de
nombreux martyrs à la fin du 16ème siècle. Eux
aussi ont pris l’habitude de se cacher et ont eu
tendance à créer un syncrétisme religieux
mélangeant le christianisme et le bouddhisme ou
le shintoïsme. L’Eglise se remarque aujourd’hui
surtout par ses œuvres de charité. Prions pour
cette minorité afin qu’elle reste fidèle à la foi et
évite ces mélanges désastreux pour le salut
éternel.

20/03 – 26/03 AFGHANISTAN Les Chrétiens
cachés comme
Pierre
A l’inverse de l’Ukraine, l’Afghanistan est un
pays à 99,9 % musulman. Sur 38 millions
d’habitants, 38000 seulement ne sont pas
musulmans. Si vous enlevez à ce chiffre les
animistes des plateaux, les chrétiens sont une
poignée. La dernière congrégation catholique en
poste dans le pays, les barnabites, est partie en
août dernier. La seule église du pays, la chapelle
de l’ambassade d’Italie à Kaboul a été
désacralisée. Plus aucun lieu de culte catholique
ne subsiste sur la terre afghane actuellement.
Pierre appartient à l’ethnie minoritaire des
Hazaras, de langue persane. Pendant un voyage
en Turquie et un autre en Croatie, il a découvert
ce qu’était un crucifix. Il s’est converti au
catholicisme il y a quelques années. Seul, sa
femme le sait. Ses enfants l’ignorent. Il vit sa vie
chrétienne dans le secret le plus absolu. Nous
prierons pour Pierre et tous ces convertis cachés
afin que Dieu les soutienne dans leur foi malgré
l’absence de toute structure qui les soutienne.

13/03 – 19/03 ETHIOPIE Les Salésiens
victime de la guerre civile
L’Ethiopie compte 113 millions d’habitants. Près de 60 % des habitants sont chrétiens. L’Eglise y est implantée depuis la plus haute Antiquité.
Rappelons-nous que le diacre Philippe avait
baptisé un éthiopien, fonctionnaire de la cour
royale. Ce pays est divisé en 80 ethnies
différentes. Actuellement, poussées par les partis marxistes, celles-ci s’opposent les unes aux autres dans le cadre d’une guerre civile commencée en 2020. Certains sites en subissent les
conséquences. Ainsi l’église orthodoxe SainteMarie-de-Sion à Axoum qui conserverait cachée
l’Arche d’Alliance. De même, le site de Lalibela où, au XIIème siècle, ont été construites 11 églises monolithiques taillées dans le roc pour permettre aux chrétiens empêchés d’aller en
pèlerinage à Jérusalem de venir prier Dieu dans
cette « Nouvelle Jérusalem ». Prions
particulièrement pour le clergé, en particulier ces
Salésiens qui ont été arrêtés le 5 novembre
dernier dans la maison provinciale des salésiens alors qu’ils s’occupaient de l’éducation des enfants des rues.

Ethiopie

07/03 – 13/03 INDONESIE Les rapports entre
catholiques et
musulmans
Un musulman sur cinq dans le monde est
indonésien. C’est dire l’impact de cette religion
dans le pays. Pourtant, l’islam ne s’est pas imposé
ici par la force mais par les relations
commerciales des locaux avec les marchands
venus de la péninsule arabique. Il s’est donc
ajouté aux religions traditionnelles animistes dont
certains rites perdurent encore aujourd’hui dans le
culte musulman. Mais cet état de choses est en
train de changer sous l’influence d’imams venus
d’Arabie Saoudite. Nous prierons pour les
catholiques de ce pays afin que leurs rapports
avec les musulmans ne deviennent pas conflictuels.
27/02 – 06/03 UKRAINE Les Catholiques
ukrainiens dans la guerre
L’Ukraine est à plus de 98 % chrétienne. Les
protestants représentent moins de 1 %. La
majeure partie de la population est orthodoxe,
mais une partie dépend d’une Eglise autocéphale
récemment formée et une autre du Patriarcat de
Moscou. C’est dire que la guerre qui vient
d’éclater est une guerre fratricide, même au plan
religieux. Nous prierons spécialement pour les
catholiques de ce pays afin que, dans la confusion
et les souffrances engendrées par les opérations
militaires, ils gardent l’espérance et la paix de
l’âme. A la demande de notre évêque, Mgr
Bustillo, une Messe pour la paix sera célébrée à
Notre-Dame de Lorette mardi 1er mars à 18 h 00.
20/02 – 26/02 MAURITANIE Catholiques du
diocèse de
Nouakchott
La Mauritanie est un pays dont la superficie est
deux fois égale à celle de la France. Elle compte
un peu moins de 5 millions d’habitants et à peine
quelques milliers de catholiques. Ceux-ci
appartiennent au seul diocèse qui couvre
l’ensemble du territoire, le diocèse de
Nouakchott. Ce ne sont pas des autochtones, mais
des personnes arrivées là par migration. Dans ce
pays à 99,3 % musulman, il est impossible de
prêcher ouvertement l’Évangile. La seule manière
de faire connaître la religion chrétienne et de
pratiquer la fraternité envers tous. Nous prierons
pour que ces fidèles et leur clergé finissent par
allumer la lumière de la foi dans le cœur de leurs
concitoyens.
13/02-19/02

06/02 – 12/02

COREE DU SUD Les fidèles laïcs de
Corée du Sud
La péninsule coréenne abrite une civilisation
plurimillénaire dont la culture est marquée par le
confucianisme depuis le 1er siècle après JésusChrist et le bouddhisme introduit au 4ème siècle.
Ce pays est divisé depuis 1948 en 2 Etats : Corée
du Nord communiste et Corée du Sud. En Corée
du Sud, les catholiques représentent un peu plus
de 10 % de la population. L’Eglise est née au
XVIIIème siècle avec des groupes de confucéens
intéressés par des sources étrangères. Dans le
premier tiers du XIXème siècle, des laïcs lettrés
qui avaient connu le christianisme en Chine ont
écrit à Rome pour avoir des prêtres et recevoir les
sacrements. C’est en 1829 que Mgr Bruguière des
Missions Etrangères de Paris se porte volontaire.
Son arrivée a entraîné des persécutions et le
premier prêtre coréen Saint André Kim, exécuté
en 1846 à l’âge de 25 ans, est un de ces martyrs.
Prions pour tous les laïcs coréens afin qu’ils
gardent la Foi qui a poussé leurs ancêtres à
demander l’installation de l’Eglise. Prions aussi
pour la réunification des deux Corées afin que la
dictature communiste laisse place à la liberté de
culte
30/01-05/02 23/01 – 29/01 INDE Sœurs Missionnaires
de la Charité
Les Sœurs Missionnaires de la Charité ont été
fondées par Mère Teresa pour venir en aide aux
plus démunis des quartiers défavorisés des villes
indiennes. Personne n’ignore aujourd’hui les
bienfaits opérés par cette congrégation religieuse.
Pourtant, le 25 décembre dernier, le
gouvernement Modi a suspendu la
reconnaissance de cette congrégation comme
« organisation caritative ». La conséquence est
que les religieuses ne pourront plus recevoir des
subventions venant de l’étranger. Cette mesure
restrictive est pénalisante et manifeste l’hostilité
grandissante des groupes ultra-nationalistes
hindous contre les minorités agissantes, en
particulier l’Eglise catholique. Nous prierons
pour tous ces missionnaires qui donnent leur vie
dans ces pays lointains afin d’introduire la charité
du Christ en lieu et place de la haine diabolique du prochain.
16/01 – 22/01 VIETNAM Un groupe d’aide
aux femmes qui
ont avorté
À l’occasion de la fête des Saints Innocents (le
28 décembre) et du Nouvel an lunaire (le 1er février
prochain), les membres d’un groupe pro-vie, fondé
en 1990 par le père Dominique Truong Van Quy
dans la province de Thua Thien Hue, apportent tous
les ans des fleurs et de l’encens devant les tombes de
bébés avortés, dans des cimetières catholiques de la
région. « Les fœtus sont des êtres humains, ils ont le
droit à un enterrement digne », souligne le prêtre,
âgé de 54 ans, dont le groupe a également aidé de
nombreuses femmes ayant vécu un avortement.
Dang Thi Thanh est une femme de 40 ans. D’une
famille très pauvre, elle se met à travailler dans un
café à l’âge de 18 ans. Le patron la met enceinte et
l’oblige à avorter. Elle se marie plus tard, mais
quand la famille apprend cette histoire, elle est mise
à la porte, alors même qu’elle attend de nouveau un
enfant. Après la naissance, elle doit s’en séparer et le
confie à un couple stérile qui l’adopte. Nous
prierons pour toutes les femmes catholiques du
Vietnam qui se trouvent dans de telles situations de
détresse afin que la grâce de Dieu daigne refermer
ces blessures profondes de l’âme.
21/11 – 27/11 NEPAL Sœur Gemma Lucia Kim et sœur Martha Park Byongsuk Mgr Paul Simick, vicaire apostolique au Népal, a réagi au refus de la libération sous caution de deux religieuses catholiques sud-coréennes, détenues depuis le 14 septembre par les autorités népalaises. Sœur Gemma Lucia Kim et sœur Martha Park Byongsuk, de la congrégation des Sœurs de Saint-Paul de Chartres, ont été accusées de conversions forcées. Elles dirigeaient le foyer Saint-Paul’s Happy Home, un centre offrant un toit, une aide alimentaire et un accès à l’éducation et à la santé à près de 120 enfants d’un bidonville de Pokhara Bus-Park, à environ 200 km de Katmandou. Arrêtées suite à une plainte anonyme, elles ont été détenues par la police jusqu’au 27 septembre. Elles ont ensuite été envoyées dans une prison locale, quand leur libération sous caution a été refusée. « La communauté catholique népalaise est choquée par le verdict de la cour », a réagi Mgr Paul Simick. Au moins neuf chrétiens sont actuellement accusés de conversions forcées au Népal. Les chrétiens népalais subissent différentes formes de persécutions de la part de la majorité hindoue. Près de 81 % des 29 millions d’habitants sont hindous, tandis que les bouddhistes sont 9 %, les musulmans 4,4 % et les chrétiens 1,4 %, selon un recensement de 2011. On compte environ 10 000 catholiques au Népal. Prions pour ces évangélisateurs afin qu’ils continuent malgré tout à conduire les âmes vers le Christ, notre seul Sauveur ici-bas.
14/11 -20/11 BIRMANIE MYANMA

Minorité ethnique catholique

Le 18 octobre, la junte birmane a annoncé l’amnistie de 5636 détenus arrêtés dans le cadre des manifestations contre la junte. Beaucoup de prisonniers libérés ont dû signer un papier déclarant qu’ils renonceraient à toute activité politique une fois amnistiés. Mais, plus de cent prisonniers politiques ont été à nouveau arrêtés et emprisonnés. D’autres, qui avaient appris qu’ils étaient sur la liste des détenus libérés, ont été emmenés à l’entrée de leur prison, seulement pour être à nouveau emprisonnés avec des accusations supplémentaires. « Les catholiques locaux sont partagés entre la dénonciation des violences et une position prudente », analyse Olivier Labesse, responsable de l’agence Églises d’Asie, « le but est de ne pas créer un problème encore plus grand. » Cette prudence peut s’expliquer par le statut de minorité qu’occupe la religion catholique en Birmanie, même si elle est en forte augmentation comme nous l’avions déjà dit La population de l’ancienne colonie britannique est bouddhiste à 87,9 %. Les catholiques actuellement représentent environ 1,5 % de la population totale du pays. Prions pour ceux qui sont actuellement persécutés dans cette situation sociale tendue et confuse.
07/11 – 13/11 INDE

Les prêtres du Tamil Nadu

Le nonce apostolique Mgr Leopoldo Girelli a appelé les évêques de l’État du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, à faire attention aux prêtres qui s’engagent dans des organisations non gouvernementales. Selon lui, ces ONG deviennent trop souvent « des bases de pouvoir politique et financier » pour les clercs, une situation contraire au droit canon puisque selon le paragraphe 4 du canon 285, « les clercs ne géreront pas des biens appartenant à des laïcs ni des charges séculières comportant l’obligation de rendre des comptes ». L’archevêque Leopoldo Girelli rappelle par ailleurs que tout clerc qui ne respecterait pas le code de droit canonique s’expose à des sanctions. Selon le vicaire général du diocèse de Kottar, dans l’État du Tamil Nadu, certains prêtres qui fondent des ONG pour aider les plus démunis lorsque le diocèse n’a pas les moyens, acquièrent une influence sociale et financière. Une situation qui crée des déséquilibres entre les clercs dans les diocèses du sud de l’Inde notamment, où les chrétiens sont plus nombreux que dans le reste du pays. Dans sa lettre, le nonce invite donc les évêques à fixer des règles claires pour s’assurer que les organisations dans lesquelles s’investissent les prêtres sont bien sous le contrôle de leurs diocèses respectifs. Voilà des rappels bienvenus qui permettent de mieux comprendre comment l’Eglise envisage le rôle du prêtre dans la société. Prions pour les prêtres catholiques de l’Inde afin qu’ils aient toujours à cœur le développement de la vie intérieure et spirituelle de leurs fidèles.

31/10 – 06/11 ETATS UNIS

Communautés Catholiques du pays contre le satanisme

Selon le comité épiscopal pour la liberté religieuse de la conférence épiscopale nationale catholique aux Etats Unis, une centaine d’actes de vandalismes et de profanation ont visé les lieux de culte et sites de dévotion catholiques, depuis Mai 2020 à Octobre 2021. « Ces actes de vandalisme, écrivent le cardinal Timothy Dolan et Mgr Paul Coakley, vont du tragique à l’obscène, de l’évident à l’inexplicable. Il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur ce phénomène; cependant, il souligne le fait que notre société a grand besoin de la grâce de Dieu. Il ne s’agit pas de simples délits contre la propriété, mais de la dégradation des représentations visibles de notre foi catholique. « Ce sont des actes de haine ». Pour le « Colombus Day », l’ancienne commémoration du jour où Christophe Colomb a découvert l’Amérique (sans poser le pied aux Etats-Unis), des militants décoloniaux (Woke) ont tagué une église catholique  italienne construite à Los Angeles … en 1904 et un cimetière à Middletown dans l’Ohio.

24/10 – 30/10 MALI

Institut des Filles du Cœur Immaculé de Marie

Le Mali fait partie des pays du Sahel pour lequel nous avons prié ces dernières semaines. Sur un peu plus de 20 millions d’habitants, 2,3 % sont chrétiens. Actuellement, les bandits et les djihadistes dépècent le pays. Beaucoup s’enrôlent dans ces milices pour avoir à manger. Dans le village de la paroisse de Barapireli, l’église a été brûlée, le Saint-Sacrement, la Vierge et la Croix ont été saccagés. Les chrétiens ont l’interdiction de se rassembler et les réunions de femmes catholiques sont interdites. Nous prierons spécialement pour l’Institut des Filles du Cœur Immaculé de Marie qui est répandu dans tout le pays et œuvre à l’évangélisation de la population.

17/10 – 23/10 NIGERIA

Population catholique

D’après le dernier Rapport sur la Liberté religieuse de l’AED, le Nigeria est l’un des pires endroits du monde pour les chrétiens qui comptent pourtant pour près de 47 % de la population. Sur les vingt dernières années, l’ONU estime que 36000 personnes ont été massacrées et 2 millions déplacées à cause violences du Groupe sunnite pour la prédication et le Djihad, mieux connu sous le nom de Boko Haram. Boko Haram signifie livres interdits. Le 1er octobre de l’année dernière, Mgr Matthew Kukah, évêque de Sokoto, accusait le Président, Muhammadu Buhari d’inaction et de violation de la Constitution, parce que 85 % des postes clés sont attribués aux musulmans du Nord. Les Fulanis cherchent à s’emparer des terres du centre du pays où le christianisme est fortement implanté. Prions pour que, confrontés à cette violence meurtrière, les catholiques de ce pays se tournent toujours vers le Christ et sa sainte Mère et obtiennent les grâces qui leur sont si nécessaires.

10/10 – 16/10 TCHAD

Catholiques duTchad

Nous avions prié pour les catholiques du Tchad en février dernier et en particulier pour les séminaristes. Nous avons prié la semaine dernière pour le Sahel. Le Tchad fait partie du Sahel et il est actuellement touché par les groupes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l’Ouest. Les violences s’intensifient. Demandons à Dieu de protéger tous les catholiques de cette région afin d’ouvrir le cœur de tous ces terroristes.

03/10 – 09/10 SAHEL

Catholiques de cette région

Le Sahel désigne la bande de l’Afrique qui marque la transition entre le Sahara au nord et les savanes du Soudan au sud. D’ouest en est, il s’étend de l’Atlantique à la mer Rouge. L’insécurité se répand à travers toute cette zone, du Mali au Burkina Faso et au Niger. Les groupes armés sont terroristes au service du djihad, mais aussi de défense nationale. Cela crée une grande confusion et les minorités sont les premières victimes. Parmi elles se comptent les communautés chrétiennes. Leurs églises sont incendiées au Niger et au Burkina Faso et de nombreux petits incidents du quotidien montrent que leur situation se dégrade au Sahel. Prions pour les catholiques de ces pays afin qu’ils offrent ces souffrances en union avec le Christ dans sa Passion et accompagnons-les de nos propres efforts à suivre ce chemin.

26/09 – 02/10 REPUBLIQUE DE GUINEE OU GUINEE CANAKRY

Nouveau pouvoir politique

Dans une lettre datée du 13 septembre, le cardinal Robert Sarah, ancien archevêque de Conakry et préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, s’est adressé au Comité national pour le redressement et le développement (Cnrd). Cette junte militaire dirigée par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya a destitué, le 5 septembre, le président Alpha Condé, à la suite d’un coup d’Etat. Le cardinal Sarah la rappelle à ses responsabilités et lui prodigue des conseils. En 4 pages, le cardinal renvoie à l’histoire récente du pays, marquée par des coups d’États qui ne lui ont rien apporté. Aujourd’hui, « la page est redevenue blanche » écrit-il. Se faisant plus précis, il encourage les nouveaux gouvernants à renouveler la classe politique, « tous les prédateurs invétérés de notre Pays, corrompus et incompétents qui se considèrent comme des éléments incontournables et inamovibles ». Aux yeux du cardinal Sarah, une nouvelle génération de responsables politiques mus par la volonté de promouvoir la paix et la concorde est nécessaire pour un meilleur avenir. Le prélat invite, par ailleurs, la junte pouvoir à être « extrêmement sévère envers les militaires qui voudraient profiter de l’accession au pouvoir par l’armée pour s’enrichir au détriment du peuple » et à s’entourer de personnes compétentes et bien intentionnées. La situation est loin d’être stabilisée. Dans un communiqué publié dimanche 20 septembre, Mgr Vincent Coulibaly a dénoncé une tentative d’expropriation des terres appartenant à l’Église. Selon lui, des populations locales « instrumentalisées » tentent d’arracher plusieurs domaines appartenant à des instituts religieux de formation. Prions pour que la Providence profite de ces changements pour favoriser l’action de l’Eglise catholique.

19/09 – 25/09 VIETNAM

Les Filles de Marie du Saint Rosaire de Bui Chu

La Congrégation des Filles de Marie du Saint Rosaire a célébré le 75e anniversaire de leur fondation par Mgr Ho Ngoc Can (1876-1948), premier évêque natif du Vietnam. Aujourd’hui, elle compte 500 membres et 40 communautés, dont une située en Thaïlande. Elle a marqué cet anniversaire avec la construction d’une nouvelle chapelle dans leur maison mère, dans le district de Xuan Truong (province de Nam Dinh). Le 6 septembre, près d’une centaine de ces religieuses, autrefois persécutées dans le nord du Vietnam, s’y sont rassemblées. Mgr Thomas Vu Dinh Hieu, évêque de Bui Chu, a présidé les festivités, au cours desquelles douze sœurs ont prononcé leurs vœux temporaires. Onze religieuses ont également prononcé leurs vœux perpétuels ; par ailleurs, douze religieuses ont célébré leur jubilé d’argent (25 ans de vie religieuse) et deux autres leur jubilé d’or (50 ans). Mgr Hieu a appelé les membres de la congrégation à montrer toute leur gratitude envers Dieu pour leur présence et leur développement dans le plus ancien diocèse du pays, où la Bonne Nouvelle a été annoncée il y a presque cinq cents ans. Nous nous associerons à la joie et à l’action de grâces de ces religieuses en priant Dieu qu’il déverse sur chacune d’entre elles la grâce de la persévérance.

12/09 – 18/09 KOSOVO

Les catholiques du pays

Le Kosovo est un pays actuellement à 93,5 % musulman. Son indépendance a été reconnue par les Etats-Unis, mais pas par l’ONU ni par l’Union Européenne. Car le Kosovo est originairement la terre des racines chrétiennes des Serbes. Au cours de l’époque ottomane, les catholiques ont pratiqué leur religion dans la clandestinité. Aujourd’hui, ils sont 60000 pour une population d’1,8 millions d’habitants. Ils doivent affronter une grave crise sociale et politique, car le pays a été pillé pendant 20 ans par des partis politiques mafieux qui ont régné par la corruption, la peur et les assassinats. Un nouveau parti vient de prendre le pouvoir et veut changer les choses, en particulier au ministère de la Justice. Albin Kurti, le premier ministre, estime que sur 500 juges et procureurs, 100 sont corrompus, 300 sont incompétents et les 100 derniers ne peuvent pas travailler correctement à cause des 400 autres. Inutile de souligner que les catholiques font souvent les frais de cette justice défaillante. Il est à noter que la persécution religieuse est en hausse actuellement. Alors qu’en 2018, les violations de la liberté religieuse touchaient un pays sur 5, aujourd’hui elles se rencontrent dans 1 pays sur 3. Nous prierons donc pour ces catholiques ultra-minoritaires afin que la Providence leur donne la grâce de persévérer dans la foi.

05/09 – 11/09 CAMBODGE

Les plus pauvres soumis à la traite des êtres humains

Le Cambodge est depuis longtemps confronté au problème de la traite des êtres humains et de l’esclavage moderne. Les frontières poreuses, la culture d’impunité et la situation des plus défavorisés espérant une vie meilleure ont provoqué une aggravation du fléau depuis la fin du conflit cambodgien en 1998. Mais la situation a changé depuis le début de la crise sanitaire l’an dernier, quand les frontières du pays ont été fermées et que les vols internationaux ont été réduits au minimum. Durant les premiers mois de la pandémie, le problème de la traite des personnes s’est amélioré avant de replonger avec les conséquences économiques de la crise sanitaire, avec de nouvelles populations appauvries et poussées à la servitude. Beaucoup des anciens travailleurs migrants se sont retrouvés sans travail, sans revenus et sans nourriture et ont dû trouver des moyens de s’en sortir. Avec le franchissement des frontières devenu illégal, les gens ont été poussés à des activités professionnelles informelles et souterraines. Prions pour les catholiques qui se retrouvent dans ces situations où leur vertu et leur honnêteté peuvent être mises à dure épreuve dans leur recherche des moyens suffisants pour vivre.

29/08 – 04/09 HAÏTI

Mgr Launay Saturné et les fidèles catholiques

La situation est extrêmement difficile. Après un premier tremblement de terre il y a onze ans est survenu un séisme le 14 août dernier. Il a provoqué 2207 morts et près de 10 000 blessés. 200 églises ont été détruites. A cette catastrophe naturelle s’ajoute une situation de crise politique, financière, environnementale et sociale. En plus, certaines zones font face à une insécurité très forte : des gangs armés empêchent actuellement la libre circulation des habitants dans le pays. Mgr Launay dit : « nous nous appuyons sur Dieu, mais il revient aussi aux hommes de prendre leurs responsabilités. Car Dieu ne fera pas à notre place les tâches qui nous incombent, au quotidien. D’un point de vue spirituel, la simple dévotion ne suffit pas : nous pouvons prier, demander à Dieu son aide et s’appuyer sur Lui, mais il s’agit surtout d’entrer dans un processus de purification. Nous invitons à venir rencontrer Dieu dans l’Eucharistie, la prière, et de toujours chercher à aimer le prochain, même si cet autre n’est a priori pas aimable ». Il ajoute : « notre premier souci, c’est le cœur de l’homme qui est malade, et notre réponse est l’évangélisation. Elle fait reculer les germes de mort, pour nous ouvrir à la vie. Il faut donc inculquer les valeurs évangéliques dans tout le pays, du haut vers le bas de la société. À travers les institutions, d’abord, mais aussi les écoles, les centres de formations, les séminaires, les messes quotidiennes, jusqu’à chaque homélie et sermon ». Nous prierons pour l’Eglise qui est en Haïti afin que les pasteurs sachent parler au cœur des fidèles et que les fidèles vivent vraiment au quotidien des vertus évangéliques.

22/08 – 28/08 AFGHANISTAN

Missionnaires présents

L’Afghanistan est depuis longtemps un pays en guerre où de nombreux pays sont intervenus pour éviter la sanctuarisation sur ce territoire de l’organisation Al Qaida. Les Talibans se sont engagés à ne pas s’allier à eux si les troupes américaines se retiraient. Mais celles-ci ont été retardées et les Talibans disent ne plus être tenus à cette obligation, sachant que les liens ont toujours existé entre les deux mouvements. Les Talibans se sont emparés de la capitale, Kaboul. L’inquiétude est grande. Deux prêtres et quatre religieuses de la Charité se sont retrouvés piégés. Nous prierons pour ces missionnaires et leurs fidèles afin que Dieu les assiste dans leurs souffrances.

15/08 – 21/08 CENTRAFRIQUE

Card. Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui

Imitons son exemple : « je puise ma force dans le Seigneur. C’est Lui ma force. Si j’arrête d’aller vers le Saint Sacrement pour l’adoration et l’oraison, je ne pourrai pas tenir, je vais m’assécher. Vous, vous allez chez le psychologue ! Moi aussi, je vais chez le psychologue : Il est dans la chapelle. Il est plus fort. Je l’écoute. Il me donne des conseils qui me fortifient. Quand les rebelles sont entrés dans la ville, ils étaient à l’archevêché. Les gens m’avaient dit de fuir à l’abri, de l’autre côté du fleuve. J’ai dit non, car c’est ici qu’on m’a mis. Je préfère donner ma vie ici, alors je reste. Les rebelles sont arrivés à la porte. Dans le parloir je me suis présenté comme l’archevêque, celui qui parle de Dieu et qui cherche la paix. L’un d’eux avait des grigris. Je sors alors mon chapelet en disant : « ça, c’est mon grigri. Entre ton grigri et mon grigri, je ne sais pas qui est le plus fort ! » Je range mon chapelet dans la poche et j’ai dit : « je ne veux pas que le sang coule ici. Alors sortez d’ici, sortez sans discussion, sortez. » Ils aurait pu m’abattre, mais ils sont sortis. »

09/08 – 14/08 ISRAËL

Mgr Pierbattista Pizzaballa

Selon le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, la situation entre Israéliens et palestiniens s’est tellement aggravée que la région est au bord de la guerre civile. Il a appelé à l’apaisement, demandant de protéger Jérusalem comme cité de la paix. Le président turc Erdogan a dénoncé un crime contre l’humanité de la part d’Israël. Il a demandé au pape d’intervenir pour contraindre Israël à cesser de massacrer les palestiniens. Nous prierons pour les catholiques de Terre sainte afin que Dieu leur vienne en aide dans ces difficultés majeures de plus en plus contraignantes.

01/08 – 07/08 ETATS-UNIS

Catholiques de ces Etats

Biden est désormais le président des Etats-Unis. Alors qu’il se dit opposé à l’avortement à titre personnel, il lui est favorable au titre d’homme public. Cette distinction politique est évidemment mortifère, car elle engendre l’idée que l’avortement peut être un acte moralement indifférent, pour ne pas dire bon. Pourtant, lors de la légalisation de l’avortement en 1973, l’avocate qui a contribué à faire passer la loi dans l’Etat du Texas et qui l’a regretté par la suite, a révélé avoir été payée par des groupes pro avortement pour obtenir des mesures législatives favorables à l’IVG. Comme quoi, cette question n’est pas seulement affaire de conviction et de philosophie de vie. Biden ne reviendra pas sur la question de la légalisation de l’avortement. Il le fera probablement rembourser plus largement et développera une législation favorable au mouvement LGBTQ, comme cela se fait en Europe. Nous prierons donc pour les catholiques américains afin qu’ils aient suffisamment de discernement et de force pour s’opposer efficacement à ces législations désastreuses grâce au soutien de la majorité conservatrice des membres de la Cour suprême qui doit examiner en octobre la constitutionalité d’une loi du Mississipi interdisant l’IVG à partir de la 15ème semaine de grossesse. D’autres Etats doivent aussi examiner des projets de loi restreignant la possibilité d’avorter.

25/07 – 31/07 CHINE

Séminaires clandestins à l’arrêt

Le 3 novembre 2020, des raids policiers ont été effectués aux séminaires clandestins de Baoding. Les formateurs ont été arrêtés, les étudiants renvoyés dans leur foyer et mis sous surveillance. Le même jour, le séminaire de Zhengding a été fermé. Le 21 mai dernier, Mgr Joseph Zhang Weizh, évêque de Xianxiang dans l’est de la Chine, a été emprisonné. Son arrestation fait suite au démantèlement du séminaire de Shaheqiao, installé dans une ancienne usine. L’évêque est accusé d’avoir organisé des activités illégales. Ces actions suivent les lois sur les affaires religieuses nouvellement entrées en vigueur. Ces lois mettent les religions sous haute surveillance. Le pouvoir chinois empêche le développement des centres de formation. Prions pour tous les séminaristes de ce pays et leurs formateurs afin que la Providence permette que de nouveaux prêtres puissent œuvrer à l’expansion du Royaume de Dieu en Chine.

18/07 – 24/07 HONG KONG

Les cinq catholiques condamnés parmi les dirigeants démocrates

Le 16 avril dernier, neuf dirigeants de l’opposition démocratique ont été condamnés en raison de leur rôle actif dans des manifestations pour la défense de la justice sociale. Ces condamnations sont inspirées par la Chine au travers de la loi sur la sécurité nationale. Le plus âgé des condamnés a 82 ans. Ces militants ne sont pas reconnus coupables d’actes de violence, mais d’une expression illégale de leur opposition aux réglementations anti-sociales. La police de la pensée sévit partout et empêche les revendications au profit de la justice. Prions pour ces catholiques qui, pour certains, vont connaître la prison, parce qu’ils ont défendu la liberté individuelle contre les atteintes étatiques et la justice sociale. Demandons à Dieu de nous donner la grâce de suivre aussi leur exemple si cela devait advenir dans notre propre pays.

11/07 – 17/07 INDE

Lois anti-conversion

Peu à peu les lois anti-conversion se répandent dans tous les Etats de l’Inde. Le résultat de ces lois est que les minorités religieuses, comme les catholiques, peuvent être prises pour cible n’importe où, n’importe quand et par n’importe qui, notamment par les milices civiles contrôlées par les extrémistes hindous. De plus, les personnes accusées de conversion doivent apporter la preuve du contraire, sinon elles sont considérées comme coupables. Les violences se sont multipliées et banalisées. Fin mai et début juin, au moins treize familles chrétiennes ont été forcées de fuir leurs maisons sous les menaces et les attaques des villageois hindous et elles ont trouvé refuge dans la jungle avoisinante. Nous prierons pour tous les catholiques qui subissent de telles avanies afin que les anges de Dieu les protègent et les gardent fidèles à la foi.

04/07 – 10/07 ITALIE

La législation pro LGBT

L’affaire remonte au 17 juin. Un projet de loi pour combattre et punir (jusqu’à 4 ans de réclusion) les actes de discrimination et d’incitation à la violence contre les homosexuels, les lesbiennes, les transgenres et les handicapés, viole, selon une note du Saint-Siège, le Concordat avec l’Italie adopté en 1929 et modifié par l’Accord de 1984. Cette note précise que certains points « réduisent la liberté de l’Église » en matière d’organisation et d’exercice du culte, ainsi que « la pleine liberté d’expression et de pensée consentie aux fidèles et aux associations catholiques ». L’un des articles particulièrement critiqué concerne les écoles catholiques qui seraient tenues d’organiser des activités pour « promouvoir la culture de l’inclusion et contrer les violences motivées par l’orientation sexuelle et l’identité de genre ». Interpellé sur ce sujet, le premier ministre, Mario Draghi, connu pour ses convictions catholiques, a déclaré : « Sans vouloir entrer dans le mérite de la question je tiens à rappeler que notre État est laïque, ce n’est pas un État confessionnel ». Le président de la Chambre des députés Roberto Fico, issu du Mouvement 5 étoiles, a affirmé : « Le Parlement est souverain, nous n’acceptons pas les ingérences ». Quant au secrétaire du Parti démocrate, Enrico Letta, il s’est montré inflexible. Comme nous le voyons, la France n’est pas la seule cible du lobby LGBT+. Les politiques ne sont pas plus courageux ailleurs… Prions pour que la Providence daigne nous apporter son secours dans cette situation si préoccupante !

27/06 – 04/07 RD-CONGO

Mgr Willy Ngumbi

Le 22 mai, le volcan Nyiragongo est subitement entré en éruption sans aucun signe avant-coureur. D’un coup, le feu est apparu sur le flanc du volcan. Ce sont surtout les tremblements de terre après l’éruption qui ont beaucoup inquiété les populations. La situation était gérée avec un peu de panique au début et tout le monde observait le volcan. Heureusement, contrairement à l’éruption de 2002, celle de 2021 n’a pas vraiment été dévastatrice puisqu’elle s’est arrêtée dans la partie nord de la ville. Elle n’est pas arrivée dans les zones habitées. Cependant, au moins 3500 maisons ont été détruites, une vingtaine de toits ont été emportés, une trentaine de personnes ont été ensevelies dans leurs maisons. Trois églises catholiques ont aussi été détruites. La destruction de la centrale de distribution d’eau a affecté plus 750000 habitants et la menace des maladies d’origine hydrique s’y est ajoutée. Il y a un problème humanitaire sérieux lié à la difficulté de réorganiser la vie des populations et d’en améliorer les conditions. Nous prierons pour ces populations en difficulté, en particulier nos frères catholiques, afin que la Providence daigne leur venir en aide en évitant une violence plus grande de la nature.

20/06 – 26/06 TUNISIE

Population catholique

Les catholiques ne forment même pas 1% de la population. En principe, ils jouissent de la libertés de croyance et de culte garantie par la Constitution de 2014. Dans les faits, ils vivent sous la menace islamiste ou sont rejetés par leur famille. Jusqu’à présent, cependant, ce climat n’affecte pas la réputation des écoles catholiques et leurs 630 personnels dont 50 religieux et religieuses. Ces écoles attirent environ 6000 élèves, musulmans pour la plupart. Prions pour que ce moyen puissant d’apostolat ou d’influence sur la jeunesse produise ses fruits de conversion à la foi au Christ Sauveur.

13/06 -19/06 CENTRAFRIQUE

Carmel de Bangui et son école agricole conduite par le Père Trinquero

De nouveaux conflits ont éclaté dans ce pays à 73% chrétiens en raison d’une coalition de puissants groupes armés contre la réélection du président Touadéra. En janvier, il y avait 200000 centrafricains qui fuyaient le pays. Il ne s’agit pas d’une guerre à motif religieux. Cependant les missionnaires ne peuvent plus se déplacer facilement. Heureusement, il y a encore quelques havres de paix, comme le Carmel de la capitale, Bangui, et son école agricole qui apprend à une quarantaine de jeunes comment développer une ferme avec élevage bovin, poulailler, potager et plantations, et maintenant une fabrique d’huile. Prions pour ces catholiques qui continuent à construire ce qui est nécessaire aux hommes pour bien vivre et établir la paix.

06/06 – 12/06 INDONESIE

Joseph Paul Zhang et la population chrétienne d’Indonésie

Joseph Paul Zhang est un youtubeur qui adopte les arguments des musulmans contre les chrétiens pour les leur retourner. Par exemple, il argumente : « Si Mohammed dit qu’il est le 25e prophète et Jésus le 24e, si Mohamed peut juger Jésus et jeter le discrédit sur les Évangiles, je peux, à mon tour, dire que je suis le 26e prophète et jeter le discrédit sur le message de Mohammed ». Une véritable déclaration de guerre aux oreilles des musulmans. Il a aussi appelé les musulmans à la conversion, affirmant qu’il aidait beaucoup d’entre eux à se faire baptiser. En raison de ses vidéos, il est menacé physiquement et vit en dehors d’Indonésie depuis 2018. Face aux critiques sur sa méthode, il se défend de verser dans la provocation gratuite. « Je mets simplement les musulmans en face de leurs contradictions. En fait, je suis blasphémateur aussitôt que j’annonce ma foi chrétienne. Je devrais me taire par peur. Mais je suis fatigué d’avoir peur. » Il s’étonne que la loi contre le blasphème n’ait jamais été appliquée à l’encontre des prédicateurs musulmans qui se montrent très violents à l’égard des chrétiens. Depuis 1998, la pression sur les minorités n’a cessé de s’accentuer en Indonésie. C’est ainsi qu’un test d’éducation civique contraire à la liberté de conscience vient d’être imposé aux fonctionnaires anti-corruption. Des églises ont été brûlées, des permis de construire refusés, des cérémonies religieuses interrompues. Prions donc pour que tous les chrétiens indonésiens, à l’instar de Joseph Paul Zhang, se fortifient dans la fidélité à la foi en notre Sauveur Jésus-Christ.

30/05 – 05/06 MOZAMBIQUE

La population catholique

« Dès qu’ils entendent le moindre bruit de tir, la moindre fusillade, les gens paniquent tous et s’enfuient… La peur est vraiment grande », décrit le père Kwiriwi Fonseca. « Les gens doivent apprendre que, dans la situation de guerre que nous traversons, il faut éviter de lancer une nouvelle quand on n’en est pas sûr. Il faut éviter de lancer de fausses nouvelles et éviter d’être victime de rumeurs. » Mais le pire, c’est quand la nouvelle de l’attaque est vraie, comme cela s’est produit jeudi 22 avril. « Depuis la première attaque – la plus violente, le 24 mars – les nouvelles nous parviennent par bribes, mais le 22 avril, quatre personnes ont été tuées et d’autres enlevées. Le gouvernement ne s’est pas encore manifesté, même si plusieurs personnes ont confirmé qu’il y avait eu des attaques », constate le père. Prions pour ce pays en proie aux exactions de groupes armés islamiques.

23/05 – 29/05 SUD SOUDAN

Mgr Carlassare

Nommé évêque du diocèse de Rumbek au Soudan du Sud le 8 avril dernier par le Pape François, le prêtre italien Christian Carlassare a été blessé par balles par des inconnus dans la nuit du 25 au 26 avril. L’incident s’est produit tard dans la nuit et tout indique qu’il s’agissait d’une attaque ciblée et planifiée contre le missionnaire combonien qui devait être ordonné évêque de Rumbek le 24 mai. Le futur évêque a reçu plusieurs balles dans les jambes et a perdu beaucoup de sang, mais sa vie n’est pas en danger. Le diocèse de Rumbek, au centre du pays, était sans évêque depuis près de dix ans. « Ne priez pas tant pour moi, mais pour les habitants de Rumbek qui souffrent plus que moi », a-t-il déclaré sur son lit d’hôpital. Alors que nous nous apprêtons à recevoir notre nouvel évêque, Mgr Bustillo, prions pour que le Sud Soudan retrouve la paix et que le pasteur de Rumbek puisse bientôt commencer ses fonctions.

16/05 – 22/05 INDE

Sœur Marie-Joseph Radha et les carmélites de Mumbai

Sœur Marie Joseph Radha, du carmel de Mumbai, originaire d’une famille brahmane hindoue, a fêté les 50 ans de son baptême le 25 mars. Née dans une famille brahmane hindoue sous le nom de Krishnan Iyer, elle est entrée dans une école catholique où elle a assistée à sa première Messe au collège le jour de la fête de saint François Xavier. Elle a été baptisée en secret en 1971, à l’âge de 23 ans, dans la chapelle de l’archevêché de Mumbai. Devenue religieuse canossienne puis carmélite, son choix a été accepté par sa famille, toujours hindoue. « C’est un grand jour pour nous toutes », se réjouit sœur Nina, prieure du carmel de Mumbai. Nous prierons pour ces religieuses et nous rendons grâce à Dieu de répandre sa grâce dans le cœur de ceux ou celles qui paraissent pourtant éloignés de Lui.

09/05 – 15/05 PEROU

Les catholiques les plus pauvres

En 2020, le pays a été en proie à une grave crise économique et politique, liée à une corruption endémique. En quelques jours, trois chefs d’état se sont succédés et, au cours de l’année, sept ministres de l’Intérieur ont occupé ce poste. Des affrontements violents avec les forces de police montrent la gravité de la crise sociale. Les élections viennent d’avoir lieu. C’est un représentant de l’anti-système qui est arrivé en première position. Il est issu des campagnes et du milieu populaire. Il est conservateur, en particulier sur les questions familiales. Nous prierons pour ce pays afin que l’Eglise puisse avoir une plus grande influence sur l’ensemble de la population.

02/05 – 08/05 BIRMANIE MYANMAR

Père Amal et paroissiens birmans

En 1965, le général Ne Win décidait de nationaliser les structures chrétiennes et d’expulser les religieux de nationalité étrangère. Cette décision a eu pour effet d’obliger les Catholiques Birmans à s’organiser en interne. Aujourd’hui 800 000 Birmans se réclament de l’Eglise catholique, au lieu de 350 000 en 1962. Il y avait 120 prêtres et 300 religieux. Il y en a maintenant 855 prêtres, 1816 religieux et 2638 catéchistes.

25/04 – 01/05 HAÏTI

Cinq religieux et deux laïcs enlevés

Dix personnes dont 7 religieux avaient été kidnappées le dimanche 11 avril à Haïti. Trois des 7 religieux ont été libérés. Un prêtre et une sœur français sont toujours maintenus en détention. Le prêtre est originaire de l’Ille-et-Vilaine et la religieuse de Mayenne. La police soupçonne un gang armé d’être à l’origine de cet enlèvement. Haïti est majoritairement un pays catholique. Mais c’est aussi la contrée la plus pauvre de tout le continent américain. La violence est quotidienne. Nous en avons ici un exemple. Nous prierons plus particulièrement pour ces deux religieux français et leurs compagnons de captivité afin qu’ils soient rapidement libérés et que le pays obtienne une certaine paix sociale.

 

18/04 – 24/04 VIETNAM

Carmélites de Hué

Quand le Vietnam a été réunifié sous le régime communiste en 1975, les carmélites de Hué ont fait partie des gens qui ont enduré le plus de souffrances physiques et psychologiques. En effet, elles ont dû se déplacer à Saïgon (aujourd’hui Hô-Chi-Minh-Ville) afin d’échapper aux persécutions et aux conséquences de la guerre, les militaires ayant saisi leur monastère. Le gouvernement l’a rendu plus tard à la congrégation des Filles de Marie Immaculée. Il a ensuite été restitué aux carmélites en 1996. Le Carmel a fêté les 25 ans de cette restitution le 19 mars dernier. Mgr Joseph Nguyen Chi Linh, archevêque de Hué, a rappelé la façon dont des carmélites de Nha Trang, quand elles manquaient de nourriture, accrochaient leurs prières au cou d’une statue de saint Joseph. Il constate que saint Joseph les soutient encore en secret et dans le silence, et qu’il marche avec elles, particulièrement durant les temps difficiles. Sœur Marie Ange Nhan explique que le monastère compte aujourd’hui 55 sœurs professes et 9 novices, vivant une vie contemplative et de prière, au service du clergé local, des personnes dans le besoin et des besoins de l’Église locale. Notons que le 15 avril l’Eglise a fêté le 350ème anniversaire de l’arrivée de Mgr Pierre Lambert de la Motte et des missionnaires MEP (Missions Etrangères de Paris).

11/04 – 17/04 ETHIOPIE

Communauté catholique

Voisine de l’Erythée avec qui elle a été longtemps en guerre, l’Ethiopie recouvre l’ancien Empire d’Abyssinie qui a constitué une des premières chrétientés dans l’Antiquité romaine. C’est le seul pays au monde à s’intituler « fédération ethnique ». Comme le pays est aux mains de partis marxistes, il est à craindre des épurations ethniques et religieuses. C’est du moins ce que laisse entendre le prince d’Ethiopie, Asfa-Wossen Asserate, qui a dû fuir le pays. Prions pour la communauté catholique afin qu’elle puisse célébrer sa foi sans être persécutée.

Ethiopie

04/04 – 10/04 ERYTHREE

Catholiques injustement emprisonnés

En Erythrée, des rapports suggèrent qu’il y aurait plus de mille fidèles chrétiens injustement détenus en prison. Certains sont derrière les barreaux depuis 23 ans. Prions pour tous les catholiques qui souffrent d’être privés de liberté dans le monde, plus particulièrement en Erythrée, pays voisin de l’Ethiopie.
28/03 – 03/04 INDE

Campagne médiatique anti chrétienne

La commission gouvernementale indienne responsable du bien-être des vaches sacrées déclare dans l’un de ses documents : « Jésus affirme que tuer une vache est comme tuer un être humain ». Cette affirmation grossière est destinée à préparer l’esprit des hindous à persécuter les chrétiens qui sont des consommateurs de viande bovine. Prions pour la frange catholique de ces chrétiens marginalisés par de telles propagandes.
21/03 – 27/03 ARGENTINE

Débat sur l’avortement

L’Argentine est un pays de tradition catholique. Mais, à l’occasion du débat sur des lois élargissant la possibilité de l’avortement, les catholiques sont pris pour cibles. Les manifestants exigent une séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cela nous montre ce qu’il advient lorsqu’on veut sortir Dieu de la législation. Prions pour les catholiques argentins afin qu’ils s’opposent efficacement à ces germes de désordre au sein de la société civile.
14/03 – 20/03 NIGERIA

Mgr Dashe Doeme

Le Nigeria est le pays qui compte, dans le monde, le plus d’enlèvement de filles ou femmes chrétiennes. Après l’assassinat de 11 Chrétiens, Mgr Dashe Doeme, évêque de Maiduguri au Nigeria, déclare : « Il y a une chose que Boko Haram ne nous prendra jamais, c’est notre foi. Nous ne permettrons jamais à aucun mal de nous prendre notre foi. Notre foi s’affermit de plus en plus. L’année dernière, dans mon diocèse, il y avait plus de catholiques que lorsqu’il n’y avait pas de crise avec Boko Haram. Plus de 200 églises ont été incendiées, ainsi que des écoles, mais nous ne serons pas vaincus. Notre consécration à Marie est profonde. »
07/03 – 13/03 KAZAKHSTAN

La petite communauté catholique

Le Kazakhstan est un immense pays de steppe au climat inhospitalier. 25% de la population est chrétienne. Le diocèse de Karaganda est plus grand que la France. Il compte 15 prêtres qui parcourent inlassablement le pays pour catéchiser et administrer les sacrements. Prions pour ces valeureux missionnaires afin que le Christ soit toujours près d’eux dans leur apostolat.
28/02 – 06/03 BIELORUSSIE

Les catholiques « anti-cafards »

Les alliés du président biélorusse Loukachenko sont qualifiés de « cafards ». Les catholiques, de rite latin ou grec, s’opposent à l’autoritarisme qui restreint les activités cultuelles. Les autorisations administratives sont données au compte-goutte et des frais exorbitants sont réclamés pour pouvoir se réunir pour le culte, organiser un pèlerinage ou des événements d’une certaine envergure. Plus aucun prêtre étranger n’est autorisé à entrer dans le pays et Mgr Tadeuz Kondrusiewicz s’est vu interdit de rentrer chez lui pendant plusieurs mois. Prions pour ces catholiques persécutés afin que Dieu leur donne la grâce de la persévérance.

21/02 – 27/02 HAUT-  KARABAGH

Les arméniens catholiques

Le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a déclaré lors de la signature du cessez-le-feu avec l’Arménie :  » j’avais dit qu »on chasserai les Arméniens de nos terres comme des chiens et nous l’avons fais ». Appuyés par la Turquie, les musulmans azerbaïdjanais vont imposer la charia au Haut-Karabagh dans l’indifférence diplomatique générale. Prions pour les catholiques de cette région qui ne représente que 1% des 99% de la population chrétienne. En effet, les Arméniens de cette région appartiennent à une Eglise schismatique séparée de Rome : L’Eglise apostolique arménienne.

14/02 – 20/02 TCHAD

Mgr Henao et Marie Inès de Bogota

Une prédication frontale face à l’Islam est impossible dans ce pays à 60% musulman. Mgr Coudray prône l’action par influence, en particulier par l’enseignement dans les écoles catholiques, très prisé par les hautes autorités du pays. Face à cette stratégie, des imams soudaniens répandent une lecture rigoriste du Coran et prônent la mise en place de la charia. Prions pour les séminaristes afin qu’ils se forment et se préparent à leur future mission avec conviction, courage et détermination. L’un d’entre eux a été ordonné prêtre et 14 autres diacres en octobre dernier, ce qui montre la vitalité d’une Eglise en situation larvée de persécution.

07/02 – 13/02 CHILI

Anniversaire de la première Messe

Le 11 novembre 1520, le Père Pedro de Valderrama, aumônier de l’expédition de Fernand de Magellan, célébrait la première Messe sur le sol chilien. Cet acte n’était pas que symbolique. L’Eglise implantait son influence et, avec elle, l’influence de Jésus-Christ, notre Sauveur. Le 11 novembre dernier, il y a donc eu 500 ans que cette première Messe a été dite. Elle est le signe tangible de l’action salutaire et efficace de la grâce divine, la seule qui assure le salut de nos cœurs.

31/01 – 06/02

OUGANDA

Centre Emmaüs de Katikamu et John Joseph Gasi

John Joseph Gasi est originaire du Sud Soudan. Il est actuellement réfugié en Ouganda. Il s’interroge au sujet de ceux qui l’ont obligé à partir de son pays : « pourquoi devrais-je pardonner à ceux qui ont tué ma femme, enlevé mes enfants, volé mon bétail ? » Dans le Centre Emmaüs de Katikamu, les intervenants cherchent à rapprocher de Dieu ces dizaines de milliers de réfugiés, tel John Joseph, en les ouvrant au pardon, en formant des prêtres et des catéchistes. Ils ont besoin de nos prières.

24/01 – 30/01

COLOMBIE

Mgr Henao et Marie Inès de Bogota

Maria Inès est une mère de famille de Bogota. Elle constate : « Le narcotrafic ne s’est jamais arrêté. Nous avons tous les jours peur pour notre sécurité ». Malgré les accords de paix entre le gouvernement et les FARC en 2016, les assassinats continuent à se multiplier dans le pays avec ses violences gratuites. Mgr Henao, responsable de la pastorale à la Conférence des Evêques, espèrent dans la mise en œuvre des accords pour rétablir la paix sociale. Prions pour ce pays à plus de 95% chrétien pour que ses habitants retrouvent l’art de vivre en paix les uns avec les autres.

17/01 – 23/01

NICARAGUA

L’Eglise face à l’Etat

Le parti sandiniste au pouvoir au Nicaragua considère le clergé catholique comme l’un de ses adversaires. Dans une situation sociale bouleversée, l’Eglise catholique ouvre ses portes à ceux qui sont persécutés et leur offre des abris. Le gouvernement interprète cette attitude comme une planification d’opposition. Des représailles ont souvent lieu et se concrétise par des actes de vandalisme sur les bâtiments ou des objets religieux. Parfois le clergé est violemment pris à partie. Prions pour que les catholiques sachent toujours accomplir leur devoir et réaliser leur salut éternel dans ces situations difficiles.

 

10/01 – 16/01

THAÏLANDE

Prunes Ansvananda Président UNIAPAC Asie

Encore une intention pour la Thaïlande et plus globalement l’Asie. Soucieux d’unir les forces largement minoritaires des catholiques sur cet immense territoire, Prunes Ansvananda, sur l’impulsion du Cardinal de Bangkok, a décidé de réunir les chefs d’entreprise de Thaïlande et même de l’Asie. Prions pour que cette mise en place d’un réseau cohérent fasse connaître la doctrine sociale de l’Eglise et contribue à amener les âmes à la foi catholique malgré des cultures souvent contraires à la dignité d’enfant de Dieu.

03/01 – 09/01

THAÏLANDE

Monthita et les convertis du bouddhisme

Monthita a été baptisée il y a 14 ans. Elle était jeune fille au pair dans une famille française de Bangkok. Un jour, elle y voit une image du Sacré-Cœur. Quelques temps après, la famille lui propose de venir en France pour apprendre le français. Elle accepte sachant qu’elle pourra visiter Paray-le-Monial. C’est là que Jésus l’attendait. Elle comprend l’amour dont il l’aime et elle renonce au bouddhisme malgré l’opposition de ses parents. Aujourd’hui, 4 membres de sa famille se sont convertis. Prions pour elle et pour tous ceux qui entament ce chemin difficile de la conversion d’une culture païenne vers le christianisme.

27/12 -02/01 BANDE DE GAZA Les 1000 chrétiens, plus particulièrement les 132 catholiques et leur curé La bande de Gaza est une enclave palestinienne administrée par le mouvement islamiste Hamas. Il n’y a qu’une seule paroisse catholique dont le curé et le père Gabriel Romanelli. Les habitants vivent comme dans une sorte de prison puisqu’ils sont privés de la liberté de mouvement. Par ailleurs, le taux de chômage avoisine les 60 % et une menace de guerre contre Israël est toujours présente. Dans cette situation, les jeunes sont assidus à la prière. Prions avec eux pour que l’Esprit Saint leur donne force et fidélité.
20/12 – 26/12 CAMBODGE Renaissance du catholicisme Anéanti par les Khmers rouges au pouvoir puis par le régime communiste vietnamien, l’église se reconstruit au Cambodge depuis trente ans. Elle représente 0,15 % de la population pour 90 % de bouddhistes. Prions pour que le Saint Esprit vienne en aide aux évangélisateurs de la région afin qu’ils sachent toucher les païens et les amener à la foi catholique.
13/12 – 19/12 LIBAN Catholiques libanais Avant la dramatique déflagration du 4 août 2020 à Beyrouth, le Liban vivait déjà au bord du gouffre. Une grande partie de la population vit dans une situation d’extrême pauvreté tandis que les élites sont accusées de corruption. En particulier, l’embargo américain contre la Syrie cause un tort considérable à l’économie libanaise. Prions pour que la France revienne à une politique étrangère indépendante en ce domaine et apporte son soutien aux catholiques de la région.
06/12 – 13/12 SAHEL Mgr Ambroise Ouédraogo, évêque de Maradi au Niger « Chaque jour qui passe, la presse nous relate son lot d’attaques, de représailles, de familles déplacées et de morts. Aujourd’hui, personne dans le monde ne peut nier l’existence du terrorisme et du djihadisme. Comme chrétiens, nous devons prendre conscience qu’au nom de notre foi chrétienne en Jésus-Christ, nous pouvons être confrontés au risque du martyre. Chaque jour, nous devons nous laisser interpeller par les paroles du Christ : si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » (Mgr Ambroise Ouédraogo). Prions pour les catholiques nigérians confrontés à l’épreuve du martyre.
29/11 – 05/12 MOLDAVIE Catholiques de cette république L’église orthodoxe moldave fait figure de religion d’Etat officieuse. Les catholiques sont très minoritaires : environ 10 000 fidèles, soit 0,3 % de la population. Le pays est très pauvre, mais l’Eglise se fait remarquer par sa capacité de réaction face a une telle situation. Prions pour que les est toujours la force de manifester leur foi en cherchant à résoudre les difficultés sociales de leurs concitoyens.
22/11 – 28/11 BOSNIE-HERZGOVINE Catholiques de Travnik Depuis l’accord de paix provisoire de 1995, les Bosniaques musulmans font venir des Turcs ou des Saoudiens en nombre. Les catholiques représentent dans le pays une population de 380 000 personnes, soit moins de 10 % de la population globale. Avant 1992, début de la guerre, il y avait 35 000 Croates catholiques dans la capitale ; aujourd’hui, il n’y en a plus que la moitié. Travnik était une ville à forte population catholique. Aujourd’hui, les familles sont divisées et émigrent. Prions pour ces populations européennes qui sont maintenant placées sous le joug de l’islam radical.
15/11 – 21/11 CHINE Catholiques chinois L’accord provisoire Chine-Vatican a été renouvelé pour une nouvelle période de deux ans ad experimentum. Le cardinal Parolin a rappelé que l’accord concerne en priorité « un point spécifique qui est la nomination des évêques ». « L’objectif est l’unité de l’Église », a-t-il souligné, en écartant une éventuelle reprise des relations diplomatiques. Malheureusement, contrairement aux dispositions de cet accord, des prêtres de l’Eglise clandestine, seule soumise jusqu’ici à Rome, sont l’objet de pression de la part du pouvoir pour les obliger à rejoindre l’église patriotique sous menace de fermeture de leur lieu de culte. Prions pour que cet accord soit appliqué pour le bien de tous les catholiques chinois.
08/11 – 14/11 LAOS Groupe de 7 chrétiens Le 10 octobre, sept chrétiens laotiens ont été chassés de leur village dans la province de Saravan, dans le sud du Laos pour avoir refusé de renoncer à leur foi. Depuis, les victimes sont forcées de survivre dans des bois à proximité du village. Selon d’autres sources anonymes, des membres de la communauté locale tentent de leur venir en aide, malgré la crainte d’être poursuivis à leur tour. Malgré une nouvelle loi pour la protection des chrétiens laotiens, votée récemment par le gouvernement, la minorité subit toujours des persécutions dans les régions reculées. Nous prierons pour ces chrétiens persécutés afin qu’ils obtiennent des secours et persévèrent dans leur foi.
01/11 – 07/11 COREE DU SUD Législation La loi sud-coréenne interdit l’avortement en Corée du Sud depuis 1953. Mais cette interdiction d’avorter a été annulée en avril 2019 par la Cour constitutionnelle, jugeant que cette interdiction « restreignait les droits des femmes ». Le gouvernement a été sommé de proposer une nouvelle loi. Le 7 octobre, le gouvernement sud-coréen a adopté un projet dépénalisant l’avortement jusqu’à la 14e semaine de grossesse, et jusqu’à la 24e semaine de grossesse en cas de crime sexuel, de danger pour la santé de la mère ou de signes de graves malformations congénitales. Les Sud-Coréens ont quelques jours pour soumettre leurs opinions avant que la loi ne soit soumise à l’Assemblée nationale. Les évêques ont réagi en appelant à protéger la vie « dès la conception ». Il faut prier pour les Sud-Coréens afin qu’ils s’opposent à cette loi inique. Les choses peuvent changer. Le 22 octobre, le Tribunal constitutionnel polonais a déclaré l’avortement eugénique contraire à la dignité et à la vie de l’être humain, garanties par la Constitution polonaise. Cette décision abroge la loi qui autorisait jusqu’alors l’avortement en cas de « forte probabilité de handicap grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable menaçant sa vie ».
25/10 – 31/10 INDONESIE

SUMATRA

Sœur Maria Katharina Sœur Maria Katharina, une religieuse franciscaine de l’île de Sumatra, a fondé en 2016 l’Association des mères célibataires qui intervient auprès de plus de 500 femmes de toutes origines sociales et religieuses. Sœur Maria Katharina intervient auprès des mères célibataires démunies de Lampung, en les aidant à se former à leurs tâches quotidiennes et en soutenant l’éducation de leurs enfants. La religieuse, qui a rejoint sa congrégation en 1978, explique que la situation est particulièrement difficile pour les mères célibataires qui ont plus de trois enfants. « Leurs vies ont été bouleversées par les violences domestiques ou à la suite du décès de leur mari », explique sœur Maria Katharina. « La plupart n’ont presque rien, et elles vivent soit seules, soit avec des proches qui ne comprennent pas leurs besoins et qui ont tendance à les mépriser. »
18/10 – 24/10 TURQUIE Visibilité de l’Eglise L’Eglise catholique a besoin de visibilité, parce que c’est une institution publique qui assure le salut du monde entier. Les édifices religieux font partie de cette visibilité et de ce caractère public. C’est pourquoi il est inquiétant de voir qu’en Turquie deux grands églises catholiques d’Istanbul viennent d’être transformées en mosquées : Sainte-Sophie et Saint-Sauveur-in-Chora. Le président Erdogan avait hésité à le faire il y a un an, parce qu’il craignait les réactions des Occidentaux. Mais, avec la pandémie et la crise qui suit, il a décidé d’opérer ces changements. Nous prierons pour tous les catholiques de Turquie face à cette montée de l’islam social.
11/10 – 17/10 PAKISTAN Amjad Arif Amjad Arif fait partie de 42 chrétiens incarcérés en 2015, accusés faussement du lynchage de deux musulmans. Parmi les personnes emprisonnées, il y a un garçon de 5 ans. Deux des prisonniers sont morts en prison, les autres ont été libérés le 29 janvier dernier. Amjad témoigne : en prison, « nous avons été forcés d’accepter l’islam ou de reconnaître notre culpabilité. Un chrétien de 25 ans s’est converti à l’islam et a été libéré trois heures plus tard. Après l’appel du matin, on priait en cercle pendant une heure. Le soir, une fois enfermés, nous passions aux prières personnelles. Le 29 janvier, quarante d’entre nous ont été libérés. J’ai acheté un pousse-pousse motorisé. Un soir, trois passagers m’ont volé le véhicule. En attendant un nouveau pousse-pousse, je remercie Dieu pour cette vie épargnée à nouveau. J’aime vraiment mes enfants. C’est pour eux que je suis vivant ». Nous prierons pour la persévérance de ces chrétiens du Pakistan.
04/10 – 10/10 MOZAMBIQUE Mgr Luiz Fernando Lisboa, Sœur Inés Ramos et Sœur Eliane da Costa Le pays est chrétien à 53 %. Il y a presque 30 % d’animistes et 17,5 % de musulmans. Pourtant, les djihadistes de l’Etat Islamique y sèment la terreur. Les 27 et 28 mai derniers, 30000 personnes ont fui la ville de Macomia face à des attaques violentes. Un mois plus tard, l’église de Macimboa da Praia a été brûlé, le lycée et l’hôpital totalement détruits, des centaines de maisons, voitures et magasins incendiés. Ces attaques semblent liées à la découverte de gisements de gaz qui pourraient assurer la permanence de l’Etat Islamique. Début août, dans le diocèse de Pemba, Sœur Inés Ramos et Sœur Eliane da Costa, brésiliennes de la Congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, ont été enlevées. Elles ont été libérées 24 jours plus tard. Nous prierons pour elles et pour leur évêque, Mgr Luiz Fernando Lisboa.
20/09 – 03/10 SINGAPOUR Les ouvriers des chantiers de construction et Caroline Singapour est un territoire de 682 km² avec une population de plus de 6 millions d’habitants. 76,8 % des habitants sont d’origine chinoise. La ville-Etat présente une vitrine de luxe, de confort et de prospérité. Mais la pandémie a mis au jour les fractures sociales importantes. Les ouvriers qui construisent et embellissent la ville vivent dans des cités-dortoirs où leur espace est réduit à 1 m². Cela explique que 80 % des personnes atteintes par la maladie appartiennent à cette catégorie sociale. Nous prierons donc pour eux, car l’Esprit Saint est là pour les accompagner. Caroline est une chinoise qui a rompu avec sa mère et s’est installée seule. Un jour, elle s’en va dans la ville sans but précis. Elle se retrouve providentiellement devant l’église Sainte-Thérèse où elle est invitée à entrer par un groupe de catéchumènes. De fil en aiguille, elle se prépare au baptême et elle est aujourd’hui l’un des piliers de la paroisse. Elle s’est réconciliée avec sa mère. Nous prierons pour tous ceux qui, comme elle, sont poursuivis par la sollicitude divine.
13/09 – 19/09 VENEZUELA Mgr José Villarroel Rodriguez, évêque de Carupano Les habitants du pays sont à plus de 90% chrétiens. En 1999, Hugo Chavez est devenu président. Il a imposé un régime socialiste qu’a repris à son compte son successeur, Maduro. Juan Guaido, actuel président par intérim, voudrait changer les choses ; mais il est contesté. En 20 ans, le tissus industriel du pays a été détruit. Alors que le Venezuela produisait 80% de son électricité, il n’en fournit aujourd’hui que 10%. 8000 entreprises ont fermé et 75% de la population n’a pas d’eau potable. 22000 médecins ont quitté le pays et le système de santé s’est effondré. De nombreuses femmes meurent en couche faute de soins. Le salaire minimum est de moins de 4 dollars. Mgr Villaroel en appelle à la contemplation de la croix du Christ pour supporter toutes ces souffrances. Nous nous associerons à cet appel par nos prières.
06/09 – 12/09 PHILIPPINES Les victimes de la psychose ambiante Le ministre philippin de la justice, Menardo Guevarra, a appelé les responsables religieux du pays à collaborer avec le gouvernement afin de lutter contre le nombre grandissant de suicides dus au confinement et aux pertes d’emplois causées par la pandémie. Beaucoup de citoyens souffrent d’anxiété et de dépression. « J’appelle nos responsables religieux estimés à guider les fidèles. Nous sommes dans une situation difficile. La pandémie est un problème que nous ne pouvons pas résoudre seulement par la science ou grâce au seul gouvernement. Nous avons aussi besoin de foi et de nourriture spirituelle », a-t-il souligné. Faisons nôtre cette déclaration et prions pour toutes les victimes du virus, le Covid-19 certes, mais aussi la psychose.
30/08 – 05/09 CENTRAFRIQUE Cardinal Dieudonné Nzapalainga Le Centrafrique compte près de 75% de chrétiens. Le 6 février 2019, un accord de paix a été signé entre le gouvernement et 14 groupes armés qui avaient mis le pays à feu et à sang. Malgré l’accord, les foyers de violence et les ennemis de la paix sont encore là. En particulier, il faut obtenir que ceux qui occupent illégalement des maisons les rendent à leur propriétaire. Le Cardinal Dieudonné ne compte pas sa peine pour désamorcer les germes qui restent de la guerre civile. Pour cela, il compte sur la prière. Nous lui offrirons la nôtre dans cette tâche.
23/08 – 29/08 IRAK Mgr Najeeb Michaeel, archevêque chaldéen catholique de Mossoul et Akra Batnaya est situé à 24 km de Mossoul. Avant l’arrivée de l’Etat islamique, cette ville comptait 950 familles catholiques de rite chaldéen. Elle a été détruite à 99%. Des 977 maisons, il n’en reste que 10 indemnes. En juin 2019, une première famille est revenue. Ajourd’hui il y en a 75. Malgré une sécurité précaire, l’espoir renaît. Nous prierons pour ces familles afin qu’elles puissent retrouver la paix et la joie de vivre.
16/08 – 22/08 POLOGNE Mgr Marek Jedraszewski et Mgr Ian Piotrowski En octobre 2019, la gauche a fait son retour au parlement et une droite radicale est apparue. Le Parti Droit et Justice a obtenu la majorité à la Chambre des Députés, mais pas au sénat. Ce Parti s’oppose avec l’appui de l’épiscopat à ce que Mgr Jedraszewski appelle le mouvement LGBT et le lobby pro-avortement « la peste arc-en-ciel », successeurs de la « peste rouge » du communisme. Ces combats affermissent les membres de l’Eglise. Cependant, il y a une baisse notable de la pratique religieuse. C’est ce que constate Mgr Piotrowski qui appelle à compter sur des laïcs engagés. Prions pour que la Vierge de Czestochowa protège les catholiques de ce pays et les aide à revenir à une pratique religieuse sincère et profonde.
08/08 – 15/08 LIBAN Les victimes de la double explosion Mardi dernier 4 août, une double explosion a détruit le port de Beyrouth provoquant plus de 150 morts et 5000  blessés. Il semble que ce soit accidentel. Mais de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer un manque de respect des règles de sécurité concernant les entrepôts de substances explosives. Comme pour la crise du Covid-19, cet accident arrive à point nommé pour renflouer les finances, à savoir la Banque du Liban en faillite, parce que les hommes de pouvoir ont détourné à leur profit les richesses du pays. Du coup, des émeutes ont éclaté et des élection législatives anticipées vont être organisées. Le pays entre donc dans un état d’instabilité propice à toutes les exactions. Nous prierons donc pour tous les catholiques qui vivent au Liban afin que la Vierge Marie les protège dans leur foi et les soutienne dans l’épreuve.
02/08 – 08/08 ARGENTINE Les fermes de l’espérance L’Argentine est un immense pays où la pauvreté est grande. Certaines régions subissent l’immigration des pays voisins, ce qui entraîne toutes sortes de désordres : prostitution, suicide de jeunes, drogues, traite humaine. Les Fermes de l’Espérance sont des lieux où l’Eglise catholique aide à la réinsertion des drogués. Prions pour que ceux-ci trouvent enfin la paix et gardent au cœur la joie de vivre.
26/07 – 01/08 SYRIE Père Antoine Tahhan d’Alep Nous devons prier pour les catholiques syriens qui sont soumis à un exil plus ou moins forcé en raison des sanctions économiques imposées par les puissances américaines et européennes. Les djihadistes et les Turkmènes continuent leurs exactions. Une icône de Notre-Dame-des-Douleurs, Consolatrice des Syriens, circule dans le pays. Prions pour qu’elle apporte à tous ces catholiques le réconfort dont ils ont besoin.
19/07 – 25/07 TIMOR ORIENTAL Evêques et prêtres catholiques Le Timor oriental jouit pleinement de son indépendance seulement depuis 2002 après 4 siècles de colonisation portugaise et 25 années d’occupation indonésienne brutale. Prions pour le travail d’évangélisation des prêtres et des évêques afin qu’une réelle conversion se réalise dans les cœurs.
12/07 – 18/07 SOUDAN NORD Enfants des écoles Les catholiques soudanais sortent à peine d’une dictature islamique sans aucune liberté religieuse. Les chrétiens forment 1,5 % de la population face à 97 % de musulmans. Pour la première fois, les écoles chrétiennes ont la permission de fermer le dimanche. Mais l’Eglise catholique est toujours considérée comme une ONG étrangère au pays. Prions pour tous les enfants catholiques soudanais Sainte Joséphine Bakhita, une esclave soudanaise religieuse en Italie, pour qu’ils apprennent à reconnaître la miséricorde de Dieu dans leurs vies.
05/07 – 11/07 CAMEROUN Mgr Bibi, évêque de Bamenda et Mgr Abbo, évêque de N’Gaoundere Le pays est en proie aux exactions des djihadistes de Boko Haram. L’an dernier, un de leurs groupes a investi un village et s’est emparé seulement des femmes. A chacune une oreille a été coupée et elles ont été menacées d’une nouvelle visite. Régulièrement, des prêtres ou des séminaristes sont abattus Mgr Bibi, évêque de Bamenda, a été enlevé, puis libéré. Mgr Abbo s’appuie sur l’espérance et insiste pour que les laïcs soient formés et ne tombent pas dans les sectes de marabouts qui vendent des illusions.
28/06 – 04/07 CHILI Mgr Aos Braco Le Chili est dans une crise sociale et économique catastrophique. Des milices antisystèmes, anarchistes et néo-communistes se sont organisées pour piller les universités, les marchés et les entreprises. Elles se sont baptisées « la première ligne ». Mais les églises sont aussi leur lieu de vandalisme et de saccage. Par ailleurs, les évêques, en particulier Mgr Aos Braco, veillent pour que la loi ne dépénalise pas l’avortement. Rappelons que l’année dernière, il y a eu 41,9 millions d’avortements, soit plus que le total cumulé des 10 premières causes de mortalité.
21/06 – 27/06 CAMEROUN Mgr Bibi, évêque de Bamenda et Mgr Abbo, évêque de N’Gaoundere Le pays est en proie aux exactions des djihadistes de Boko Haram. L’an dernier, un de leurs groupes a investi un village et s’est emparé seulement des femmes. A chacune une oreille a été coupée et elles ont été menacées d’une nouvelle visite. Régulièrement, des prêtres ou des séminaristes sont abattus Mgr Bibi, évêque de Bamenda, a été enlevé, puis libéré. Mgr Abbo s’appuie sur l’espérance et insiste pour que les laïcs soient formés et ne tombent pas dans les sectes de marabouts qui vendent des illusions.
14/06 – 20/06 ESTONIE Quelques milliers de catholiques L’Estonie est le pays le plus matérialiste et athée d’Europe. Une grande majorité de ses habitants se disent agnostiques, mais ils sont issus d’une tradition luthérienne qui a violemment persécuté les catholiques. Ceux-ci ne sont que 6 à 7 mille sur une population 1 300 000, soit un peu plus de 0,5 %. Prions pour qu’ils soient une lumière parmi ces incroyants et montrent par leur exemple comment porter la croix de Jésus-Christ en supportant les malheurs d’ici-bas.
07/06 – 13/06 SRI LANKA Les familles des victimes d’attentat L’année dernière à Pâques des attentats dans trois églises et trois hôtels ont fait 259 morts et plus de 500 mutilés. Le cardinal Ranjith, archevêque de Colombo, a tenu à déclarer que la réponse à ces atrocités n’est pas humaine et égoïste, mais c’est celle du pardon en Jésus-Christ. Un exemple à imiter dans notre vie quotidienne : pardonner à ceux qui nous ont offensés. Prions pour ces catholiques que ont su montrer la force et la grandeur de la grâce divine.
31/05 – 06/06 IRAN Seyed Heman Ghaderi Mokri et les convertis iraniens Comme le nom Seyed l’indique, ce jeune homme est un descendant du prophète Mahomet. Il est devenu chrétien. Il a pris des premiers contacts par téléphone anonyme grâce à des contacts eux aussi anonymes avec un catéchiste. Ces précautions ne sont pas superflues. En 2018, 200 catéchistes ont été arrêtés par la police et personne ne les a jamais revus. Seyed Heman Ghaderi Mokri a vécu une répression féroce au sein de sa famille. Menacé de mort, il vit en exil en Occident. Beaucoup d’autres iraniens, déçus par le fondamentalisme chiite, sont comme lui et ont besoin de nos prières pour ne pas se tourner vers l’hindouisme ou le zoroastrisme.
24/05 – 30/05 PAKISTAN Enfants scolarisés Nous en avions déjà parlé au mois de février : l’enseignement est contrôlé au Pakistan. Le 20 mai, un bureau du ministère de l’Éducation chargé des manuels scolaires a publié une circulaire interdisant un manuel en raison d’un contenu chrétien. Cette décision a suscité l’indignation. La circulaire a été publiée sur les réseaux sociaux, annonçant l’interdiction d’un manuel de maths de niveau CP. « Le manuel publié contient des images et symboles chrétiens ou sociaux inappropriés ou interdits. Il évoque les noms de vains festivals de la culture occidentale comme Noël, le Nouvel an », expliquait la circulaire. Rai Manzoor Hussain Nasir, directeur général du bureau, a également averti le propriétaire de Sunrise Publications, éditeur du manuel. « Le bureau ne peut approuver l’impression, la publication, la vente ou la recommandation dans un établissement d’un manuel ou de tout support éducatif qui serait néfaste ou qui contiendrait des éléments contraires aux enseignements de l’islam ou à l’intégrité, la défense et la sécurité du Pakistan ». Le 21 mai, Murad Raas, ministre de l’Éducation, a publié une nouvelle circulaire et présenté ses excuses sur Twitter.
17/05 – 23/05 BIRMANIE Habitants de l’Etat du Kachin Les chrétiens birmans sont victimes d’une véritable campagne génocidaire menée par l’armée dans l’Etat de Kachin dont 90 à 95 % sont chrétiens (catholiques ou baptistes). Ils sont tués, violés, torturés et utilisés pour « nettoyer » les zones parsemées de mines antipersonnel. Des femmes et des filles font l’objet d’un trafic avec la Chine pour y servir d’épouses.
10/05 – 16/05 ERYTHREE 4 évêques de la région Surnommée la « Corée du Nord de l’Afrique », l’Erythrée est sous dictature marxiste maoïste. Presque la moitié de la population est chrétienne. L’Eglise catholique est officiellement reconnue, mais le contrôle de l’Etat s’accentue. L’unique institut pour séminaristes et religieuses a été fermé. Il y a un peu moins d’un an, 22 hôpitaux, cliniques et centres médicaux gérés par l’Eglise ont été confisqués. Actuellement, plusieurs vagues d’arrestation ont frappé la communauté chrétienne, en particulier à Keren, la 3ème ville du pays.

 


Laisser un commentaire